Une expédition pour sauver 25 espèces « disparues »

Pour retrouver vingt-cinq espèces quasi disparues, des scientifiques du monde entier organisent une expédition. Les animaux et végétaux choisis n’ont pas été vus depuis parfois une centaine d’années.

Rédigé par Maylis Choné, le 21 Apr 2017, à 10 h 55 min

C’est un peu comme retrouver une aiguille dans une botte de foin. Certaines espèces ne sont connues que pas des photographies d’explorateurs ! Une expédition sur les traces d’animaux en voie d’extinction.

Retrouver vingt-cinq espèces « disparues »

Global Wildlife Conservation (GWC) lance une grande expédition sur les traces de vingt-cinq espèces en voie d’extinction. Les scientifiques vont se répartir tout autour de la planète, afin de retrouver des animaux et végétaux qui n’ont pas été aperçus depuis parfois 100 ans. Certains ne sont connus que par des croquis ou des photos.

Les animaux sélectionnés sont censés exister. Mais parfois, ils vivent dans des régions très reculées et difficiles d’accès. Les scientifiques se préparent à une mission délicate. « Prenez le Sea-Horse Bullneck, explique Robin Moore organisateur de la campagne de recherche de 2010. Il n’a jamais été vu dans la nature et il n’est donc pas évident de bien cibler la recherche. »

Pourquoi protéger des espèces inconnues ?

N’y aurait-il pas assez de travail et de moyens à déployer pour protéger en premier lieu les animaux que nous connaissons ? Les rhinocéros blancs se font tuer dans nos propres zoos (à Thoiry récemment), peut-être faudrait-il hiérarchiser les priorités et les aider avant même d’aller retrouver un canard à tête rose caché dans les confins de la planète ?

Cette mission scientifique souhaite impliquer les gens dans la défense des animaux en voie d’extinction. Plus les personnes seront mobilisées sur le terrain, jusque dans des lieux très reculés, plus la cause des animaux et des végétaux sera connue et défendue. Créer une expédition, une odyssée, et partir à la recherche d’animaux pour les sauver de l’oubli intéresse profondément les gens. Ils participent à l’histoire.

Illustration bannière © Dirk Ercken – Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Ils on créé un germoplasme en scandinavie mais s’est la même chose, des que ça sort de l’alimentation une espèce peut disparaitre.

Moi aussi je donne mon avis