Les 5 dangers qui menacent les océans

Rédigé par Nolwen, le 12 Nov 2013, à 10 h 08 min

Repères : Les océans en Chiffres

Sur Terre, 5 océans composent l’océan mondial. Ils représentent :

  • 71 % de la surface du globe, soit 360 millions de km2 ;
  • 97 % de l‘eau disponible sur Terre (3 % sont attribués à l’eau terrestre, et la vapeur d’eau contenue dans l’atmosphère ne représente qu’une part infime ;
  • une profondeur moyenne de 3800 mètres. La profondeur maximum atteinte par l’homme dans la fosse des Mariannes dans l’océan Nord Pacifique : 10923 mètres ;
  • une couche très mince (1/1700ème) ramenée au rayon de la terre ;
  • 300 fois la masse de l’atmosphère ;
  • 1300 fois sa capacité de stockage de chaleur.

Les fonds marins ravagés par le chalutage

Sur la carte ci-dessous, il n’y a quasiment plus de zone bleue, non polluée par l’homme. L’orange (impact fort des activités humaines) domine le monde.

*

Le parcours du lauréat, Gilles Boeuf

Président du Muséum National d’Histoire Naturelle et titulaire de la chaire de développement durable au Collège de France, Gilles Boeuf est physiologiste et endocrinologue de formation.

Il a tiré des océans des découvertes importantes, utiles à l’aquaculture et à la médecine.
Des années d’explorations l’ont fait aussi botaniste, paléontologue, entomologiste et l’ont aidé à mûrir une compréhension globale de la complexité du vivant. Titulaire d’un DEA en océanographie biologique, docteur de 3e cycle en Biologie du Développement et docteur d’État ès Sciences Naturelles, Gilles Boeuf a travaillé durant 20 ans sur la migration des saumons qui passent du milieu continental à l’océan.

andrew-bakun> A été également été récompensé, Andrew Bakun.

Il est Professeur de biologie marine à l’université de Miami qui s’impose comme un expert de premier plan dans le domaine des sciences de la mer, avec à son actif près de 50 années d’expérience dans des organismes nationaux et internationaux.

Quelle est cette médaille ?

Créée à l’occasion du centenaire de la naissance du Prince Albert Ier de Monaco en 1948, la grande médaille Albert Ier récompense l’ensemble d’une carrière, des travaux spécifiques ou une découverte exceptionnelle de portée mondiale dans le domaine de l’océanographie. Généralement attribuée en alternance à un chercheur français ou anglais, cette distinction se matérialise par une
médaille en bronze doré portant en relief le nom du récipiendaire et la mention « Prix Manley Bendall », du nom de son créateur. Chaque exemplaire est numéroté et aucune autorisation de reproduction ne peut être délivrée.

*

Je réagis

Tous les articles sur les océans

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Fan de consoGlobe depuis longtemps, j'apprécie de contribuer à son incroyable richesse de temps en temps pour redonner un peu de ce qu'il m'apporte : une...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Quand l’homme vas t’ il comprendre ?
    Quand il sera trop tard ? !!!!
    Nos mers et nos océans ne sont pas des poubelles.
    Quelles poissons allons nous donner a nos enfants.
    Demandons sa aux insensées !

  2. Absolument d’accord avec vous et je salue ces hommes et ces femmes qui en biologie marine ne cherchent qu’à nous montrer le bon chemin pour la sauvegarde de nos ressources naturelles. Sans nous alarmer, ils espèrent seulement faire prendre conscience à tous de l’intérêt que nous avons de nous préserver de cette nouvelle menace qui pèse aujourd’hui sur un avenir trop proche…

    • c meme pas vrai

  3. Sans la vie des océans, pas de vie !
    A nous d’être attentifs et vigilants…
    B

Moi aussi je donne mon avis