Nucléaire : 8 réacteurs autorisés à redémarrer ‘sous conditions’

Plusieurs réacteurs nucléaires actuellement à l’arrêt en France seront autorisés à redémarrer.

Rédigé par Valérie Dewerte, le 6 Dec 2016, à 10 h 05 min

Le parc nucléaire français, qui compte plus de 50 réacteurs partout sur le territoire, était à l’arrêt pour près d’un tiers du total. Des arrêts liés à des problèmes, des contrôles ou simplement des routines d’entretien, qui avaient mis EDF dans l’embarras : il y avait un risque que la production d’électricité ne suffise pas, alors que les températures chutent de plus en plus avec l’arrivée de l’hiver. Mais l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) pourrait avoir évité le pire.

Plusieurs réacteurs nucléaires autorisés à redémarrer

L’ASN a dû se plier à l’évidence : elle a demandé à EDF d’arrêter trop de réacteurs, si bien que la France, généralement exportatrice d’électricité, s’est retrouvée avec le risque de devoir importer de grosses quantités d’énergie. Un tiers du parc nucléaire français à l’arrêt, ce n’est pas rien. Mais une bonne nouvelle est tombée le 5 décembre 2016 : l’ASN va lâcher du lest.

De tous les réacteurs à l’arrêt en France, pour des raisons diverses, 12 le sont pour cause d’anomalies de fabrication avérées ou soupçonnées. L’ASN a donc demandé à EDF de les arrêter pour procéder aux contrôles et, le cas échéant, réaliser les travaux. Ces réacteurs pourront redémarrer afin de répondre à la demande croissante d’électricité de cette période de fin d’année.

Les contrôles sur les réacteurs nucléaires auront bien lieu

L’ASN n’oublie toutefois pas que des soucis sont présents, mais elle a considéré qu’EDF a justifié de manière suffisante les problèmes rencontrés sur les réacteurs ayant une puissance de 900 MWe. Mais l’Autorité de sûreté nucléaire n’en oublie pas toutefois qu’EDF doit réaliser les contrôles en bonne et due forme et va veiller à ce que l’énergéticien les fasse.

En attendant, sur les 12 réacteurs concernés par ces problèmes mineurs, 8 seront autorisés à redémarrer toujours sous contrôle et après aval de l’ASN, qui étudiera chaque dossier. Et les Français pourront avoir leur lumière durant l’hiver !

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Mme Dewerte commet une grave erreur en laissant penser que l’ASN a laissé les réacteurs démarrer pour éviter un manque d’électricité cet hiver. Ou alors qu’elle prouve ces allégations sans fondements !
    La réalité est la suivante :
    – c’est EDF et non l’ASN qui a décidé d’arrêter les réacteurs sous 3 mois. Après tout, EDF n’est plus responsable de l’approvisionnement de la France depuis l’ouverture des marchés, c’est à RTE (gestionnaire du réseau) d’assurer cette responsabilité. Bien sûr l’ASN ne s’y est pas opposé.
    – l’ASN a accepté le redémarrage des réacteurs après les contrôles effectués et l’analyse qu’EDF en a présentée, parce qu’elle les a jugés satisfaisants, et non pas pour éviter une pénurie d’électricité.
    Y en marre des procès d’intention vis à vis de l’ASN comme d’EDF, et plus globalement du nucléaire. Un peu d’honnêteté intellectuelle et peut-être de compétence technique ne ferait pas de mal dans le milieu du journalisme.

  2. A oui? Vraiment? une bonne nouvelle est tombée le 5 décembre 2016?
    Quelle politique de tout miser sur la plus dangereuse des énergies et ensuite se réjouir que l’Autorité de sûreté nucléaire lâche du lest…
    A pouvoir s’éclairer et se chauffer, espérons pour les millions d’habitants de notre continent et notre planète que les risques relevés par l’autorité de “sûreté” ne se concrétisent pas!

Moi aussi je donne mon avis