Mise en marche du premier réacteur nucléaire flottant

L’un des réacteurs de l’Akademik Lomonosov, a été mis en service ce vendredi 2 novembre 2018. Cette centrale nucléaire thermique sur l’eau, doit alimenter en électricité les régions de l’Extrême-Orient et du Grand Nord. Mais le projet inquiète les écologistes.

Rédigé par MEWJ79, le 6 Nov 2018, à 10 h 14 min

L’un des deux réacteurs de l’Akademik Lomonosov, la première centrale nucléaire flottante russe, fonctionne. Au grand dam des associations telles que Greenpeace, qui s’inquiètent du manque de sécurité du projet.

Akademik Lomonosov, la centrale nucléaire sur l’eau fonctionne

C’est fait ! L’un des réacteurs de la première centrale nucléaire thermique russe sur l’eau, dénommée Akademik Lomonosov, a été mis en service ce vendredi 2 novembre 2018 par l’agence fédérale de l’énergie atomique Rosatom. Si sa mission est d’alimenter en électricité les régions de l’Extrême-Orient et du Grand Nord, le projet inquiète les écologistes.

À plusieurs reprises déjà, Greenpeace a multiplié les alertes au sujet de ce qu’elle surnomme le « Titanic nucléaire ». Pour rappel, la construction d’Akademik Lomonosov a débuté il y a plus de 10 ans. Sa conception s’appuie sur des réacteurs testés à bord de sous-marins et de brise-glaces nucléaires russes et sur les conclusions tirées de l’accident du Koursk, le sous-marin nucléaire qui a sombré en mer de Barents en 2000.

Pour Greenpeace, les tests de sécurité sont insuffisants

Pour Greenpeace, la centrale flottante russe n’est pas soumise aux tests et protocoles de sécurité obligatoires pour les centrales terrestres. Selon l’ONG, aucune évaluation appropriée des risques n’a été effectuée : « Le démarrage d’un réacteur nucléaire – surtout lorsqu’il s’agit d’un prototype flottant dépourvu d’enceinte en béton – constitue toujours une phase dangereuse dans le cycle de fonctionnement d’une centrale nucléaire. Tous les tubes sont-ils étanches ? Chaque soudure résistera-t-elle aux contraintes et à la pression ? L’arrêt d’urgence fonctionne-t-il ? ».

De son côté, la Russie est fière de son projet qui pourra alimenter en électricité une ville de 200.000 habitants. Akademik Lomonosov remplacera, à terme, la centrale nucléaire de Bilibino et la centrale thermique de Chaunskaya, en cours de démantèlement. Le deuxième réacteur devrait fonctionner dès début 2019. Mais à quel prix ?

Illustration bannière : centrale nucléaire flottante – capture d’écran Youtube
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis