Bonne résolution : j’aide les scientifiques en observant la nature

Rejoignez, via la plateforme participative en ligne Open, l’une des 152 missions d’observation de la nature proposées par des associations partout à travers la France.

Rédigé par Paul Malo, le 26 Dec 2019, à 9 h 33 min

Une belle façon de se reconnecter avec la nature : ouvrir les yeux sur toutes les espèces autour de vous, et vous rendre utile en collectant des données sur la nature via vos observations personnelles.

152 missions d’observation de la nature à travers la France

C’est un peu comme la vieille affiche de recrutement de l’oncle Sam : « on a besoin de vous pour jeter un oeil sur la nature ! » Connaissez-vous la science participative ? C’est un des intérêts d’Internet : proposer des plate-formes sur lesquelles partager ses observations personnelles afin d’aider les scientifiques. Ainsi, sur le site Open consacré à l’observation participative, vous pouvez rejoindre, où que vous soyez, l’un des programmes de sciences participatives dédiés à la biodiversité en France.

observation nature

Un jeune homme observe les insectes © Gabriela Insuratelu

À l’heure actuelle, ce portail compte près de 70.000 participants, pour 152 observatoires. À vous de rechercher celui ou ceux qui vous intéressent par région, par thème, par niveau de compétences, et même par espèce à observer. Le plancton à Concarneau, le recensement des requins pèlerins… Ou, pour les initiés, le suivi temporel des oiseaux communs pour le compte du Muséum national d’histoire naturelle.

Un volume de données collectées inédit

Ce sont ainsi des dizaines d’associations qui viennent présenter leurs programmes d’observation sur cette plate-forme. De quoi permettre à tout un chacun de se reconnecter à la nature tout en collectant des données sur la faune et la flore pour le compte des scientifiques. Cela permet surtout de connaître plus précisément l’impact des changements climatiques sur la biodiversité.

Quelle est la valeur scientifique des données dites « opportunistes » ainsi récoltées ? En fait, les protocoles de collecte sont standardisés, avec des méthodes de suivi, d’observation et de remontée de données spécifiques. À cela s’ajoute l’omniprésence des smartphones, qui permet de générer un volume de données inédit. Les chercheurs du Muséum national d’histoire naturelle ont notamment étudié et nettoyé les résultats obtenus, notamment sur les papillons, la première mission d’observation initiée en 2006, et estimé qu’ils étaient encourageants.

Retrouvez le site Open dédié aux sciences participatives

Illustration bannière : Petite fille observant les insectes © all_about_people
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis