Recyclage des DEEE : des efforts restent à faire

Rédigé par Aurore, le 23 Jun 2011, à 17 h 55 min

Une nouvelle fois, la CLCV (Association nationale de consommateurs et usagers) a fait connaître les résultats de son enquête concernant la collecte des DEEE (Déchets d’équipements électrique et électroniques).

Alors que les Français sont de plus en plus au fait de ce qu’est l’éco-participation et la possibilité qu’ils ont de faire reprendre leurs vieux appareils, des efforts sont encore à faire pour que la majorité des DEEE soit collectée et ainsi mieux recyclée.

Faire reprendre son appareil pour lui permettre d’être recyclé

Faire reprendre son appareil électrique ou électronique, ce n’est pas simplement se débarrasser d’un appareil encombrant. C’est également lui permettre d’entrer dans un processus de recyclage, revalorisation ou destruction adapté.

Dernièrement, la CLVS a publié les résultats de son enquête, menée par MV2 Conseil et MaxiMiles concernant les DEEE.

Pour cela, 1.016 personnes ont été interrogées et on apprend ainsi que que si les achats d’appareils électriques ou électroniques ont légèrement baissé pour la même période d’enquête en 2010, 38 % de ceux qui avaient acheté un nouvel appareil dans les douze mois précédents l’ont fait sur internet, pour 35 % en 2010.

Les personnes interrogées sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses à savoir qu’à l’achat d’un produit électrique ou électroniques, ils peuvent faire reprendre leur ancien produit gratuitement par le vendeur, dans le but de le faire dépolluer et recycler.

Pourtant, entre 2010 et 2011, la part des personnes qui ont bénéficié de cette reprise d’appareil en magasin n’est que de 27 %, tandis que les sondés mettent en avant pour les achats sur Internet que seuls 22 % d’entre-eux se sont vus proposer la reprise d’équipement.

Les déchets D3E, c’est quoi ?

Le terme « DEEE » désigne tous les déchets d’équipements électriques et électroniques tels que les téléviseurs, sèche-cheveux, appareils photos, etc.

Depuis la mise en place de la filière en France en 2006 et selon la directive européenne DEEE de 2003, ces objets du quotidien, s’ils ne sont pas bien recyclés, sont considérés comme étant à la fois une source potentielle de pollution et de gaspillage.

La responsabilité du financement et de la gestion des DEEE ménagers repose ainsi sur des éco-organismes agréés par les pouvoirs publics, comme EcoLogic

*

L »Assemblée Nationale a voté le 12 avril 2013 la prorogation de la loi  sur l’éco-participation visible qui sera donc répercutée à l’identique jusqu’au 1er Janvier 2020, pour la gestion des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE).

La suite p.2> L’éco-participation : une démarche saluée

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Entre magazines, romans et presse générale, je suis une passionnée de l'information, qu'elle soit sérieuse ou décalée ! Consommer durable n'est pas qu'un...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis