Pécs : une ville Hongroise qui se chauffe… à la paille !

Rédigé par Eva Souto, le 1 Aug 2014, à 12 h 51 min

Pécs : une centrale de « cogénération »

Ccentrale thermique Pécs 1L’usine de Pécs est une centrale de « cogénération ». Cela signifie qu’elle produit à la fois de l’électricité et du chauffage à partir d’un combustible unique. En l’occurrence, la biomasse.

Elle se présente sous l’aspect d’un gigantesque bâtiment de briques noirci, avec une rangée de cheminées. Au lieu de l’odeur habituelle de gaz, c’est l’odeur de paille qui prédomine autour du bâtiment.

A noter qu’il n’y a pas de rejet de poussières polluantes. Franck Lacroix, président de Dalkia souligne « Maintenant que l’on a mis au point une usine de cette envergure malgré une technique complexe, nous envisageons d’exporter ce modèle partout où c’est possible. La biomasse offre l’avantage extraordinaire d’être une énergie du territoire à usage local et très pertinente en cogénération, qui améliore en outre l’efficacité de 15 % ».

En France, la cogénération représente environ 5 % de la production d’électricité.

La centrale de Pécs : un avantage partagé

Paille 2Le maire de Pécs, Zsolt Pava est « fier que la pollution ait disparu dans sa ville ». Il souligne également que le bois utilisé à la centrale est issu d’une production soutenable.

Pour les exploitants agricoles et forestiers de la zone de collecte, un périmètre de 100 km autour de Pécs, la centrale est également une aubaine.

Et pour cause, près de 450 petits agriculteurs de la région ont signé un contrat de fourniture de paille. Ainsi, un agriculteur comme Janos Dietrich, de Dravasztara (60 km au sud de Pécs) a signé pour 10 ans. Il a multiplié par 10 le chiffre d’affaires de sa ferme.

fleche-Pécs : une ville Hongroise qui se chauffe... à la paille !Ces agriculteurs fourniront quelques 250 000 tonnes de paille nécessaires à l’entreprise pour produire 60 % de l’énergie. Parallèlement, 450 000 tonnes de bois viennent produire les 40 % restants.

La paille : un pouvoir calorifique notable

Paille 3Si l’écart de volume entre la quantité de paille et de bois fournis à la centrale de Pécs est aussi considérable, c’est parce que la paille a un pouvoir calorifique supérieur à celui du bois. En effet, la paille est une matière en général plus humide.

Ceci signifie que la quantité de chaleur produite par la combustion de la paille, à pression constante et dans des conditions dites « normales » de température et de pression est plus élevée que celle produite par le bois.

La paille : atout majeur, pas suffisamment valorisé

Lorsque l’on parle de production énergétique à partir de la biomasse, c’est au bois que l’on fait le plus souvent référence.

Pour l’heure, en France, il n’existe que de petites unités de production de paille. L’une à Troyes, mise en place par l’entreprise Dalkia, et quelques autres organisées par des regroupements d’agriculteurs qui recyclent un sous-produit qu’ils ne peuvent pas valoriser autrement. La paille est donc un matériau à suivre dans les projets de biomasse. Et vous, qu’en pensez-vous ?

En France, la biomasse compte quelques 47 % des énergies renouvelables avec une écrasante supériorité du bois. Seulement 10 % sous forme de chaufferies collectives, le reste correspondant aux poêles à bois familiaux.

*

jeveuxtemoigner Pécs : une ville Hongroise qui se chauffe... à la paille !

A lire sur la même thématique :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour,
    Je suis d’accord avec tous les commentaires en général ! Il y en a qui ont encore trouvé un moyen de se faire de l’argent et laissant croire qu’ils faisaient bien ! Les terres doivent servir à nourrir l’homme. Utiliser de grandes surfaces pour produire de l’énergie, c’est l’épuiser sur le long terme.
    Et pourquoi ne pas rendre les habitations autonomes plutôt que de chercher à avoir un distributeur qui controle et qui se fait payer cher pour s’enrichir ? varions les énergies et apprenons la sobriété !

  2. Les agriculteurs n’ont jamais brulé la paille ! Les chaumes oui, c’est la partie restante après le fauchage.

  3. Bonjour
    Je comprends que vous ne voyez pas les choses de la même façon les agriculteurs ont toujours brulé la paille de leurs champs d’autres pas on a souillé la terre depuis des années on a entendu des controverses de toutes sortes chacun à sa façon fait ce qu’il croit être le mieux ici c’est la paille après les éolienne, les panneaux solaires enfin …le jour où tout le monde sera d’accord on aura fait un grand pas vers l’humanité

  4. n’y a que le SOLEIL qui produit de l’energie sur terre toutes les autres formes sont directement dependantes d’autres choses et grevent d’autant d’autres fonctions (ci dessus les com’s)
    En FRANCE on a inventé voila 50 le four solaire à odeillo IL FOND MEME LE FER hors on n’utilise PAS cette technologie pour produire de la vapeur et ce faisant de l’electricité bizarre non?
    on préfére les éolienns et les panneaux solaires sans compter les centales nuclaires serions nous sado maso ou les interets de certains seraient -ils ultra protégés ?

  5. Même si la paille est renouvelable et capte autant de CO₂ qu’elle en rejette lorsqu’elle brûle, ça reste du CO₂ qui part dans l’atmosphère alors que ça pourrait être utilisé autrement, notamment pour régénérer les terres, à la place d’engrais rendant les terres infertiles…
    Mieux vaut se concentrer sur d’autres énergies renouvelables.

    • Et vous pensez à quelles autres énergies ?

  6. quand vous prenez la paille aux champs,vous la volez à la terre qui en a besoin pour renouveler son humus . Déjà que certain agriculteurs la brulaient, alors qu’il faut qu’elle retourne à la terre pour alimenter tous les « animaux » qui vivent sous la couche primaire et qui travaillent toute l’année pour avoir un sol aéré, sain et productif.
    en vendant la paille les agriculteurs croient faire des bénéfices mais ce n’est qu’a court thermes, ils appauvrissent la terre avant de la tuer avec les CIDES : fongicides insecticides pesticides

    • c’est exact ; et si l’homme ne volait que la paille ! pauvre terre !

Moi aussi je donne mon avis