Saltwater : des emballages que les animaux marins peuvent manger

En Floride, la brasserie Saltwater, a créé un packaging innovant pour ses canettes de bière : à base de froment et d’orge, les animaux marins peuvent le manger. Une belle initiative pour contribuer à sauver les espèces qui trouvent souvent la mort dans les anneaux de transport en plastique.

Rédigé par Lucia García Botana, le 19 May 2016, à 16 h 00 min

Les packs de six canettes de bières sont les plus communs, souvent économiques et faciles à transporter grâce aux anneaux prévus à cet effet. Mais souvent, ces plastiques finissent dans les océans, et portent un grave préjudice aux espèces marines.

Une brasserie de bière américaine vient de sortir un nouveau type d’emballage, fait à partir de froment et d’orge, complètement biodégradable et qui peut aussi nourrir les espèces marines. Au lieu de trouver la mort à cause des anneaux de transport et de rangement en plastique classiques, les poissons, les tortues et autres animaux pourront se libérer en mangeant ces ingénieux emballages, un moyen efficace de soulager les océans et la biodiversité.

Bière, surf et écologie

L’idée vient d’un groupe local de surfeurs, pêcheurs, biologistes et autres gens engagés auprès des océans et des propriétaires de la brasserie Saltwater. Conscients des effets néfastes que leurs emballages et notamment les fameux anneaux en plastique ont sur les océans et sur la planète en général, ils ont eu l’idée de développer un packaging alternatif  :

Saltwater_Brewing

Cet emballage révolutionnaire est obtenu à partir des restes de froment et d’orge, rejetés lors du processus de fabrication de la bière. Sa fabrication ne requiert donc pas d’augmentation des cultures de céréales et n’utilise pas de produits chimiques.

En plus d’être complètement biodégradable et comestible, ce matériau est aussi résistant et efficace que le packaging en plastique. De quoi améliorer la durabilité de l’industrie brassicole et éviter la consommation de tonnes de plastique, si polluant tant par ses processus de production que par sa faible et dangereuse dégradation dans la nature.

Êtes-vous prêt à payer plus pour le bien-être de la planète ?

Pour l’instant les coûts de production sont élevés, ce qui se répercute sur le prix de la bière : c’est donc aux consommateurs de décider s’ils sont prêts à payer la différence pour le bien-être des animaux et de la nature. Mais, l’équipe de Saltwater espère que son projet aura du succès, et que beaucoup d’autres marques, dont les plus grandes, vont aussi s’engager très vite dans cette voie, ce qui ferait baisser les coûts de production des emballages alternatifs au plastique.

edible-six-pack-inside

Cependant, la compagnie rappelle qu’elle ne promeut aucunement le rejet de déchets dans la nature, tout biodégradables soient-ils, et que la pollution des océans est le problème de tous. Mais, l’emballage mangeable pourrait éveiller les consciences et montrer qu’il y a des façons de consommer alternatives viables.

Illustration bannière : Mouette aux prises avec des anneaux de transport en plastique – © Tom Grundy Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai grandi dans la région rurale de Galicia, en Espagne, où les montagnes et les forêts rencontrent l'océan Atlantique. Ma conscience envers la protection...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonne idée mais ça ne sera pas facile pour l’animal de manger quelque chose coincé autour de son cou, et comment saura t-il que c’est comestible?

    • Ils vont mettre un logo sur l’emballage pour dire qu’il est comestible, quand je vois que l’on interdit les sacs plastique qui est une bonne chose en soit, mais les fabricants continuent et on autorise toujours l’utilisation de contenants plastique que l’on jette, surtout tout ce qui emballages avec système de pulvérisation qui sont impossible à recharger, qui finissent à la poubelle, encore que, il faudrait trouver les produits en vrac, et bien d’autres emballages de ce genre, mais il est difficile de s’attaquer à ces lobbies, faut il encore que nos gouvernants en aient le courage.

Moi aussi je donne mon avis