Quand le gaspillage alimentaire allume la lumière

Rédigé par Jean-Marie, le 15 Nov 2012, à 14 h 55 min

A Moissa, dans le Tarn-et-Garonne, une entreprise réussit à convertir des surplus alimentaires en production électrique plutôt que de les laisser jeter. Depuis septembre 2011, cette PME apporte ainsi une réponse concrète à la question : que faire des tonnes d’aliments invendables récupérées chaque année des magasins, restaurants ou entreprises ?

Des fruits périmés transformés en gaz

Boyer, qui possède une usine de conditionnement de fruits fait face au casse-tête des déchets alimentaires, des melons non conformes ou impropres à la consommation. Elle en produit plus de 120 tonnes par an et est donc contrainte, depuis la loi votée suite au Grenelle de l’environnement, de les recycler. Mais comment ?

Pas facile de s’en servir pour le compost ou l’alimentation animale, solutions les plus fréquentes. D’où l’idée de se servir de la technologie de la société Greenwatt qui va transformer les fruits gâtés en biogaz.

Comment ça marche ?

  1. Concrètement, les fruits avariés sont directement envoyés dans deux cuves de 450 000 litres où ils vont se décomposer naturellement.
  2. Dans la première cuve, se déroule la première étape : l’acidogénèse, qui convertit les molécules organiques issues des déchets en acides gras.
  3. Seconde étape, la méthanogènèse, qui transforme ces acides gras en biogaz :  le tout est envoyé dans la seconde cuve. Là, des bactéries vont oeuvrer à la méthanisation et produire un gaz.
  4. Ce biogaz va alors alimenter un moteur qui va le convertir en courant électrique et en énergie thermique. Le digestat, lui, peut servir de fertilisant pour les cultures.

Boyer regroupe en métropole une centaine de producteurs de melons et 80 producteurs de fruits d’été, et réalise un chiffre d’affaires annuel de 40 millions d’euros.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

10 commentaires Donnez votre avis
  1. ET ICI C PAS NOUVEAU LE SYNDICAT CHARGER DE LA COLLECTE ET DU TRAITEMENT DES ORDURES METANISE DE PUIS PLUS DE 10ANS LES DÉCHETS ORGANIQUES

  2. heu c a MOISSAC ICI TOUTE LETTRE SE PRONONCE

  3. Oui, c’est une bonne chose de recycler les végétaux et d’en produire de l’électricité, mais scandaleux tout de même dans le sens où tous ces fruits et légumes pourraient être consommés d’une manière ou d’une autre si la population n’était pas pourrie au point d’exiger dans les étals des aliments parfaits, calibrés, lustrés, etc… bref, pour le plaisir des yeux avant tout ! Le moindre petit grain de beauté sur un fruit lui vaut d’aller tout droit au rebut, alors qu’il pourrait devenir compote, et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres…

  4. Il y a plus de trente ans, j’ai eu l’occasion de visiter une installation de méthanisation, dans une exploitation agricole en Isère.
    Cette installation, qui fonctionnait à partir de lisier de porc, était basée sur le même principe, avec cogénération d’électricité et de chaleur…Mais bon sang de bonsoir,qu’attend-on pour lancer de tels projets, sur une grande échelle??!!La méthanisation des déchets organiques est parfaitement maitrisée et ce depuis longtemps. Quand donc nos décideurs auront-ils un peu de plomb dans la tête?!!!La bretagne, pays d’élevage intensif de porcs, est une ressource inépuisable pour ce genre d’action!

    • ils s’y sont déjà mis, rassurez vous.
      Même si le principe peut sûrement encore s’y développer.

  5. Dommage qu’en France on soit toujours à la traîne … En Chine , les digesteurs sont utilisés chez les particuliers en zone rurale depuis longtemps … Les lobbys pétroliers semblent toujours mettre un frein à ce genre de projet !

  6. belle opération ! mais ou sont les initiatives Françaises en la matière ? dans la poche des boursicoteurs ? petits ou gros ?

    • C’est presque culturel dans notre pays.
      Il faudra du temps pour passer de la production massive et « centralisée » d’énergie à des modes de production locale et avec + d’avenir.

      D’autant que le lobby du nucléaire a joué dans tous les choix énergétiques de notre pays depuis 40 ans…

      Les initiatives restent souvent marginales, à l’initiative de telle ou telle région, tel ou tel département.
      Mais les financements eux-mêmes, qui devraient mener à ce ressort de la transition énergétique, ne sont pas locaux à l’heure actuelle…

  7. Bravo à cette entreprise et merci à vous de mettre en avant cette action encourageante pour l’avenir!
    J’ai vu récemment l’émission de Canal+ sur le gaspillage de la nourriture dans le monde et j’étais plutôt désespérée de l’inertie des populations privilégiées face à ce triste constat.
    Sur ce sujet, auriez-vous des exemples d’actions qui pourraient être faites par des particuliers pour aller dans ce sens et agir à notre modeste échelle?

Moi aussi je donne mon avis