Vers une relance des trains de nuit et du fret ferroviaire ?

Dans son interview du 14 juillet dernier, Emmanuel Macron a annoncé vouloir redévelopper la circulation du fret ferroviaire, des trains de nuit et des petites lignes de train en France. Une volonté économique mais également écologique.

Rédigé par Aurélie Giraud, le 18 Jul 2020, à 8 h 00 min

À l’occasion de son entretien télévisé du 14 juillet, le président de la République, Emmanuel Macron, a indiqué vouloir relancer le transport de marchandises par train. De même, les voyages de nuit par trains couchettes et les trajets sur les petites lignes devraient bientôt reprendre du service.

Trains de nuit : un investissement d’1,5 milliard d’euros

Certains élus et collectifs l’attendaient depuis longtemps. « Pour nous, c’est un peu une victoire parce que jusqu’à présent on prêchait dans le désert » explique Pascal Dauboin, membre du collectif « Oui aux trains de nuit » dans des propos rapportés par France Info(1). Il y a une trentaine d’années encore, de nombreux trains de nuit sillonnaient encore l’Hexagone. Mais avec l’arrivée du TGV et des vols low cost, ces trains, trop peu rentables, ont peu à peu disparu.

Après une longue agonie, la plupart des trains de nuit ont été supprimés par l’État, qui recommence à s’y intéresser © katerinaShoh

Actuellement, la SNCF ne fait plus fonctionner que deux lignes de nuit, celles de Paris-Briançon et Paris-La Tour de Carol et celle de Perpignan-Port Bou. Ces trains particulièrement vétustes ont également étaient délaissés par les voyageurs recherchant davantage de confort. De plus, ils étaient régulièrement en retard ou annulés.

Cependant, acheter de nouvelles voitures couchettes va demander un certain investissement. Il faudra également qu’ils soient adaptés aux nouvelles règles sanitaires, qu’ils disposent de prises et de Wifi. Le collectif estime que cela pourrait coûter environ 1,5 milliard d’euros.

Lire aussi :  Les modes de transport les moins polluants

30 liaisons rouvertes d’ici à 2030 ?

Quinze liaisons nationales et quinze autres internationales pourraient être rouvertes d’ici 2030. Pascal Dauboin indique que cela : « correspond à pas mal de trajets en France mais aussi en Europe comme par exemple des Paris-Berlin ou San Sebastian-Lyon. Il y a plein d’endroits où le train de nuit peut apporter une solution ».
Ainsi, s’endormir à Paris et se réveiller à la plage sera bientôt de nouveau possible. Pour les voyageurs les trains de nuit sont à la fois économiques et pratiques. À la fin de l’été, un rapport devrait être rendu concernant l’avenir des trains de nuit.

En 2018, les 9.000 kilomètres de petites lignes ont frôlé la fermeture recommandée par le rapport Spinetta. Pour SNCF Réseau, il faudra 7 milliards d’euros pour redévelopper ces lignes jusqu’en 2028. Ce sera la même chose pour le fret ferroviaire qui n’assure plus que 10 % du transport de marchandises, ces dernières majoritairement conviées par la route. Cependant, le fret ferroviaire permet d’émettre 9 fois moins de CO2 par tonne en comparaison au fret routier.

Lire aussi : Railcoop pour le renouveau des lignes de train inter-régionales

Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Alors que la fermeture de plusieurs lignes historiques avait été décidée en 2017 par le gouvernement Hollande, Emmanuel Macron souhaite changer de cap. Il y a trois ans, cette décision avait été prise alors que chaque billet vendu coûtait plus de 100 euros de subvention de l’État. Une économie avait voulu être réalisée. Mais aujourd’hui, il s’agit davantage de concilier économie et environnement.

Plus écolo que l’avion, les trains de nuit vont-ils faire leur grand retour ? © icosha / Shutterstock

L’objectif de l’Hexagone est de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 % entre 1990 et 2030. Celles-ci devront également être divisées par 4 en 2050. Emmanuel Macron voit dans le train une alternative moins polluante aux avions low cost.
Lors de son entretien télévisé du 14 juillet, il a d’ailleurs indiqué qu’il souhaitait redévelopper les trains de nuit et le fret ferroviaire afin de réaliser des économies et de « réduire nos émissions » de gaz à effet de serre. Le président de la République compte dans le même temps remplir les objectifs de la Convention citoyenne pour le climat.

Illustration bannière : Le train de nuit, c’est une lente invitation au voyage, teintée d’un peu de romantisme et de mélancolie – © Vereshchagin Dmitry
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis