Des orangs-outans accueillent Ségolène Royal au Salon de l’agriculture

Devant le Salon de l’agriculture, des orangs-outans ont tenté de sensibiliser la ministre de l’Environnement aux dangers représentés par l’importation massive d’huile de palme en France.

Rédigé par Sybille de la Rocque, le 27 Feb 2017, à 9 h 45 min

La ministre de l’Environnement a été accueillie par des orangs-outans, alors qu’elle sacrifiait à la traditionnelle tournée des stands du Salon de l’agriculture. Un événement organisé par une ONG de défense de l’environnement, qui lutte contre le nouveau projet de bioraffinerie de Total.

L’orang-outan, victime de la production d’huile de palme en Asie du sud-est

Les militants des Amis de la Terre ont réservé un accueil peu ordinaire à la ministre de l’Environnement, alors que celle-ci s’apprêtait à franchir les portes du Salon de l’agriculture, dimanche 26 février. Déguisés en orangs-outans, ces défenseurs de l’environnement ont tenté d’interpeller Ségolène Royal sur les dangers représentés par l’importation d’huile de palme en tant que « biocarburant ».

L’orang-outan n’a pas été choisi par hasard. Ce primate est en effet une victime collatérale de la déforestation liée à la production massive d’huile de palme dans des régions où il est désormais en voie de disparition. Une situation qui pourrait encore s’aggraver sous l’effet d’un nouveau projet, initié par l’entreprise Total, qui entend transformer une de ses raffineries, située dans les Bouches-du-Rhône, en « bioraffinerie », ce qui impliquerait l’importation massive d’huile de palme et des conséquences dramatiques sur l’environnement de certaines régions d’Asie du sud-est, d’où elle provient principalement.

Découvrez à quelle vitesse les orangs-outans sont victimes de l’huile de palme grâce au Planetoscope

Ségolène Royal invitée à se positionner clairement autour du projet de bioraffinerie de Total

Ce n’est pas la première fois que l’association interpelle la ministre sur ce sujet sensible. Le 3 janvier dernier, plusieurs associations, notamment Oxfam France, Greenpeace ou le CCFD-terre solidaire, s’étaient associées aux Amis de la Terre pour envoyer une lettre à Ségolène Royal. Lettre dans laquelle les ONG lançaient un signal d’alarme, estimant que « la consommation d’huile de palme en tant que « bio-gazole » est en très forte augmentation », notamment puisque « 45 % des importations d’huile de palme en Europe sont destinés à ce nouvel usage ».

Or, ont également rappelé les associations, « la Commission européenne s’est saisie du sujet et a reconnu en 2015 que les impacts des agrocarburants sur le climat avaient été largement sous-estimés ». Pour ces raisons, les Amis de la Terre demandent désormais à la ministre de se positionner contre le projet de Total. Une requête que Ségolène Royal a bien entendu puisqu’elle s’est engagée à recevoir les militants dans les jours qui viennent.

Illustration bannière : Ourangs-outans – © Groenewegphotography Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis