Quand les éco-recharges sont plus chères !

Rédigé par Jean-Marie, le 12 Nov 2013, à 17 h 02 min

Parmi les gestes les plus évidents à adopter quand on fait les courses, afin de ne pas gaspiller, il y a celui de choisir des écorecharges. Les écorecharges nous sont présentées comme étant une manière d’économiser. Hélas l’économie ne va pas toujours dans la poche de celui auquel on pense. Démonstration d’Olivier Dauvers dans un hyper avec les écorecharges de Nescafé.

L’écorecharge, un choix de prévention pour la planète

Parmi les dix gestes de « prévention » préconisés par l’Ademe ; il y a le choix du bon emballage, de préférence en écorecharge ou en vrac.

Privilégier le bon conditionnement et les produits avec moins d’emballage

  • Pour les produits non périssables (savons, lessive, papeterie…) ainsi que pour les denrées alimentaires qui ont des dates de péremption très éloignées (sel, sucre, café, céréales, riz, épices, thé, fruits secs, noix…), privilégions les grands conditionnements.
  • Privilégions ces produits au détail ou en vrac, et préférons les produits concentrés et les écorecharges pour tout ce qui est produits d’entretien et d’hygiène.

La promesse consommateur implicite des écorecharges – c’est moins cher puisqu’il n’y a pas le conditionnement d’origine –  est-elle trahie ?

ecorecharge-nescaféJ’ai souvent pointé les éco-recharges qui, malgré un sous-entendu client évident n’ont rien d’économique !

Le télescopage est toujours d’autant plus violent que les deux produits sont implantés l’un à côté de l’autre.

> Nescafé, comme d’autres, a ainsi souvent été pris par la patrouille. Pour y échapper, la marque a revu sa copie.

L’éco-recharge n’affiche désormais plus que 150 g sur la balance, histoire sans doute de brouiller les repères et de compliquer la comparaison. Mais son implantation à côté du bocal classique de 200 g ne trompe personne. Les deux produits ont une vie commerciale commune.

bonhomme-croissanceMais l’éco-pack n’en est toujours pas plus avantageux, bien au contraire : 28,20 €/kg pour le bocal verre, 31,60 €/kg pour l’éco-recharge. Y’a bien mieux à faire pour « éduquer » le consommateur à une consommation plus vertueuse.

Mais par moment, j’avoue perdre tout espoir de vertu (commerciale du moins). Sur ce point, les marques comme les enseignes (elles ne sont pas exemptes de reproches par les coefficients qu’elles appliquent) n’en finissent pas de désespérer le grand naïf que j’ai dû rester…

Qu’en est-il chez la boutique partenaire de consoGlobe ?

ecorecharge-lessiveOuf, notre partenaire Mieux Vivre respecte une hiérarchie des prix plus logique : les écorecharges sont plus avantageuses pour le budget du consommateur. Voyez ces deux exemples avec de la lessive :

bonhomme-croissanceLessive liquide écolo emballage classique 2L 7,95€ soit 3,98€/l
Recharge lessive liquide écolo 2L 6,65€ soit 3,33€/l

Liquide vaisselle emballage classique 500ml 2,29€ soit 4,58€/l
Recharge liquide vaisselle 500ml 1.80€ soit 3,60€/l

bonhomme-interrogationDe votre coté, dans vos magasins, constatez-vous des écarts de prix entre les écorecharges et les produits dans leur emballage traditionnel ?

*

Je veux témoigner

Environnement : des packagings écologiques de plus en plus innovants

Olivier Dauvers dans Notes le 25 octobre 2013

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

25 commentaires Donnez votre avis
  1. je voudrais faire remarquer qu’en ce qui concerne l’environnement, les écorecharges en plastique ne peuvent pas être recycler par rapport au verre. Cela fait donc de plus en plus de plastique non recyclable qui viennent s’agglomérer dans l’environnement car ils sont soit brûler soit enterrer ou alors ils finissent par arriver dans l’océan où ils sont avaler par la faune marine et ils se retrouvent dans nos assiettes en microparticules et notamment une étude récente a démontré que les moules avalaient ces particules et donc en consommant des mouyles, eh bien nous mangeons les déchets que nous avons semés. Qui sème le vent, récolte la tempête……

  2. A la biocoop les produits en vrac sont au même prix (voire à peine plus chers!) que les produits emballés plastique, par exemple les pâtes…
    Et, sans parler d’éco-recharge, les bières Leffe sont en effet moins chères en packs (petites bouteilles) qu’en bouteilles de 75cl…

  3. La pub pour Auchan conclue cet article avec en prime, une photo de l’Arbre Vert, un lien vers leur site commercial et un petit paragraphe débutant par : « Ouf, notre partenaire Mieux Vivre respecte une hiérarchie des prix plus logique : »

    Mieux vivre, c’est Auchan !

    Pourquoi cet article ne cite pas d’autres marques (au mois deux) respectant une baisse de prix pour l’éco-recharge ?

    • Désolé d’avoir posté au mauvais endroit après un bug, c’était une réponse à Alexandra qui commentait mon post.

  4. Dans les hypper de la région l’eco recharge arbre vert coute plus cher que l’emballage classique

  5. Le rôle des pouvoirs publics est d’orienter le citoyen, qui est aussi un consommateur, vers des choix en faveur de l’intérêt général.
    L’éco recharge (ou plutôt sa rareté, voir son absence) est une démonstration du peu d’intérêt de nos dirigeants pour notre avenir : le déchet est un bien de consommation comme un autre, qui est une filière en soi, avec sa propre économie : production, transport, recyclage, destruction etc… tout ça représente beaucoup d’emplois! Si nous arrêtions de suremballer ça ferait beaucoup de chomeurs! La croissance dont nous avons besoin pour financer (et non pas rembourser) notre dette abyssale n’est pas compatible avec l’arrêt des gaspillages en tous genres. Le temps du bon sens est révolu, nous avons franchi depuis longtemps des seuils de non retour…

  6. Pour les produits, je les prends au biocoop, et je recharge directement dans le bidon vide .. c’est vrai que je n’ai pas regardé le prix, mais moi ce qui me gène avec les éco recharges, c’est qu’elles ne vont pas à la poubelle de tri mais dans le sac noir, alors qu’est ce qui est écologique dans ce cas là ?

  7. Pas très convaincant « l’Arbre Vert » comme partenaire écologique : cette marque utilise du Sodium Laureth Sulfate et des PEG (substances éthyoxylatés et potentiellement cancérigènes dans ses gels douches, shampooings,etc). Je ne comprends pas comment elle a pu obtenir l’ Ecolabel européen ! Il semble que les certifications ne donnent pas vraiment de garantie de qualité.
    Alors moins cher, certes mais très mauvais pour la peau et pour l’environnement, à éviter absolument (puisqu’il y a un autre mot qu’il est interdit d’utiliser…)

  8. Tous les produits qui n’ont pas augmentés, on eu le poids diminué.

    Alors c’est quoi si ce n’est pas un ++++et++++

  9. faites attention aussi aux promos : achat par 2 ou 3, souvent plus cher qu’à l’unité. Les quantités aussi ont changé (lessive par exemple) plus léger mais au même prix = plus cher.
    Faire une liste, si possible mettre les prix du dernier achat et s’y tenir c’est une manière simple de faire des économies.

  10. Ce qui prouve que si nous voulons faire des courses économiques il faut avoir sa calculette en main. Produits de marque ou de distributeur c’est souvent le consommateur le dindon de la farce. De plus, ne perdons pas de vue que le consommateur écolo et bio est forcément plein aux as alors arnaquons-le. Maintenant que je suis retraitée j’ai le temps et le devoir de calculer et je fais mes courses dans différentes enseignes….. donc je joue la concurrence.

  11. Le problème dans les eco -recharge ou autre emballage , c’est que le prix au kg n’est pas affiché d’office. On trouve le prix à l’unité pour l’un , le prix au kg pour un autre voire le prix au litre . 3 versions différentes pour un produit d’une même enseigne (lessive/ produit lave vaisselle…) . je fais mes courses chez Auchan. Et je rouspète à chaque fois.

  12. Pour ma part,les éco-recharges, je ne les regarde même pas. je me fourni en produits au détail à la Biocoop pour le sucre (rapadura, miam!),les fruits secs, le riz, semoule, etc. je les mets dans de jolis bocaux à la maison. Je fais mes yaourts sans yaourtière (facile et rapide, moins cher aussi, voir sur le net), je fais ma lessive en râpant du savon de Marseille que je fais chauffer dans l’eau (c’est vraiment vite fait, parce que je n’ai pas que ça à faire…voir la recette sur le net)et cela me sert pour le sol et partout dans la maison. Je fais mon démaquillant avec de l’eau de chaux (en grand flacon à la pharmacie) et de l’huile végétale (par exemple l’huile de rose musquée, qui est anti-rides). Mon shampoing, du rhassoul acheté au détail.Je filtre mon eau dans un pichet, avec des filtres rechargeables, etc. Bref, je fais appel à ma curiosité, mon inventivité, et mon envie de simplicité. Entre autres.
    bon mais c’est vrai, j’ai encore pas mal d’emballages dans ma poubelle, malgré tout.

    • pas d’éco recharge pour moi non plus. Vive le vrac et les bocaux en verre comme stockage.
      Marie, je ne connaissait pas le démaquillant à l’eau de chaux et le shampoing au rhassoul. Ca m’intéresse !!

  13. Sur le cacao banania et le cafe soluble aussi

  14. BANANIA bien plus cher en eco recharge .Le café soluble aussi ,

  15. Cacao BANANIA L’ECO RECHARGE BIEN PLUS CHER AU KG

  16. les co recharges ne sont pas recyclable en général comparé a la boites en verre ou en carton

  17. On parle du prix des éco-recharges, mais on en trouve de moins en moins, notamment pour les produits pour les sols alors que quelques mois en arrière, elles étaient faciles à trouver dans toutes les grandes surfaces. Lassé de devoir racheter des bouteilles, j’ai sauté le pas et je fabrique moi-même mon détergent (avec la recette ConsoGlobe sauf que la quanté d’HE est erronée : 2 gouttes suffisent…).A agir ainsi l’industrie se tire une balle dans le pied : à force d’ignorer l’aspect environemental dans ses produits, elle finira par ne plus vendre du tout.

  18. On le répète pourtant assez souvent: lire les composants et calculer (je dis bien « calculer » et pas « lire ») le prix au kilo.

  19. Ce n’est pas nouveau: le cacao poulain est plus cher en boîte de carton qu’en boîte plastique, la danette plus chère en bac familial, la bière plus chère en grande bouteille… J’essaye au maximum de limiter les emballages mais là faut pas pousser: je ne payerais pas plus cher pour une eco recharge!
    Avez-vous une explication de ces prix étonnants?

    • Oui! Les industries surfent sur la vague ecolo et nous prennent pour des imbéciles!!
      Soyons VIGILANTS!!!

  20. Joli coup de pub pour Auchan, je n’appelle pas ça un article d’information !!!

    • je cherche encore le joli coup de pub pour Auchan dans l’article, c’est où ?

    • La pub pour Auchan conclue cet article avec en prime, une photo de l’Arbre Vert, un lien vers leur site commercial et un petit paragraphe débutant par : « Ouf, notre partenaire Mieux Vivre respecte une hiérarchie des prix plus logique : »

      Mieux vivre, c’est Auchan !

      Pourquoi cet article ne cite pas d’autres marques (au mois deux) respectant une baisse de prix pour l’éco-recharge ?

Moi aussi je donne mon avis