‘Seuls sur Terre’ : les négociations climat avancent, mais pas assez

Rédigé par Stephen Boucher, le 20 Oct 2015, à 18 h 44 min

Franchement, Matt Damon a beau s’en sortir, sa petite excursion en mode boy scout sur Mars ne fait pas envie. Seul sur Mars, le film à sensation du moment, fait écho aux propos du Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon qui a rappelé « qu’il n’existe pas de plan B, ni de planète B », en déclarant son relatif optimisme pour un accord international contraignant au sortir de la COP21, la négociation sur le climat qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre prochains. Point sur l’état d’avancement des préparations.

Négociations climat : « il y aura un accord à Paris », François Hollande

Le Président de la République l’a affirmé hier, à la conférence sociale, pour la première fois : il s’attend à ce qu’un accord soit trouvé à Paris au début du mois de décembre. Ajoutant toutefois : « toute la question est de savoir à quel niveau se fera l’accord et si nous pourrons régulièrement le réviser ». Car, effectivement, un accord a minima serait de peu d’utilité, et les négociations préparatoires ne sont pas encore proches d’un accord permettant d’atteindre la limite de 2°C de réchauffement planétaire d’ici la fin du siècle.

En route pour 3°C

A l’heure actuelle, selon l’analyse du Climate Action Tracker, les engagements des États – 148 ont déposé leurs engagements de réduction d’émissions – ne permettraient dans le meilleur des scénarios – celui où les engagements sont respectés pleinement – qu’à une limitation de l’augmentation des températures à la surface du globe de 2,7°C d’ici la fin du siècle, bien au-delà de la limite visée de 2°C. Si Bill Hare, l’analyste en chef du Climate Action Tracker y voit une avancée, puisque c’est la première dans l’histoire des négociations que l’on arrive à des engagements qui permettraient de limiter le réchauffement climatique à moins de 3°C, il souligne l’importance d’avancer à Paris, et de déjà prévoir des négociations subséquentes pour renforcer les engagements pris.

Dernière ligne droite des négociations climat : Bonn

Les délégations d’experts de 195 pays sont réunis cette semaine à Bonn pour une dernière tentative de préparation d’un accord à Paris, début décembre. Laurent Fabius, Ministre des Affaires Étrangères qui présidera la COP21 à partir du 30 novembre, y a déclaré aujourd’hui : « Mon message principal sera : on veut un succès à Paris, et pour avoir un succès à Paris il faut avancer d’ici vendredi à Bonn ».

Laurence Tubiana, l’ambassadrice pour la France chargée des négociations pour le climat, a tempéré l’optimisme du Président : elle a reconnu à Bonn hier en séance plénière qu’en l’état, le texte manquait « d’ambition sur tous les points ». Ban Ki-moon soulignait quant à lui que les négociations climat ont été lentes et frustrantes – selon ses termes – « car les négociateurs partaient de perspectives nationales très étroites ».

La décarbonisation, point d’achoppement des négociations climat

L’un des points de contentieux est l’insertion dans le texte de l’accord final du mot « decarbonisation » (décarbonation en français), car Chine et Inde refusent d’avoir un texte qui les oblige à rendre compte de leurs actions domestiques.

Matt Damon ne nous contredira pas : on n’est pas prêt d’aller vivre sur Mars, et nous sommes pour l’instant plus seuls sur Terre que nulle part ailleurs. D’ici qu’une mission humaine se rende sur la planète rouge – 2030 ou 2035 selon la NASA – et que la vie y soit possible, si jamais ce devait être le cas, nos émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère auront eu le temps de causer bien des dégâts. La mobilisation doit continuer.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis