Un nouveau biocarburant à base de poisson

Rédigé par Annabelle, le 15 Dec 2012, à 13 h 30 min

Les biocarburants ne font pas l’unanimité, loin s’en faut. Et on comprend pourquoi : l’Europe reconnaissait à demi mot plus tôt cette année que leurs bilans énergétique et environnemental étaient médiocres. De plus, les biocarburants nécessitent l’utilisation de ressources alimentaires pendant que 900 millions d’individus souffrent de la faim dans le monde. Mais il y a du nouveau en matière de biocarburants. Nestlé Oil aurait trouvé une autre source permettant de fabriquer un biocarburant plus respectueux de la planète et des Hommes.

Rouler à la graisse de panga

C’est étonnant mais on roule bien à l’huile de friture, alors pourquoi pas à la graisse de poisson ! Le panga est un poisson à chair blanche, peu goûteux, sans arêtes et très bon marché, qui prospère dans la « Rivière de Boue » qu’est le Mékong. S’il n’est pas le champion de la gastronomie, le panga gagnerait la palme au classement des meilleures empreintes écologiques des poissons d’élevage, selon les experts.

Pour cette raison, la compagnie pétrolière finlandaise Nestlé Oil (très très loin d’être un modèle de vertu mais là n’est pas le sujet) développe un carburant conçu à base de viscères de panga que l’on transforme alors en huile.

Le « pangarburant » permettrait une diminution de la production de GES de l’ordre de 84 % en prenant en compte le cycle de vie dans son intégralité.

Matti Lehmus, vice-président en charge des énergies renouvelables chez Nestlé Oil et plutôt satisfait de cette trouvaille de déclarer : « Cela a du sens au niveau environnemental d’utiliser les sous-produits de diverses industries pour remplacer le pétrole par des produits propres et de qualité ».

Biocarburant à base de graisse animale, en France aussi

Les Mousquetaires se lancent eux aussi dans la bataille des biocarburants, via l’usine Eco-Motion implantée au Havre. La filiale du groupe Intermarché produit ainsi du carburant à partir des graisses animales provenant des abattoirs, boucheries et rayons boucherie de leurs magasins alimentaires ou de leurs centres d’équarrissage. « Cela représente 130 000 tonnes de déchets graisseux par an en France. Notre usine du Havre, la première en France, en recyclera 90 000 tonnes. C’est la première fois que, transformés, ils entreront dans la composition de carburant pour moteurs thermiques pour le transport. » annonce Christophe Bonno, directeur du pôle industriel des Mousquetaires.

Le recyclage des graisses animales devient donc une sérieuse piste de développement pour les biocarburants.

Sources : thegreenweb.com, ouestfrance-entreprises.com

*

Je réagis

Sur les biocarburants :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

15 commentaires Donnez votre avis
  1. C’est complètement absurde, surtout pour les végétaliens et les végétariens qui ne mangent pas de poisson. On n’a pas à nous forcer à consommer du poisson même sans en manger, c’est comme si on portait de la fourrure. C’est du foutage de gueule !

  2. Bonne idée de départ . Attention à la surconsommation!!! Quand le dernier poisson sera transformé en carburant …

  3. Abject, dommage que la fin du monde n’est pas eu lieu, les humains sont vraiment l’espèce la plus décevante.

  4. dommage que la bêtise humaine ne puisse pas être transformée en bio carburant, en ce cas il n’y aurai plus de souci à se faire!

    • Vraiment dommage en effet, le carburant deviendrait surabondant.

  5. Cela me semble marcher sur la tête de fabriquer des carburants avec des aliments ! La première cause de mortalité dans le monde, aujourd’hui encore et toujours, est la FAIM !!!

  6. après avoir ravagé les zones tropicales pour faire pousser du palmier à huile pour nourrir nos voitures, raclons les fonds des eaux pour faire avancer les vehicules…..à ce train là tout ce qui vit va être sacrifié au dieux à roues….

  7. est ce que le résultat de la sur nutrition pour accélérer la croissance est prise en compte. il me semble qu’une bête nourries convenablement fait juste la graisse nécessaire a la consommation

  8. Et pourquoi pas du biocarburant à base
    de cadavre humain!

    Soleil Vert pour bientôt.

  9. les gens sont cons, ils iront cautionner cette saloperie en connaissance de cause en faisant le plein de leur tas de ferraille.

  10. Ca devient vraiment n’importe quoi, c’est un véritable scandale d’utiliser des êtres vivants pour faire du carburant, vraiment l’homme est l’être le plus abject que la planète est engendré.

  11. Si ils s’en tiennent à utiliser les déchets d’animaux qui servaient a à nourir les herbivors, pourquoi pas. Mais de là à élever des animaux uniquement pour cela, il n’y a qu’un pas…on a vu avec les céréales ce que cela donnait.

    • Je suis d’accord pour le recyclage des déchets de toute sorte, mais comme je suis contre le poisson d’élevage, ce n’est pas la solution qui me convient, je suis certaine qu’il y a plein de déchets autres qui pourraient être recyclés. Je n’ai aucune idée de la quantité disponible, mais ce serait mieux que rien

  12. Ça a l’air plutôt une bonne chose d’utiliser des déchets pour faire du carburant. Personnellement j’aimais beaucoup le panga mais j’ai arrêté d’en manger après avoir vu un reportage sur l’élevage de ce poisson. Sa nourriture est à base de farines de poisson venant du Pérou. Pour booster la fécondité des femelles, je ne me souviens plus précisément mais on leur fait une injection qui m’avait semblé douteuse, de l’urine de femme enceinte ou quelque chose comme ça. Que l’élevage de ce poisson soit bien considéré en dit long sur les pratiques en vigueur…

  13. Oui pourquoi pas retourner à l’huile de baleine aussi, ce serait pas mal non ?bataille energie
    http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/

Moi aussi je donne mon avis