Les forêts du Mozambique pillées par la Chine

Des milliers de mètres cubes de bois brut partent du Mozambique en direction de l’Asie. La Chine achète une bouchée de pain ces arbres exotiques et les revend à prix d’or. La déforestation menace ce pays d’Afrique australe.

Rédigé par Maylis Choné, le 27 Apr 2017, à 11 h 40 min

Ce phénomène n’est pas nouveau : depuis des décennies, la Chine est accusée de se servir largement dans les ressources forestières africaines. Les forêts du Mozambique souffrent.

Le Mozambique menacé de déforestation à cause de la Chine

Difficile pour un pays pauvre de refuser la main-mise d’un autre pays contre un peu d’argent. L’administration et le pouvoir du Mozambique ne sont pas assez puissants et organisés pour lutter contre l’exploitation illégale de la Chine sur ses ressources forestières. Les pays africains sont de plus en plus dépendants de l’Empire du milieu et subissent ses exigences.

Lire aussi : La déforestation provoque l’augmentation des maladies infectieuses

Tout l’écosystème du pays est menacé par ces coupes en quantité astronomique. Certaines espèces de la faune et de la flore risquent de disparaître. L’ONG anglaise Environmental Investigation Agency (EIA) estime a près de 93 % la part illégale de l’exploitation forestière au Mozambique. Et ce, malgré les moratoires instaurés par le gouvernement.

déforestation

Déforestation massive © Rich Carey

Transformer le bois sur place

90 % des exportations mozambicaines, soit 500.000 m3 annuels, sont destinées à la Chine. Outre la nécessaire lutte contre les coupes illégales de bois brut par la Chine, le Mozambique étudie sérieusement le moyen de transformer le bois sur place et d’interdire enfin l’exportation sauvage de troncs entiers vers l’Asie. Cela offrirait des emplois et développerait le pays.

Découvrez en direct les chiffres de la déforestation dans le monde sur le Planetoscope

En chiffres, en 2012, les importations de bois africain ont atteint 4,5 millions de mètres cubes. Plus de 60 % des troncs importés par la Chine entre 2011 et 2013 provenaient du Cameroun, de Guinée équatoriale, du Mozambique et de la République du Congo. Beaucoup ferment les yeux sur ce marché, ravis d’acheter de si beaux bois à moindre coûts.

Illustration bannière : Village dans la forêt au Mozambique- © Svetlana Arapova
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. En afrique bien sur, l’exploitation de bois d’oeuvre se réalise sans respect de l’environnement. La plus part des sociétés qui exploitent le bois en Afrique n’ont pas réalisé de plan d’Aménagement, contrairement, la population ne bénéficie pas de manière satisfaisante les rétombés dues à l’exploitation de leur ressource. une telle situation défavorisant la population à mieux conserver ces ressources.
    je vous remercie, et jusque la, je ne suis qu’un simple étudiant en G3 en gestion des ressources naturelles renouvelables; université de KIsangani en RD Congo

  2. Aussi longtemps que l’AFRIQUE reste un continent très pauvres dépendant largement des forets pour sa survie, on atteindra jamais
    le développement durable. La pauvreté,la faim,et la dégradatin des terres ont des incidences profondes sur la diversité biologique et menacent très gravement leur survie.On ne peut non plus accepter que la conservation exacerbent la pauvreté,et contraire elle doit avoir un impqct positif.

    Partant de cela, je pense que, la durabilité suppose avant tout l’amélioration des conditions de vie ou la réduction de la paureté. Par ce que, ce non sens de dire à une communauté de garder leur foret intancte, sans la toucher alors qu’elle a faim; et bien elle finira par l’exploiter. La rémediation de cette situation passera au préalable par la mise en place d’autes activités altérnatives enfin de pouvoir dimunier la pression sur l’écosystème forestier.

    je vous remercie,

Moi aussi je donne mon avis