Quand les espèces invasives ont un impact positif sur la biodiversité

Rédigé par Annabelle, le 18 Apr 2013, à 14 h 59 min

Les espèces invasives sont des animaux ou des végétaux qui ont été introduits dans un milieu qui n’est pas le leur, et qui l’envahissent. Si les espèces invasives représente la 3ème cause de perte de la biodiversité d’après l’IUCN, dans certains cas, elles auraient un impact positif sur l’environnement. Comme quoi, il ne faut jamais avoir d’a priori.

Biodiversité : l’ennemi n’est pas toujours celui qu’on croit

Les tortues de Floride relâchées par leurs propriétaires dans la nature quand elles deviennent trop grandes, concurrencent fortement les espèces natives. Photo CC :  Wilfried Berns

Les tortues de Floride relâchées par leurs propriétaires dans la nature quand elles deviennent trop grandes concurrencent fortement les espèces natives. Photo CC : Wilfried Berns

En 2011, un collectif de scientifiques américains lançaient un appel dans la très sérieuse revue Nature : on ne peut pas considérer une espèce invasive comme systématiquement menaçante.

Ils ont, en avançant quelques chiffres, démontré qu’il arrive très souvent que des espèces introduites n’aient aucune incidence sur le milieu. A contrario, et en raison de conditions environnementales qui changent, une espèce native peut très bien représenter un réel danger pour d’autres espèces. Les experts ont illustré leurs propos en citant aux Etats-Unis une espèce de coléoptère local qui s’attaque et met en péril des pins.

En d’autres termes, l’introduction d’un végétal ou d’un animal dans un milieu qui n’est pas le sien peut totalement lui être salutaire.

Des espèces invasives au secours d’un écosystème

Citons deux exemples d’espèces invasives qui se sont révélées bienveillantes pour leur nouvel environnement.

Les chèvrefeuilles de Pennsylvannie

Photo : Tomás Carlo, Penn State

Photo : Tomás Carlo, Penn State

Tomás Carlo et Jason Gleditch, deux biologistes américains, ont démontré que des plantes invasives fruitières pouvaient avoir un impact très positif sur un écosystème, et en particulier sur les oiseaux. Ils ont ainsi observé les chèvrefeuilles qui avaient été implantés dans une vallée de Pennsylvanie, et leur influence sur l’environnement.

Ils se sont ainsi rendu compte que l’abondance des chèvrefeuilles était à l’origine d’une grande diversité d’oiseaux dans la région, et même au-delà.
Autrement dit, les chèvrefeuilles et les oiseaux ont su développer une relation de mutualisme, qui décrit en biologie une relation où deux ou plusieurs espèces interagissent en bénéficiant mutuellement de l’existence de l’autre.

*

> suite : le crabe vert européen

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Tes sources ?

  2. Je mesurerais tout de même mes propos…
    Oui il se peut que certaines espèces introduites ne causent pas de dégâts.
    Mais :
    A-t-on étudié les populations d’insectes pour le cas du chèvrefeuilles introduits, qui n’est certainement pas utilisé comme plante-hôte?
    Si on additionne les dégâts et bienfaits engendrés par le crabe vert, qu’en ressort-il?

    • Je suis bien d’accord avec le commentaire de DEVEZEAUX
      Chatnal

    • tout à fait, et à longue échéance, ça donne quoi ?!

Moi aussi je donne mon avis