Un OGM interdit retrouvé dans la nourriture d’élevage

Encore une affaire qui pourrait bientôt devenir un nouveau scandale sanitaire ! Un OGM pourtant interdit par les autorités sanitaires a été retrouvé dans une quantité importante de nourriture réservée à l’élevage. Les risques sont importants.

Rédigé par Maylis Choné, le 26 Nov 2018, à 11 h 22 min

En découvrant cet OGM interdit, la sécurité alimentaire ouvre un dossier dont les conséquences s’étendent aussi bien aux animaux d’élevage qu’aux hommes.

Un OGM résistant aux antibiotiques présent dans de la nourriture pour animaux

Un nouveau scandale sanitaire pourrait bientôt éclater avec cette affaire d’OGM interdit détecté dans plusieurs tonnes de nourriture réservée à l’élevage de volailles, bovins et porcs. De quoi s’agit-il précisément ? Selon les informations du Monde, la vitamine B2, retrouvée dans la nourriture pour animaux, a été fabriquée à partir de la souche génétiquement modifiée de la bactérie Bacillus subtilis KCCM-10445.

elevage ogm

Un élevage de bétail ©Syda Productions

Problème : cet OGM et son mode de fabrication sont interdits car il présente plusieurs gènes résistants aux antibiotiques. Découvert en 2015, cet OGM à la base de vitamine B2 a été interdit par la Commission européenne en mars 2018. Et pour cause, la résistance aux antibiotiques concerne aussi bien les animaux que les humains consommateurs.

Des tonnes de nourriture ont été contaminées

Entre l’interdiction des autorités sanitaires et de la Commission européenne sur le papier et le retrait des produits sur le terrain, le fossé est immense. En effet, des stocks – en provenance de Chine et vendus en Europe par la compagnie néerlandaise Trouw Nutrition – sont répartis un peu partout en Europe : Pologne, Italie, Pays-Bas, Belgique et peut-être aussi en France.

Les enquêteurs tentent actuellement de savoir quel volume exact de nourriture a été contaminé par cette bactérie génétiquement modifiée et prévoit entre 250.000 tonnes et 1,6 million de tonnes d’aliments. Des chiffres plutôt logiques quand on sait cela : « Une quantité assez faible d’additifs peut contaminer un très grand nombre d’aliments. Avec huit tonnes de vitamines, on va faire quelques centaines de tonnes de prémélanges qui vont être incorporés dans des centaines de milliers de tonnes d’aliments qui seront consommés par des centaines de milliers, si ce n’est des millions d’animaux », précise un spécialiste (anonyme) de la sécurité alimentaire dans les colonnes du Monde.

Illustration bannière : Elevage OGM – © Bruce Rolff
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. CONNECT FAIL

  2. Certes, il est interdit d’un point de vue réglementaire.
    Cependant, ce qui est utilisé, c’est la vitamine B2 produite par cette bactérie GM.
    Dans ce produit, il n’y a évidemment plus d’organisme. La vit B2 a été purifiée à partir de cette souche de bactérie qui l’a produite.
    Il ne s’agit donc pas d’un OGM à base de Vit B2 comme écrit dans ce texte mais d’une souche de bactérie (B. subtilis) qui a été génétiquement modifiée pour produire de la vit B2. C’est complétement différent. On ne consomme nullement la bactérie GM.
    Il s’agit, là encore, d’un faux problème et d’une non compréhension totale de la problématique. Dès qu’il y a OGM, les gens ont peurs (on les a bien formaté pour penser cela d’ailleurs).
    Pourtant, les diabétiques ou les personnes ayant des problèmes de croissance sont traités (et sauvés ou traité avec succès) avec, les premiers de l’insuline, les seconds par de l’hormone de croissance, deux substances produites par des microorganismes GM.
    Personne ne dit rien depuis des dizaines d’années de même que tous les médicaments ou substances à haute valeur ajoutée produites de cette manière.
    Cela souligne, une fois de plus, l’incohérence et les stupidités des réglementations actuelles sur les OGM qui privlégient la méthode pour les obtenir plutôt que l’évaluation du produit final.

Moi aussi je donne mon avis