Transports du futur, l’écomobilité à l’ère du smart

Rédigé par Jean-Marie, le 21 Apr 2013, à 17 h 53 min

Électrification, automatisation, innovations

Les 3 axes principaux de recherche privilégiés par l’Institut d’Excellence pour une Energie Décarbonée aujourd’hui sont l’électrification, l’automatisation de la conduite et l’acceptabilité des innovations, a expliqué Ladimir Prince, spécialiste de l’innovation et de l’électronique embarquée.
Voiture électrique : des batteries bientôt moins chères ?L’électrification des automobiles est un axe clé de développement, notamment parce-que  l’épuisement des réserves de pétrole, l’épuisement des ressources naturelles et les problématiques de protection de l’environnement poussent en ce sens.

L’automatisation de la conduite 

L’automatisation de la conduite est un autre axe de l’évolution actuelle : elle amène de nouvelles évolutions qui, comme l’a expliqué Frédéric Bourcier, marquent l’avènement d’une époque centrée sur les services. Demain, grâce à l’automatisation, le conducteur pourra se libérer des contraintes de la conduite et il disposera ainsi de plus de temps pour consommer des services, comme dans les transports collectifs.

Parallèlement, l’automatisation aura un effet bénéfique sur la sécurité en intégrant l’ensemble des éléments – infrastructures, distances et vitesse des piétons et autres véhicules..

Ces nouveaux comportement de conduite font l’objet de recherches menées par l’équipe de Ladimir Prince (autopartage, multimodalité, intelligence embarquée, etc.). Une des préoccupations majeure est l’acceptabilité de ces innovations par les conducteurs : l’innovation entraîne de nouvelles habitudes en rupture avec le passé et il est plus ou moins facile de les accepter.

Exemple, le fait de disposer d’un véhicule mais de ne plus avoir « sa » voiture, de ne pas en être propriétaire, dérange bien des conducteurs, ou bien de louer sa propre voiture.

L'idée de louer sa voiture séduit mais ...
Autre exemple, la notion de parking et de créneau automatique réalisé par la voiture sans intervention du conducteur, est un premier pas vers le futur de la conduite automatisée. Mais sommes-nous prêts psychologiquement à lâcher le volant ?

L’acceptation de la conduite automatique implique d’avoir une confiance totale en la fiabilité de la technique. La voiture doit pourvoir « voir », se « situer » dans l’espace, calculer les distances et les trajectoires pour éviter les accidents (un scooter qui double par la droite, un piéton qui traverse au moment où on se gare, par exemple). Tous ces nouveaux services, tels qu’Autolib‘ ou Velib‘, contribuent à ancrer dans le paysage ces nouveaux modes d’utilisation des véhicules.

Le plus grand système d’autopartage du monde

Autolib’ est le plus grand système d’autopartage du globe, avec 2000 voitures en autopartage, 3500 bornes de charge en région parisienne et déjà 70 000 clients inscrits. Une fois les premiers succès enregistrés à Paris, puis en région parisienne, ce système d’autopartage est progressivement étendu à d’autres grandes villes comme Lyon et Bordeaux, et à l’international.

Paris. Le point sur le projet Autolib'

Selon Sylvain Geron cette « révolution » des usages automobiles est le fruit de trois évolutions simultanées :

  1. le partage,
  2. les voitures électriques
  3. la notion de « smart ».

voiture électrique hausse des ventesJusqu’à aujourd’hui on le concevait pas la voiture sans envisager d’en être propriétaire : mieux, la voiture est même l’un des principaux achats statutaires.

A présent, ceux qui sont prêts à partager une voiture sans en être propriétaires sont de plus en plus nombreux. A tel point que de nombreux clients d’Autolib’ ont vendu leur ancienne voiture. Cela est à mettre en parallèle avec le succès de la colocation.

Les français et la voiture, la fin d’une histoire d’amour
Encyclo écolo les Français et la voiture

Pour revenir à la notion de « smart », notons que les voitures sont conçues dès le départ pour intégrer cette intelligence nouvelle et faire partie d’un système d’information plus large. Cela grâce aux technologies de partage et aux réseaux de nouvelle génération qui  arrivent à maturité.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis