Les Suisses tournent le dos au nucléaire

Une majorité d’électeurs suisses ont accepté de tourner définitivement le dos au nucléaire par référendum, ce 21 mai 2017.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 22 May 2017, à 9 h 18 min

Les Suisses ont choisi de voter en faveur du développement des énergies renouvelables lors d’un référendum organisé le 21 mai 2017. Une nouvelle loi sur l’énergie interdisant les nouvelles centrales nucléaires a été adoptée à 58,2 %. Ce vote est le résultat d’un long processus entamé depuis l’accident nucléaire de Fukushima au Japon. En effet, peu de temps après la catastrophe, la Suisse avait décidé de sortir du nucléaire.

Une nouvelle loi sur l’énergie visant à remplacer le nucléaire

Les Suisses ont approuvé une nouvelle loi sur l’énergie par référendum, afin de remplacer progressivement le recours au nucléaire. Selon les résultats définitifs de la chancellerie fédérale, le texte a été approuvé par 58,2 % des électeurs. Cette loi vise à promouvoir l’utilisation des énergies renouvelables comme l’hydraulique, le solaire, la géothermie et la biomasse. Pour rappel, la Suisse compte cinq réacteurs nucléaires produisant près d’un tiers de l’électricité nationale.

nucleaire

Le résultat de ce référendum met fin à un long processus, initié après l’accident nucléaire de Fukushima qui s’est produit en 2011 au Japon. En effet, quelques semaines après cette catastrophe, la Suisse avait décidé de sortir du nucléaire à l’horizon 2034. Cependant, il a fallu attendre plusieurs années avant qu’une loi soit adoptée par le Parlement, puis par le peuple.

Sortie du nucléaire : la question du coût

La Suisse se donne jusqu’en 2050 pour assurer sa consommation électrique sans avoir recours au cinq réacteurs, qui fournissent une part de l’électricité du pays. L’objectif est d’abaisser la consommation moyenne par personne de 16 % par rapport à l’an 2000 d’ici 2020 et de 43 % d’ici 2035. Ces délais sont nécessaires, afin que les centrales nucléaires soient mises hors d’usage et pour que les énergies renouvelables prennent le relais.

Le coût de cette transition progressive fait débat. Le gouvernement a évalué le coût de la sortie du nucléaire à 40 euros par an et par ménage. Il met en avant une plus grande efficacité énergétique, ainsi que les emplois créés par les énergies renouvelables. Toutefois, pour les opposants, une telle décision coûterait près de 3.000 euros par an pour une famille de quatre personnes. « On ne peut pas faire une transition énergétique sans que ça ne coûte rien à personne », estime ainsi le libéral-radical Benoit Genecand.

Illustration bannière : un réacteur nucléaire ©Schweizer Tobias
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




3 commentaires Donnez votre avis
  1. SEULEMENT 43% de votant

  2. La géothermie, en Suisse?
    À quelle profondeur et où?

  3. Il n’en reste pas moins copropriétaire des centrales du Bugey et de Fessenheim dont il achètent une part de la production.
    Donc plus de nucléaires chez eux, mais chez le voisin, c’est bien pratique.
    On leur a expliqué cela aux Helvètes?

Moi aussi je donne mon avis