Plastiques, pétrole : les océans agonisent sous les déchets

De nombreuses sources de pollution contaminent les océans : des plus visibles comme les plastiques aux plus insidieuses : nitrates, hydrocarbures, déchets nucléaires… Les océans sont assaillis par la pollution !

Rédigé par Jean-Marie, le 11 Sep 2018, à 17 h 15 min

Un des phénomènes les plus préoccupants concernant la pollution des océans est l’invasion de plastique. De façon générale, la pollution qui vient de la Terre est bien plus importante.

Océans, la pollution invisible est la plus grave

De nombreux polluants se déversent de la Terre vers les mers et océans. Elle peut parfois être invisible à l’oeil nu : c’est le cas des effluents chimiques de l’industrie et des eaux usées.

L’agriculture intensive est également une source majeure de pollution des océans : avec les pluies et l’érosion des sols, les résidus de pesticides et les nitrates épandus dans les sols finissent le plus souvent dans les rivières… puis dans les océans. Même si ces nitrates sont invisibles, ils posent des problèmes dès l’embouchure des fleuves, comme ces « marées vertes » produites par les algues sur les plages bretonnes, qui étouffent la vie sous-marine.

Les eaux usées domestiques et industrielles sont le plus souvent rejetées à l’eau sans traitement préalable : c’est le cas de 80 % des eaux usées dans le monde. Dans certains continents, c’est une généralité : en Amérique du Sud par exemple, 98 % des eaux usées domestiques finissent dans la mer sans traitement.

L’absence de traitement des déchets dans certains pays est également une source de pollution majeure : les pays qui bordent la Méditerranée y rejettent 50 millions de tonnes de déchets chaque année. Les Chinois rejettent 60 millions de tonnes de déchets dans la mer Jaune chaque jour (2008).

Plastique océans : on étouffe

La masse du plastique dans l’océan est estimée à 300 millions de tonnes. D’ici 2050, on estime qu’il y aura plus de plastique que de poissons dans l’océan(1) ! Or le plastique est préoccupant à plusieurs titres : il n’est pas biodégradable dans la nature, et se décompose donc en morceaux de plus en plus petits, jusqu’à former une « soupe » que les animaux marins ingèrent. Avec à la clé des étouffements, intoxications ou déformations. Pour les animaux aussi bien que pour les humains, qui ingèrent finalement ces micro-plastiques.

Le continent de plastique dans l’océan © Rich Carey

Ce plastique est présent dans 88 % de la surface des océans, même dans les zones les plus reculées. Les déchets plastique vont jusqu’à former ce qu’on appelle « le 7e continent de plastique »  : le plastique dans l’océan Pacifique amené par les courants marins forme une gigantesque décharge de trois fois la France, qui mettrait des années à disparaître.

Lire page suivante : les déchets radioactifs dans les océans

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. Très étrange : l’article est Rédigé par Jean-Marie, le 11 Sep 2018, à 17 h 15 min et le 1er commentaire paraît le 6 juillet 2011 à 09h56…….

  2. Vivement qu’il n’y aie plus une goutte de Pétrole !!!!! c’est pour bientôt dommage que je ne serais plus de ce monde pour y assister……

  3. Afin de limiter la présence des déchets plastiques dans la nature et dans les océans, j’ai crée plastiques.eu dans le but de faire prendre conscience qu’il est possible d’agir en participant à un ramassage de bon sens: ramasser les bouteilles plastiques près des poubelles publiques permettrait de limiter la durée de leur présence et de luter contre l’impact de cette présence dans la nature. Je vous invite à visiter mon site pour en savoir plus et pour y passer votre propre témoignage.

  4. Je séjourne temporairement dans un pays  » touristique  » qui, si on sort des usines à touristes, est un dépotoir à ciel ouvert.
    Ce sont bien les habitants eux même qui jettent tout à leur porte, et sont tellement habitués , que ne leur vient pas à l’esprit de nettoyer.
    Avec un peu de chance, le prochain cyclone enverra un max à l’océan.
    Pour moins polluer le lagon, mort déjà à 80%, les « usines à touristes  » chargent leurs eaux usées dans des bateaux-citernes qui vont tout déverser en vrac au large.
    Il y a encore du boulot

  5. Jean-Marie

    Des chercheurs de l’institut océanographique de San Diego américains, ont annoncé avoir trouvé du plastique dans près d’un poisson sur 10 provenant du Pacifique Nord, (2 juillet 11,in Los Angeles Times ).less poissons de moyenne profondeur mangent environ 24.000 tonnes de plastique par an. La plupart du temps il s’agit de morceaux de la taille de confetti, accumulés grâce aux courants marins.

    Ce résultat est le fruit d’une expédition marine menée en 2009 par des étudiants qui souhaitaient étudier le vortex plastique du Pacifique nord,à environ 1.500 kilomètres de la côte californienne Ils ont étudié 141 poissons, la plupart des poissons lanternes de petite taille et les ont ramenés au laboratoire pour les disséquer.

    Il y avait des déchets plastiques dans 9,2% des poissons, la plupart fragmentés en petits morceaux de couleur de la taille inférieure à un ongle. Ils estiment que la proportion de poissons ayant ingurgité du plastique est bien plus élevé.

    Les poissons lanternes servent de nourriture pour de nombreux poissons plus gros. Le plastique ingéré par ces petits poissons pourrait donc remonter la chaine alimentaire jusqu’aux humains.

Moi aussi je donne mon avis