Pollution : trop d’antibiotiques détectés dans les rivières du monde entier

Une étude a livré un constat inquiétant sur l’état des fleuves dans le monde : 65% des 711 sites testés par les chercheurs sont contaminés par des médicaments. Or, la pollution par les antibiotiques est l’un des principaux moyens permettant aux bactéries de développer une résistance, les rendant inefficaces chez les hommes.

Rédigé par MEWJ79, le 2 Jun 2019, à 8 h 20 min

Une étude, menée par des scientifiques de l’Université de York, a recherché la présence dans les rivières de 14 antibiotiques couramment utilisés dans 72 pays. Résultat, dans 111 des 711 sites testés, les concentrations en antibiotiques sont supérieures aux niveaux de sécurité. Une situation alarmante.

65 % des 711 rivières testées sont contaminées par des antibiotiques

Des niveaux dangereux d’antibiotiques ont été détectés dans des centaines de rivières à travers le monde. C’est ce que révèle une étude, la plus grande jamais réalisée, dévoilée lundi 27 mai à Helsinki lors de la conférence organisée par la Société de toxicologie et de chimie de l’environnement.

pollution antibiotiques rivières

Fait pas bon être un canard par les temps qui courent ! © iLUXimage

Au total, 65 % des 711 sites testés par les chercheurs dans 72 pays, sont contaminés par ces médicaments, rapporte le quotidien Guardian(1) .

Or, la pollution par les antibiotiques est l’un des principaux moyens permettant aux bactéries de développer une résistance aux médicaments, les rendant inefficaces chez les hommes. « Une grande partie des gènes de résistance que nous voyons dans les agents pathogènes humains sont issus de bactéries environnementales », a déclaré le professeur William Gaze, écologiste microbien à l’Université d’Exeter, au journal britannique.

Les pays à faible revenu sont les plus touchés, mais l’Europe n’est pas épargnée

Dans le détail, sur 111 sites, les concentrations d’antibiotiques dépassaient les niveaux considérés comme sans risques. Sans surprise, les pays à faible revenu sont les plus touchés par ces concentrations d’antibiotiques surélevés, notamment en Afrique et en Asie.

pollution antibiotiques rivières

Des niveaux de pollution alarmants qui n’empêche pas les enfants de piquer un plongeon : ici au Bangladesh © Sk Hasan Ali / Shutterstock

Le cas le plus alarmant se trouve au Bangladesh. Les scientifiques ont découvert du métronidazole à une concentration 300 fois supérieure au niveau considéré comme sans danger. Les résidus ont été identifiés près d’une installation de traitement des eaux usées.

Mais les Européens doivent également se sentir concernés puisque les taux des médicaments découverts dans les fleuves du Vieux continent n’ont rien de rassurants.

Les eaux du beau Danube bleu autrichien contenaient sept antibiotiques, selon les analyses. Parmi eux, les scientifiques ont détecté de la clarithromycine, utilisée pour traiter les infections des voies respiratoires telles que la pneumonie et la bronchite, à un taux presque quatre fois supérieur au niveau considéré sans risque.

Pour rappel, on a même trouvé des taux alarmants de cocaïne dans les rivières d’Europe, comme on vous le rapportait ici et ici !

Une urgence sanitaire qui pourrait entraîner 10 millions de morts d’ici 2050

Les médicaments se retrouvent dans les rivières et le sol via les déchets humains et animaux, mais aussi les fuites des usines de traitement des eaux usées et des installations de fabrication de médicaments.

Au mois d’avril 2019, l’ONU alertait quant à la dangerosité des eaux polluées par les antibiotiques. Selon l’organisation, l’augmentation de bactéries résistantes est une urgence sanitaire mondiale qui pourrait entraîner la mort de 10 millions de personnes d’ici 2050.

Enfin, pour rappel, l’ONG Générations futures révèle la présence de plusieurs pesticides et perturbateurs endocriniens suspectés, dans un rapport publié mardi 16 avril 2019. L’organisation avait déjà mené des études précédentes, où elle dénonçait la présence de ces produits chimiques dans l’eau du robinet, les aliments et l’organisme.

Le territoire français comptabilise en moyenne par département 41 substances actives de pesticides ou de métabolites supposées perturbateurs endocriniens par département en moyenne.

Illustration bannière : Tester l’eau de nos rivières – © Africa Studio
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Allez voir sur « verts de rage » et vous en verrez des belles !!!! surtout pour ceux qui aiment manger le soja et tous ses dérivés……… on ne doit plus dire bon appétit mais plutôt « bonne chance » !!!!

  2. C’est normal, on laisse vendre à n’importe qui, n’importe quoi, et ceux qui fabriquent ces antibiotiques deviennent de plus en plus riche à milliards…. mais nos GOUVT ne peuvent rien faire car ceux qui nous gouvernent ce sont bien tous ces lobby’s multimilliardaires !!!!!! il n’y a qu’à regarder que pendant des dizaines d’années, tout le monde sait que nos agriculteurs sont en train d’empoisonner, la terre, les faldes d’eau souterraines, les terres, les fruits, les légumes et tout ce qu’ils plantent en faisant arriver dans nos assiettes tous ces poisons………. et ça continue de plus belle !!!!!!

Moi aussi je donne mon avis