Des panneaux solaires pour produire de l’hydrogène abordable

Des ingénieurs belges ont mis au point un nouveau procédé pour produire de l’hydrogène à partir d’un système de panneaux solaires. Chacun peut en produire 250 litres par jour.

Rédigé par MEWJ79, le 1 Mar 2019, à 10 h 20 min

Et si l’eau contenue dans l’air était divisée en deux : d’un côté l’hydrogène, de l’autre l’oxygène. Il fallait y penser, des scientifiques belges y sont parvenus. Grâce à des panneaux solaires, ils utilisent 15 % de l’énergie solaire pour obtenir de l’hydrogène gazeux. Chacun peut produire jusqu’à 250 litres d’hydrogène par jour.

Des panneaux transforment la lumière solaire en hydrogène gazeux

Des scientifiques belges ont mis au point un procédé pour produire de l’hydrogène gazeux à partir de l’eau contenue dans l’air ambiant : le H2O se sépare ainsi en hydrogène (H) et en oxygène (O2)(1). Les chercheurs ont mené a bien des études, pendant dix ans, pour parvenir à ce que chacun de ces panneaux de 1,6 m2 transforme 15 % de la lumière solaire en hydrogène gazeux à partir de la vapeur d’eau. Pour rappel, un panneau solaire classique transforme 18 à 20 % de l’énergie solaire en électricité.

Molécules d’hydrogène. ©Anusorm Nakdee

Au total, chaque panneau peut produire jusqu’à 250 litres d’hydrogène par jour. Aucune invention n’était encore parvenue à une telle prouesse. Selon les scientifiques, vingt de ces panneaux solaires pourraient tout de même fournir de l’électricité et du chauffage à une famille pendant une année entière.

Et comme l’explique l’un des chercheurs, le professeur Johan Martens au Soir, « le gaz est facile à stocker dans les réservoirs existants. Il pourrait, par exemple, être utilisé durant les mois d’hiver, lorsqu’il devient difficile de se débrouiller avec la seule énergie des panneaux solaires classiques »(2). Le premier projet test sera lancé en 2019 pour des habitations à Oud-Heverlee.

Les panneaux pourraient être utilisés dans les hôpitaux ou même dans le désert !

Cette avancée technologique pourrait permettre de diminuer l’impact des émissions de CO2 et donc du réchauffement climatique à terme. De plus en plus d’entreprises investissent dans l’hydrogène puisque ce gaz peut avoir de multiples fonctionnalités.

Le constructeur automobile japonais Toyota a ainsi annoncé vouloir produire de l’hydrogène avec un prototype de 2014 du professeur Martens : un panneau de 10 centimètres carrés qui produit 0,1 g de gaz en une journée. Le scientifique belge explique que ces panneaux à hydrogène peuvent également être utilisés par les hôpitaux : « L’hydrogène peut fournir de l’énergie dans le bâtiment, tandis que l’oxygène peut être utilisé par les patients ». Reste à investir dans des infrastructures.

Toyota s’intéresserait au procédé développé par le professeur Martens © Stefano Guidi / Shutterstock

En outre, ces panneaux pourraient aussi être disposés dans le désert, où il n’y a pas de problème de place. Sept scientifiques ont déjà découvert que panneaux solaires et autres éoliennes pouvaient être déployés en plein désert. Ils préconisent ainsi d’en implanter à une large échelle. Leurs travaux théoriques ont démontré que ces installations permettent de générer plus d’énergie et de réduire les émissions de carbone, et aussi à engendrer davantage de précipitations dans le Sahara.

Enfin, en France, le plan hydrogène a été présenté en juin 2018 : un appel à projets hydrogène pour l’industrie vient d’être lancé. Il s’adresse aux entreprises qui envisagent de produire de l’hydrogène décarboné pour elles ou afin de le vendre.

Illustration bannière : Hydrogène – © fongbeerredhot
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

5 commentaires Donnez votre avis
  1. Produire de l’hydrogène avec quelques panneaux solaire n’est pas très compliqué ! Le vrai problème réside dans le fait d’en produire assez pour des besoins domestiques et principalement de le comprimer pour le stocker dans des réservoirs assez solides pour supporter une pression élevée.

  2. oui, trouver des réservoirs de stockage de l’hydrogène assez épais pour question de sécurité est chose qui n’est pas insurmontable, toutefois, comme dit plus haut,ce qui n’est pas à la portée de monsieur tout le monde, c’est de le comprimer afin de stocker un volume suffisant pour l’exploiter ensuite. Ayant quelques panneaux solaires sur une propriété très ensoleillée, il est aisé de produire de l’hydrogène avec un simple système d’électrolyse de l’eau, le réel problème est la quantité suffisante pour alimenter moteur ou autre et surtout de le comprimer. Les petits compresseurs à bas cout du commerce présentent des risques d’insécurité lors de manipulations de ce gaz !

  3. L’idée est bonne, la voie à suivre, mais les chiffres donnés sont imprécis, parfois même farfelus et incohérents.
    0.1 Grs par jour pour une surface de 10 cm² ?
    Si on multiplie, cela reviendrait à produire 100 Grs par mètre carré de panneau !
    Fallait-il lire  » un panneau de 10 cm de côté » ? Cela fait 100 cm², pas 10.
    Ailleurs dans l’article : « Un panneau peut produire jusqu’à 250 litres de H2 par jour ».
    Mais encore ?
    A quelle pression ? quelle température ? 293 °K et un Bar ?
    Ce serait logique, et dès lors, on obtiendrait 22.3 Grs par jour par panneau. Ce n’est pas si mal, mais il faut alors préciser qu’il faudra plus de 13 panneaux de 1,6 m² pour produire l’hydrogène nécessaire pour faire parcourir 100 Kms à un petit véhicule équipé d’une Fuel Cell.

    J’ai remarqué, à de multiples reprises, que les journalistes n’ont pas la notion des grandeurs. Million, milliard, … ne représentent rien pour eux, et ils utilisent indifféremment l’un ou l’autre.
    10 cm² ou 10 cm de côté, c’est la même chose pour eux.
    Une année ou un siècle ne fait pas de différence.
    C’est vraiment dommage.

    Dernier commentaire.
    Une fois l’hydrogène obtenu, il faut, pour le rendre transportable, stockable et utilisable, le COMPRIMER ! Et pour cela, il faut des COMPRESSEURS, qu’il faut alimenter en … électricité.
    Combien d’électricité faut-il pour comprimer ces 250 litres à 700 Bar ?

    Messieurs et mesdames les journalistes : De grâce, indiquez toujours les unités et surtout, vérifiez un minimum la cohérence entre les différentes informations que vous fournissez… D’avance merci.

  4. Il ne faut qd même pas se leurrer, ni surtout, leurrer le peuple, qui a, malheureusement, et ceci, plus ou moins volontairement , une piètre culture scientifique ! Au début de ma carrière, de prof de physique-chimie (en 1972 !), je faisais de la physique SERIEUSE, même à des classes littéraires ! Actuellement, on ne fait même pas de physique SERIEUSE, à des classes scientifiques !Il y avait,à l’époque, à la télé, des émissions scientifiques ! Maintenant, rien !On a l’impression qu’il faut maintenir le peuple ds l’ignorance scientifique, c-à-d, au MOYEN-AGE! Il ne faut pas oublier que la molécule d’hydrogène, est la plus petite, qui soit, et qu’elle passe, dc, à travers les tout petits trous d’un réservoir, qui doit la contenir ! D’autre part, l’hydrogène est un gaz difficilement liquéfiable, dc, on va le conserver sous hte pression, ds un récipient très épais ! Tt le monde a aussi fait, à l’école, le mélange explosif hydrogène-oxygène. Qd je pense que les voitures fonctionnant au GPL, sont interdites ds les tunnels, logiquement, il doit, en être de même pour les voitures fonctionnant à l’hydrogène, non ? Alors, qu’on arrête de ns raconter des histoires, et de ns prendre pour des imbéciles !

    • Construire des réservoirs épais ne me parait pas relever d’une difficulté technique insurmontable

Moi aussi je donne mon avis