Vinci a-t-elle sciemment déversé du béton dans la Seine ?

À Nanterre, Vinci Construction déversait depuis début 2018, des résidus de béton dans la Seine, au point d’en bétonner complètement la berge…

Rédigé par Paul Malo, le 25 Apr 2019, à 9 h 50 min

Vinci a fini par reconnaître avoir déversé, des mois durant, du béton dans la Seine près du chantier du RER E à La Défense.

Vinci – Des rejets de béton depuis début 2018

La faune et la flore de la Seine littéralement bétonnées, un fond passé à certains endroits à 15 ou à 30 cm d’eau au lieu du 1,80 m habituellement… Les conséquences du béton déversé, des mois durant, dans le fleuve par Vinci dans le cadre du chantier du RER E sont dramatiques(1).

Il aura fallu l’attention d’un garde-pêche pour s’en rendre compte en mars dernier, alors que ces rejets de béton remontent à début 2018 selon les informations révélées par Europe 1(2).

Des faits reconnus par Vinci. L’écoulement, de la taille d’un ruisseau, n’avait rien d’accidentel : il était des plus discrets, et un trou avait été fait dans le grillage pour le faciliter, sur le site de fabrication du béton utilisé sur le chantier d’extension de la ligne E du RER.

En fait, ce sont les eaux de nettoyage des cuves des camions qui ont été déversées dans une fosse à ciel ouvert creusée dans le sol. Mais elles ont fini directement dans la Seine.

Lire aussi : Au coeur des volcans d’Auvergne, une laiterie pollue-t-elle une rivière ?

Un écosystème durablement détruit et bétonné

Une fois prévenue, l’association agréée de pêche et de protection du milieu aquatique (AAPMA 92 et 75) a porté plainte pour abandon de déchets, rejets en eau douce de substances nuisibles aux poissons et destruction de frayères. La Fédération de Paris pour la pêche et la protection du milieu aquatique a également porté plainte.

Côté politique, Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, a réclamé des « sanctions exemplaires ». Rappelons que pour les dégâts causés à la nature, ces délits sont passibles d’une amende pouvant aller jusqu’à 75.000 euros et de 2 ans de prison.

Selon le responsable par intérim du chantier, interrogé par la police, cet écoulement de béton aurait été provoqué par la saturation du système permettant le recyclage des eaux de nettoyage. Le système étant plein, l’eau chargée de résidus a débordé et s’est déversée dans la Seine.

Est-ce crédible au vu des mois écoulés et des dégâts engendrés ? La justice le dira. Dans un communiqué, Vinci a déclaré que  « si des responsabilités individuelles venaient à être établies, des sanctions seront prises ».

Illustration bannière : Siège de Vinci Construction à Villeurbanne – © ricochet64 / Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis