Enfin un plastique qui se dissout dans l’eau !

La société chilienne SoluBag vient de dévoiler un plastique à base de calcaire et non de pétrole, qui se dissout dans l’eau, sans polluer, en cinq minutes chrono.

Rédigé par Paul Malo, le 30 Jul 2018, à 11 h 40 min

Et si le plastique était enfin biodégradable ? C’est le miracle tout juste dévoilé par des chercheurs chiliens.

Un sac soluble dans l’eau en cinq minutes

Notre planète, à commencer par les océans, étouffe peu à peu sous les déchets plastiques. Mais la société SoluBag vient de dévoiler une innovation révolutionnaire, le 24 juillet 2018 à Santiago du Chili : un plastique soluble dans l’eau ! Quoi de plus logique quand on sait que le Chili a été le premier pays d’Amérique Latine à proscrire l’usage des sacs en plastique ?

Les sacs en plastique à usage unique sont dorénavant interdits dans de nombreux pays © GLRL

En effet, des chercheurs chiliens ont imaginé la formule chimique d’un plastique biodégradable, soluble dans l’eau en cinq minutes chrono, tel un comprimé de médicament. Comment est-ce possible ? Tout simplement en remplaçant le pétrole par « un dérivé de roche calcaire sans impact sur l’environnement ».

Soluble dans l’eau froide… ou chaude !

Les sacs signés SoluBag, à base d’alcool polyvinylique (PVA), ont d’ores et déjà reçu l’agrément de la Food and Drugs Administration aux États-Unis. De quoi leur ouvrir un large marché dès leur mise en vente en octobre prochain. La société devrait aussi proposer d’autres produits éco-respectueux et un sac en toile réutilisable, soluble dans l’eau froide.

Vidéo de présentation en espagnol

« La grande différence entre le plastique traditionnel et le nôtre tient au fait que le premier va rester entre 150 et 500 ans dans la nature alors que le nôtre, seulement cinq minutes. On décide quand on le détruit », a expliqué Roberto Astete, directeur de SoluBag.

À se demander comment on n’y a pas pensé plus tôt, après des décennies de plastiques fabriqués à base de dérivés de pétrole…

Une situation malheureusement encore très fréquente © Maciej Bledowski

Quant aux plastiques « de vieille génération », il faudra compter sur la capacité de la larve Galleria mellonella à dévorer les anciens sacs en plastique…

Illustration bannière : Sac plastique au fond de l’océan – © Rich Carey
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




3 commentaires Donnez votre avis
  1. azul fellawen,bonjour ,une découverté interessante ,un inconvenient ,si vous revenez du marché avec ce sac qui se dissout en 05 minutes au contact de l’eau.alors au cours de route pris par une averse ou en traversant la reviere alors vous allez laisser le contenu et le contenant…surement ce sac est bon ou il ne pleut pas…cordialement ,tanemirt ar timlilit.

  2. Je ne vois pas pourquoi faire du plastique s’il se dissous dans l’eau en 5 minutes. pour transporter chacun son sac et des sachets papier comme les « anciens  » qui étaient respectueux de la nature car ils vivaient avec et pas avec les pub qui prônent et félicite le gaspillage et la pollution.

  3. Sauf que le PVAI dissout dans l’eau fait obstacle à l’oxygène

Moi aussi je donne mon avis