L’indemnité kilométrique vélo pédale dans la semoule au démarrage

Mise en place depuis février, cette mesure écologique est très loin d’avoir trouvé preneur. Seules 21 entreprises ont franchi le pas pour moins de 1 000 salariés…

Rédigé par Valérie Dewerte - De Bisschop, le 9 Sep 2016, à 14 h 26 min

Le texte initial vidé de sa substance

Mise en oeuvre dans le cadre de la loi de transition énergétique votée en août 2015, l’indemnité kilométrique vélo (IKV) permet à un salarié de percevoir 25 centimes par km parcouru pour aller au travail, à concurrence de 200 € par an. Bilan, sept mois après son lancement : seules 21 entreprises représentant moins de 1 000 salariés l’ont adoptée. Serait-ce un échec ?

Il convient de souligner le fait que le projet initial a été vidé de sa substance. Alors que l’IKV devait être obligatoire, elle a été rendue facultative, sur la recommandation de la Direction des transports, qui craignait une concurrence des transports publics. De plus, l’administration a été exclue de son champ d’application. Ainsi, d’une indemnité obligatoire pour tous les employeurs, y compris l’État ou les collectivités locales, on est passé à une indemnité facultative pour les seuls employeurs du privé.

Bien choisir son vélo pliant : les 7 critères de choix

Le décret de la dernière chance ?

En outre, l’exonération de cotisations sociales est plafonnée à hauteur de 200 € pour les entreprises. En clair, les rares entreprises qui mettront en place l’IKV ne seront exonérées de cotisations sociales qu’à hauteur de 200 € par an et par salarié venant à vélo. Soit une distance domicile-travail de 2 kilomètres ! Idem pour le salarié : l’exonération de l’imposition sur le revenu est également plafonnée à 200 €.
Une mesure qui a toutes les apparences d’une usine à gaz qui fonctionne au ralenti. Pour tenter de relancer l’indemnité kilométrique, un décret publié jeudi au Journal officiel étend la mesure au ministère de l’Environnement (43 000 agents) pour deux ans, avec une éventuelle généralisation au secteur public.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




3 commentaires Donnez votre avis
  1. C’était une excellente idée.
    Indemniser les cyclistes venant travailler en vélo,rendre cela obligatoire pour toutes entreprises publiques ou privées, avec des conditions correctes aussi bien pour employeurs que cyclistes, voila qui aurait pu réellement inciter certains travailleurs à passer au vélo.
    Au lieu de ça, une loi rabougrie, pingre, à la mesure de socialos pour qui l’écologie, la lutte contre la pollution ne sont que des variables d’ajustement pour montrer ,un peu, qu’ils sont , un peu ,verts.

    • Bonjour
      eh oui, il n’y a pas moins écolo qu’un socialo, à de très rares exceptions près. Voir M. le Ministre de l’Agriculture.
      Quand à l’argument des charges en plus, il ne tient pas : un salarié à vélo est en meilleure santé, moins d’absentéisme et plus de motivation : ça, c’est rentable

  2. Encore des charges supplémentaires pour les entreprises, comme si il n’y en avait pas assez, alors que l’on nous parle de compétitivité, pas étonnant que le travail en France part en chine ou ailleurs.

Moi aussi je donne mon avis