Sondage : pour ou contre la retraite à 65 ans ?

C’est la mesure phare – en tous les cas la plus clivante – du programme économique du président Emmanuel Macron, tout juste réélu : le recul de l’âge de départ légal à la retraite à 65 ans. Une réforme des retraites justifiée pour le chef de l’État et ses ministres, à laquelle sont opposés l’ensemble des syndicats. Alors que François Bayrou, président du MoDem, se dit « favorable » à un référendum sur cette réforme « explosive », nous vous donnons la parole dans notre sondage du mardi : êtes-vous pour ou contre la retraite à 65 ans ?

Rédigé par Cecile, le 3 May 2022, à 8 h 02 min
Sondage : pour ou contre la retraite à 65 ans ?
Précédent
Suivant

Emmanuel Macron déterminé à mettre en place sa réforme des retraites

La réélection d’Emmanuel Macron actée, le président de la République s’attaquera cette année à l’un de ses plus gros chantiers : la réforme des retraites. Une réforme « explosive », dont l’objectif est clair : travailler plus longtemps en alignant l’âge de départ légal à la retraite sur la moyenne européenne, et ce sur une dizaine d’années, soulignait récemment sur France Info Stanislas Guerini, délégué général de LaREM.

En passant cet âge légal de départ à la retraite à 65 ans, le chef de l’État souhaite pouvoir revaloriser les retraites et plus particulièrement les petites retraites, en instaurant une retraite minimum. « Pour un salarié qui a travaillé toute sa vie, ce sera 1 100 euros par mois. Pour financer ça, on dit qu’on veut travailler plus longtemps, parce qu’on vit plus longtemps », expliquait également Stanislas Guerini. En reculant l’âge de départ légal à la retraite, l’État devrait pouvoir économiser près de 8 milliards d’euros d’ici 2027.

Du côté des adversaires politiques comme des syndicats, l’opposition est de mise. C’est pourquoi Emmanuel Macron se dit prêt à faire évoluer son projet, en accord avec l’ensemble des partenaires sociaux.

A lire aussi : Retraite : les femmes toujours mal-pensionnées

Vers un référendum sur l’âge légal de départ à la retraite ?

Le président de la République serait-il prêt à laisser les Français s’exprimer à ce sujet, via la tenue d’un référendum ? Le chef de l’État semblerait davantage enclin aux discussions, comme il le laissait entendre au micro de France Inter, le 22 avril dernier. « Je pense que sur un sujet comme ça, c’est d’abord la concertation, la discussion et le respect de toutes les parties prenantes », déclarait-il.

Un référendum, François Bayrou le souhaiterait si tel était nécessaire. Présent ce 1er mai 2022 sur le plateau de Dimanche en politique (France 3), le président du MoDem s’est dit « favorable » à cette réforme des retraites. Proche d’Emmanuel Macron, il a ainsi défendu « l’idée du référendum » en expliquant qu’en cas de blocage, les Français pourront alors choisir. Le haut commissaire au Plan a toutefois ajouté que ça n’était pas « une idée majoritaire » et que la réforme des retraites devait être considérée avant tout comme une mesure en faveur des Français et non favorisant le gouvernement.

Face à l’importante contestation, la majorité pourrait-elle avoir recours au fameux 49-3 pour faire passer la réforme des retraites en force ? Toutes les options seraient à envisager, comme le laissait entendre le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, sur les ondes de France Info ce 25 avril. « Je ne peux pas donner cette garantie (NB : que le gouvernement n’aura pas recours au 49-3). Cette réforme doit faire l’objet le plus possible de discussions et de dialogue avec l’espoir de parvenir à un compromis », soulignait-il toutefois. Pour l’heure, l’opposition est vive, comme le démontrent les manifestations et les incidents qui ont éclaté en ce 1er mai 2022, à quelques semaines des législatives.

A lire aussi : Réforme des retraites : calculez l’état actuel de votre pension

Un 1er mai 2022 marqué par l’opposition contre la réforme des retraites

SI l’objectif d’Emmanuel Macron est de reculer l’âge de départ à la retraite, celui des syndicats et associations était tout aussi clair en ce 1er mai 2022 : interpeller le gouvernement sur la réforme des retraites. En France, les traditionnels défilés du 1er-Mai ont été marqués par ce sujet crucial, comme le prouvaient les nombreuses pancartes brandies par les près de 210 000 manifestants comptés par la CGT – 116 500 d’après le ministère de l’Intérieur.

Des manifestations qui pour certaines ont dégénéré. A Paris, 8 policiers ont été blessés et des casseurs encagoulés s’en sont pris à plusieurs enseignes, notamment sur le parcours reliant République à Nation. Des violences et affrontements avec les forces de l’ordre qui ont mis un certain temps le cortège à l’arrêt.

54 interpellations ont eu lieu (bilan provisoire), dont celle de « la femme qui a attaqué le pompier qui n’est pas blessé, fort heureusement », a fait savoir en soirée Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur.

A lire aussi : Réforme des retraites : pour les Français, c’est pas le moment

Retraite à 65 ans : la CGT décidée à ne pas faire aboutir la mesure

Du côté de la CGT, le message est on ne peut plus clair : « L’objectif, c’est que cette mesure ne puisse pas aboutir », martelait le leader de la CGT ce samedi 30 avril, au micro de France Inter. Pour Philippe Martinez, qui appelait à la mobilisation lors des défilés du 1er-Mai, tout doit être fait pour bloquer une réforme qualifiée d’injuste pour les salariés. « On ne peut pas accepter que les salariés travaillent jusqu’à 65 ans », a-t-il insisté, tout en soulevant plusieurs problématiques.

« Est-ce qu’on va donner du travail aux jeunes si on laisse travailler plus longtemps ceux qui ont déjà du boulot ? Personne n’a répondu à cette question », a-t-il souligné, avant de questionner : « Et comment règle-t-on le problème des plus de 55 ans, dont un sur deux n’est plus au boulot entre 55 et 62 ans ? »

Sur son site Internet, l’Union fédérale des syndicats de l’État dénonce également une réforme « inadmissible et infondée » qui « constitue une attaque en règle contre la Sécurité sociale ». La CGT souhaite ainsi un départ à la retraite dès 60 ans « pour toutes et tous, avec un revenu de remplacement permettant de vivre dignement ».

ConsoGlobe, désireux de connaître l’opinion de ses lecteurs à ce sujet, vous laisse la parole : êtes-vous pour ou contre un âge de départ à la retraite fixé à 65 ans ? Merci de répondre à notre sondage ci-dessous.

Pour ou contre la retraite à 65 ans ?
Illustration bannière : © Shutterstock.
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




3 commentaires Donnez votre avis
  1. J’ai pris ma retraite à l’âge de la retraite de l’État de 65 ans, il y a 10 ans… au Royaume-Uni. L’âge des pensions d’État est passé à 66 ans l’année dernière et devrait passer à 68 ans entre 2044 et 2046. Cependant, à la suite d’un récent examen, le gouvernement britannique a annoncé son intention d’avancer ce calendrier afin qu’il devienne 68 ans entre 2037 et 2039. ..
    Alors de quoi te plains-tu ???? !!!

  2. en plus à qui notre gouvernement va donner la gestion de nos retraites ? à BlackRock !! ça c’est la mort des futurs retraités aussi !

  3. La devise de la république c’est liberté égalité fraternité. J suis scandalisé que certains partent encore à la retraite à 62 ans avec des retraites confortables alors que d’autres qui ont aussi beaucoup travaillé doivent attendre 67 ans pour partir avec des retraites misérables (nettement en dessous du minimum viellesse). Il s’agit des indépendants, même s’ils se sont épuisés à salarier des personnes qui elles partirons à 62 ans. C’est ça l’égalité? et je ne parle pas de ceux qui partent avant 62 ans, car il y en a encore. Nous ne pouvons pas nous contenter d’un projet qui assèche les caisses de retraite rendant impossible les revalorisations des petites retraites. Nous n’avons pas travaillé 45 ans d’affilé pour mourrier de faim. Les autres doivent aussi prendre leur part du travail et des cotisations.

Moi aussi je donne mon avis