Mégots dans la nature : les cigarettiers vont devoir passer à la caisse

Selon le principe ‘pollueur-payeur’, les cigarettiers seront désormais tenus de financer le nettoyage de la pollution causée par les mégots des fumeurs à travers une éco-contribution au futur éco-organisme de la ‘filière mégot’, toujours en attente d’agrément.

Rédigé par Paolo Garoscio, le 23 Feb 2021, à 11 h 20 min
Mégots dans la nature : les cigarettiers vont devoir passer à la caisse
Précédent
Suivant

C’est une véritable plaie que tous les amateurs de nature connaissent bien : les mégots. Outre présenter un risque d’incendie dans les bois et sous-bois durant les saisons sèches, ils polluent les sols et l’eau et sont des dizaines de milliards à se retrouver par terre, jetés par des fumeurs peu respectueux de l’environnement. Le gouvernement a donc décidé de faire payer les principaux responsables de cette situation… les cigarettiers.

De l’argent pour financer le nettoyage des mégots dans la nature

En février 2020, les députés ont validé la création de nouvelles filières à responsabilité élargie des producteurs, ou REP, qui obligent les producteurs à gérer les déchets liés à leur activité. Parmi ces nouvelles filières, on trouve celle du tabac… et donc la gestion des mégots.

Une nécessité, puisque près de 30 milliards de mégots sont jetés par terre en France chaque année, selon les estimations.

La filière sera lancée en 2021, et le gouvernement en a précisé les modalités, relèvent Les Echos. Les cigarettiers – à travers un nouvel éco-organisme qui devrait s’appeler Alcome(1)– vont, par exemple, devoir financer le nettoyage qui incombe aux communes et verser 2,08 euros par an et par habitant aux communes de plus de 50.000 habitants, 1,08 euro pour les communes ayant entre 5.000 et 50.000 habitants et 50 centimes pour les plus petites. Du moins, à terme, car le barème est progressif et ne sera à taux plein qu’en 2023.

Lire aussi : La durée de vie des déchets dans la nature

Réduire les mégots de 40 % avant 2028

Outre cette participation en monnaie sonnante, les fabricants de cigarettes devront également lancer des campagnes de sensibilisation et mettre en place des opérations à destination de leurs clients, comme distribuer des cendriers de poche.
Le gouvernement espère qu’en incitant les fumeurs à mieux se comporter, le nombre de mégots jetés par terre se réduira. L’objectif est fixé : une baisse de 40 % du nombre de mégots par terre en six ans.

mégots dans la nature

Ne pas jeter ses mégots dans la nature est aussi une véritable question de civisme de la part de chacun ! Non ? © Kseniia Vorobeva

Mais d’autres projets sont en cours, notamment le développement de filières nouvelles de transformation des mégots ou des systèmes de ramassage innovants, le soutien à des projets… là aussi, financés par le nouvel éco-organisme.

Illustration bannière : Mégots de cigarettes on en retrouve vraiment partout – © AfriramPOE
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

3 commentaires Donnez votre avis
  1. Supprimons les cigarettes avec filtres et le tour est joué!

  2. En Suisse aucun déchet par terre dans les rues, ni mégots, ni papiers la police veille et verbalise et je pense que c’est ce qu’il faut faire, cela rendrait les gens responsable de leur gestes qui a mon avis ne serai que justice et ferai rentrer l’argent dans les caisses de l’état (un juste retour des choses) tu dégrade, tu paie

  3. Bonjour, j’ai juste peur que cette taxe soit une justification supplémentaire pour balancer ses mégots, si besoin était ! « Je paye, donc j’ai le droit de jeter ! ».

Moi aussi je donne mon avis