La pollution méconnue des pneus et freins de voitures

Quand on parle de pollution aux particules fines et au CO2 on pense très rapidement à celle émise par les pots d’échappement de nos voitures. Mais il faut savoir que les pneus et freins de voitures polluent presque autant, voire plus.

Rédigé par Maylis Choné, le 12 Jan 2019, à 7 h 55 min

Lutter contre les particules fines émises par les moteurs des voitures, la France y est déjà largement sensibilisée et concentre ses efforts pour faire baisser ses taux d’émission. On ne peut en dire autant pour la pollution liée aux freins et à l’usure des pneus.

Freins et pneus de voiture : ces sources méconnues d’émissions de particules fines

Peu ou mal connues, les émissions de particules fines causées par les freins des voitures ou à l’abrasion des pneus sont pourtant suffisamment importantes pour que l’on s’y penche.

Une pollution méconnue causée par les disques de frein © Mikbiz

En chiffres, ces deux sources, additionnées à l’usure des revêtements routiers, entraînent chaque année, pour notre seul pays, l’émission de 15.000 tonnes de PM10, poussières toxiques mesurant moins de 10 microns.

Pour parler plus concrètement, dès que le disque de frein se pose sur le pneu, des milliers de petites particules sont libérées dans l’atmosphère. Un peu plus lourdes que celles émises par les pots d’échappement, elles sont moins volatiles… Mais tout de même responsables de problèmes sanitaires considérables.

Un problème traité à la légère ?

Les politiques publiques semblent concentrer leur lutte uniquement contre les particules fines émises par les moteurs des véhicules. Cela a permis notamment de développer des filtres performants sur les moteurs, de lutter contre les moteurs diesel jugés trop polluants, d’agrandir peu à peu le parc de voitures électriques en France.

Les pneus et freins responsables d’émissions de particules fines © LeManna

Mais quand on sait que la pollution des pneus et des freins représentent aujourd’hui 46,5 % des particules fines émises par le transport routier en France, il serait nécessaire de s’y pencher davantage.

Certains industriels le font. C’est le cas de Michelin qui tente la mise au point d’un revêtement de pneu biodégradable ou de cet entrepreneur, Christophe Rocca-Serra, qui a inventé, en 2012, un aspirateur à particules, à installer directement sur les plaquettes de freins.

Les conséquences des particules fines sur la santé

Peu à peu la prise de conscience progresse. La SNCF, de son côté, cherche à équiper d’une telle installation ses trains et RER dès le printemps 2019. Au niveau européen, on cherche également à résoudre le problème. L’OMS, quant à elle, lance l’alerte et pointe du doigt la France, plutôt mauvaise élève en terme de pollution atmosphérique.

Chaque année, les particules fines que l’on respire, et ce spécialement dans les grandes villes, sont à l’origine de problèmes respiratoires, d’asthme, de cancer et d’infections pulmonaires. Selon l’organisme, cette pollution tuerait chaque année sept millions de personnes dans le monde.

Illustration bannière : La pollution méconnue des pneus et freins de voitures – © Artens
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Méconnue? Elle a souvent été dénoncée, était liée directement au scandale de l’amiante et a tué des milliers de personnes! Les risques ont été réduit en supprimant les plaquettes de frein à l’amiante! A Bruxelles, les trams à freinage mécanique ont été interdits dans les tunnels! Les quantités de poussières toxiques rejetées dans l’atmosphère restes considérables! Il y a pourtant des solutions, comme les freins à courant de Foucault, la récupération, le roulement sur rail mais surtout un raccourcissement des distances et un monde urbain sans voiture! UTRECHT n’a t’elle pas réussi à réduire l’usage de la voiture en centre ville à 4 %! En interdisant le transit avec la suppression de l’autoroute qui coupait la ville en deux!

  2. Quelle inepties lis t’on dans cet article: « quand le disque se pose sur le pneu »!!!
    Ou l’auteur n’a pas la moindre idée de ce dont il parle et vit dans un monde d’ignorance de la technique automobile, base probablement de cette autophobie, car on ne mentionne pas plus les pneus de vélos ou les semelle de chaussure pendant qu’on y est, soit c’est évidemment bien orienté, c’est en tous cas prendre le lecteur pour un ignorant.
    En matière de particules, à Paris l’air dans le métro est bien plus pollué aux particules ( de frein de métro) que celui de surface, et pourtant on veut en faire la promotion face aux voitures (en plus du fait qu’il soit saturé)!
    Il y a quelques décennies un inventeur français Georges Regembeau avait inventé des freins inusables basé sur un système hydraulique ( comme sur des amortisseur, de l’huile passant par des trous calibrés), donc sans émission de particule et de plus inusable, son brevet fut racheté et enterré puis son garage dynamité!
    Il est tombé dans le domaine publique maintenant, le système est simple, ce serait peut être le moment d’y penser, au lieu d’inventer des choses très compliquées et très onéreuses!

Moi aussi je donne mon avis