La pollution qui détourne les avions à Singapour

Les chaînes d’info commencent à nous habituer à une information qui devient, malheureusement, banale : les villes asiatiques sont envahies par des nuages de pollution.

Rédigé par Jean-Marie, le 9 Sep 2013, à 22 h 23 min

A Pékin on ne voit plus le ciel en plein jour. A Shanghai, les allergies et les yeux qui piquent se multiplient. Mais voici une nouvelle qui m’a frappé car elle marque une étape dans cette escalade vers la pollution générale.

Trop de « haze » pour atterrir

Un avion qui avait décollé à Singapour a renoncé à atterrir sur un aéroport d’Indonésie, dans la province de Riau, à cause d’une pollution trop extrême… Faute de visibilité, les pilotes ont renoncé. L’aéroport n’est pourtant pas situé au coeur d’une mégalopole comme à Bangkok ou Pékin.

La cause de la pollution n’est dans ce cas pas la multiplication sans fin des véhicules. Notons d’ailleurs que la ville de Pékin voudrait limiter le nombre de voitures de 5,3 millions actuellement à 6 millions en 2016.

Fumées d’échappement et cultures sur brûlis

L’autre grande cause de la pollution atmosphérique en Asie sont les feux de forêts d’origine humaine. L’agriculture sur brûlis, l’incinération d’ordures à l’air libre viennent ajouter leurs particules aux nuages polluants.

Tous les ans à la même période, Singapour étouffe sous une épaisse fumée qui provient de l’île indonésienne voisine de Sumatra, où la culture sur brûlis et la combustion du bois sont encore très répandues. Mais le problème atteint cette année des proportions hors de contrôle.

Des feux de forêts à Sumatradu le 27 juin 2012, photo prise par l’association Sumatran Orangutan Conservation. A tel point que des astronautes américains ont dit avoir vu ces couvercles polluants de l’espace.  Quand on pense que les vents vont disperser tout ça autour de la Terre…

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. L’homme habitué aux mines de charbon, aux carrières, aux chantiers de goudron, à la poussière des terrains secs, aux nuages obstruant la visibilité, aux intempéries, aux substances toxiques, à la suie etc. aura du mal à trouver que l’air est pollué…même la mort ne l’a pas dissuadé de trouver des solutions plus appropriées pour sa survie et celle de ses proches… Alors lui demander son avis n’est que perte de temps… Si les changements sont biens faits sans nuire à son niveau de vie, alors il suivra et s’en contentera. Mais il ne faut donner à Pierre se que l’on prend à Paul…c’est évident…

Moi aussi je donne mon avis