Le Rio Aguas en danger d’extinction : signez la pétition

Le Rio Aguas est un fleuve andalou menacé de disparition par l’agriculture intensive. Un phénomène de désertification proche et inquiétant. On peut s’engager pour contribuer à sauver le fleuve en signant une pétition, et surtout en changeant nos manières de consommer.

Rédigé par Pauline Billiald, le 7 Jul 2016, à 10 h 30 min

En plein coeur de l’Andalousie, à quelques kilomètres d’Almería et de sa « mer de plastique » agricole, se trouve une réserve aquifère précieuse, riche en biodiversité, menacée d’extinction par l’agriculture intensive.

Le Rio Aguas, réserve d’eau menacée par la désertification

Le Rio Aguas est une source d’eau de pluie stagnante aspirée puis rejetée par la roche en une multitude de bassins plus ou moins grands dans cette zone semi-désertique d’Andalousie à quelques kilomètres d’Almería. C’est ce qu’on appelle un aquifère, une réserve d’eau souterraine et ici millénaire.

Une source de vie pour les habitants

Cette eau fossile, de plus en plus rare, est source de vie pour de nombreux villages tels que Sorbas, Tabernas, Lucainena, ou encore Los Molinos del Rio Aguas, un petit village qui forme une oasis de résistance au milieu du désert pour inventer une nouvelle forme de vie et d’agriculture. Ces villages sont de petites merveilles, à découvrir avant qu’ils ne deviennent des villages-fantômes. En effet, sans eau, il n’y a pas de vie. Comme le dit Pierre Rabhi, « les rivières et ruisseaux sont les veines de notre Terre-Mère, l’eau son sang ».

Outre les seize villages et leurs quelque 35.000 habitants dont certains dépendent directement d’elle pour se laver ou faire pousser leur nourriture, le Rio Aguas abrite une biodiversité sans pareil où l’on trouve des espèces de la faune et de la flore rares, voire endémiques.

La tortue des Maures ©Ion Holban

On peut citer les petits serpents qui nagent parfois aux côtés des baigneurs ou bien encore les fameuses tortues des Maures qui aiment sortir de leur carapace et faire dorer leur frimousse au soleil quand l’heure est au calme.

Le fleuve menacé par l’agriculture intensive

Cette source d’eau est  d’autant plus précieuse qu’elle se situe en zone semi-désertique. En effet, on observe alentour nombre de lits asséchés ; on laisse nos traces parmi les coquillages fossilisés, les cailloux et l’argile sèche. Outre cette sécheresse apparente, la région se trouve à quelques kilomètres de la mer de plastique (« el mar de plastico ») d’Almería.

C’est ici, sous des étendues de bâches de plastique blanches et aveuglantes, que poussent en toute saison, sur une terre que l’on rend infertile, les vivres de l’Europe, à l’exemple de ces tomates riches en pesticides que l’on gaspille par tonnes.
Et pour couronner le tout, une énorme exploitation d’oliviers a vu le jour à Tabernas. Cette culture intensive, qui aura probablement le toupet d’avoir le label biologique pour son huile d’olive, boit excessivement et sans se soucier des fruits, l’eau du Rio faisant baisser le niveau de cet or liquide de façon alarmante.

rio de aguas

Le Rio de Aguas ©Ion Holban

L’ironie du sort a voulu que ce fleuve à présent en danger se trouve au coeur d’un parc naturel protégé, « el Karst en Yesos de Sorbas ».

La désertification à nos portes

La raréfaction de l’eau potable est une réalité qui ne se passe pas uniquement dans les déserts africains ou australiens. Regardez là, juste en bas, juste ici, à nos pieds : l’eau se fait rare là où l’on en a le plus besoin et la terre se meurt sans eau. Une fois le sol rendu improductif, l’eau s’écoulera plus avant, plus au Nord peut-être.

Une autre leçon à retenir de cette histoire est bien sûr que notre consommation de produits peu chers a toujours un impact sur notre environnement : ce fleuve menacé est l’un des nombreux exemples de la surexploitation maraîchère de la zone d’Almería. Même pour les produits bio, il est nécessaire d’acheter consciemment.

Comment agir ? Une pétition circule actuellement sur le web (en espagnol) pour éviter la disparition du fleuve Rio Aguas. Voici le lien pour signer la pétition.

Et pour mettre la main à la pâte ou à la terre, comme vous voudrez, et y voir de plus près, en plein coeur de Los Molinos del Rio Aguas – l’oasis qui résiste -, l’association Sunseed Desert Technology (Sunseed Tecnologia del Desierto) accueille des volontaires tout au long de l’année.

Renseignez-vous sur www.sunseed.org.uk

Alors à vos clics, à vos gants et à vos voix !

Photo de bannière : le Rio Aguas en danger ©Ion Holban
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Prenez un soupçon d'âme, un soupçon de Coeur, ajoutez quelques grammes de spiritualité, d'Univers et de respect de la Terre-Mère. Une bonne dose d'Amour...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis