Enfants en situation de handicap : le parcours du combattant à l’école

Les lois existent, mais ne sont pas toujours appliquées faute de moyens matériels et humains sur place. Résultat, des milliers d’enfants en situation de handicap ne pourront pas aller à l’école cette année.

Rédigé par Maylis Choné, le 23 Sep 2018, à 15 h 35 min

Le gouvernement parle de « l’école inclusive ». Derrière ce terme, beaucoup de promesses pour les élèves en situation de handicap. Mais la réalité peine à suivre.

Une rentrée compliquée pour de nombreux enfants en situation de handicap

Près d’un mois après le début des cours en France, il est déjà possible de faire un premier bilan de la rentrée scolaire des élèves en situation de handicap. Aujourd’hui 340.000 enfants handicapés sont scolarisés presque normalement, dans cette école dite « inclusive », c’est-à-dire l’école ordinaire, contrairement aux centres d’accueil spécialisés.

Une rentrée difficile pour de nombreux élèves en situation de handicap © wavebreakmedia

Pourtant, certaines familles ont eu la mauvaise surprise, quelques jours à peine avant la rentrée, et parfois même le jour de la rentrée scolaire, d’apprendre que leur enfant ne pourrait rejoindre cette année les bancs de l’école qu’il fréquentait pourtant jusqu’au mois de juin dernier. En cause ? Le manque de personnel pour les accompagner.

Une pénurie d’assistants de vie scolaire en France

Le problème réside bien dans le décalage entre ce qu’il se passe sur le terrain et les déclarations du gouvernement, en particulier du ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer et de la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel. Ces derniers aspirent à des parcours personnalisés, à la carte, pour ces enfants, dans le cadre de l’école ordinaire.

Dans la pratique, cela représente le plus souvent un parcours du combattant pour les parents qui doivent jongler entre le suivi médical de leur enfant dans des structures spécialisées et les quelques heures d’école – si et seulement si ce dernier a la chance d’avoir un assistant de vie scolaire (AVS) à ses côtés. Cette année 3.500 postes d’AVS ont été créés.

Des AVS encore trop peu nombreux dans les écoles © Monkey Business Images

Ce n’est pas encore assez et, fautes de données, on peine à connaître le nombre exact de postes qu’il faudrait encore créer pour répondre à la demande.

Les associations vent debout pour défendre le droit des élèves handicapés

Pourquoi manque-t-on à ce point d’AVS en France ? Le travail est peu ou pas reconnu, les formations manquent et les salaires sont peu attractifs. Autre problème dénoncé par les associations concernées et les familles d’enfants en situation de fragilité physique ou mentale : le trop grand décrochage entre l’accueil des enfants en situation de handicap de la maternelle au primaire et l’entrée au collège.

La loi pour l’égalité des droits et des chances du 11 février 2005 contient de nombreuses promesses, hélas, pas toujours réalisées ou réalisables sur le terrain. Cette situation entraîne la grogne des parents qui doivent parfois abandonner leur emploi pour s’occuper à domicile et à temps plein de leur enfant non scolarisé.

C’est le cas de ces deux mamans qui sont restées douze heures en haut d’une grue à Lille pour alerter le rectorat sur le manque d’AVS. Elles ont été entendues : une campagne de recrutement est lancée ce 20 septembre.

Illustration bannière : Scoalriser un enfant en situation de handicap : un véritable combat – © Denis Kuvaev
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis