Mais où passe vraiment le plastique disparu des océans ?

Et si l’on avait résolu la question des déchets plastiques disparaissant mystérieusement dans les océans ? Et si l’hypothèse la plus probable était devant nos yeux ?

Rédigé par Paul Malo, le 22 Mar 2020, à 7 h 50 min

Que deviennent les millions de tonnes de déchets plastiques qui, chaque année, finissent dans les océans, mais pourtant disparaissent ?

99 % des plastiques disparaissent dans l’océan

Avez-vous déjà entendu parler du mystère du plastique disparu ? Chaque année, en effet, quatre à douze millions de tonnes de plastiques viennent s’ajouter à la pollution des océans. Pourtant, paradoxalement, les scientifiques ont constaté que l’on n’en retrouve que 250.000 tonnes à la surface. Mais alors, où est passé le reste de ce plastique ?

plastique disparu , plastique oceans

Où vont les déchets plastique ? ©Rich Carey

Ainsi, 99 % de tous les déchets plastiques déversés dans les océans disparaissent. Bien sûr, du fait de leur densité, même attaqués par le soleil, les bactéries et l’érosion, certains coulent vers les profondeurs. Mais Alethea Mountford, chercheuse de l’université de Newcastle, est parvenue à mettre au point les prémices d’un modèle informatique des courants océaniques sur les plastiques de trois densités différentes.

Le plastique retourne à terre

Ainsi, les chercheurs ont pu localiser les lieux où se regroupent les fragments après qu’ils aient coulé. Selon ce modèle, on les retrouve ainsi à différentes profondeurs en Méditerranée, dans l’Océan Indien ainsi que dans les eaux de l’Asie du Sud-Est.
Comme l’ont montré les récentes plongées au fin fond des océans, une grande partie finit par se déposer sur les fonds marins, jusqu’à des kilomètres de profondeur où le matériau se dégrade petit à petit.

Cependant, selon les travaux de l’océanographe Éric van Sebille, de l’université néerlandaise d’Utrecht, plus que de créer un véritable continent, des sortes de décharges flottantes de plastiques en tous genres, la majeure partie de ces déchets finit en fait par retourner vers les rivages.
Une intuition qui reste tout de même à valider scientifiquement, même s’il semble logique que le plastique venu des rivières reste près des côtes et qu’une partie importante finisse sur les rivages.

Majoritairement échoués dans la zone littorale

Malgré les gigantesques continents de plastique flottant à la surface de la mer, la majorité de ce matériau rejeté dans l’océan n’est jamais retrouvé. Un mystère sur lequel buttent les scientifiques depuis des années, et auquel une nouvelle étude apporte une réponse… très simple. Selon une étude de chercheurs du CISRO(1), en fait, 90 % des débris plastiques marins s’échouent dans la zone littorale, comprise entre 0 et 8 km de l’océan. S’il n’est pas directement visible sur les plages, le plastique rejeté dans les flots est donc « invisible », mais non loin des côtes.

plastique disparu , dechets ocean

La majorité des déchets plastique coule © Rich Carey

Pour calculer cela, ces chercheurs ont analysé les débris côtiers tout autour de l’Australie tous les 100 km, ce qui représente 188 sites autour de l’île. Une fois modélisés les facteurs affectant la répartition de ces déchets, ils ont constaté que le plastique représente un peu plus de la moitié des déchets (56 %), suivi du verre (17 %), de la mousse (10 %), du caoutchouc (5 %), du métal et du papier (3 %).
Par ailleurs, on retrouve ainsi cinq fois plus de déchets dans la zone la plus éloignée du rivage, celle où la végétation commence, que dans les premiers mètres de plages et de rivages, de nombreux déchets plastiques restant accrochés dans les branchages avant même d’atteindre l’océan.

Faudrait-il du coup se concentrer sur le nettoyage des zones côtières pour éviter que la pollution ne s’étende vers le large ?

Illustration bannière : Le plastique retourne sur le littoral ©thekovtun

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis