La FAO lance un plan d’attaque contre le charançon rouge du palmier

Le charançon rouge du palmier menace une quarantaine d’espèces d’arbres dans 60 pays du monde.

Rédigé par Sybille de la Rocque, le 3 Apr 2017, à 10 h 30 min

Pour sauver les palmiers de l’attaque des charançons rouges, les autorités internationales viennent d’adopter un plan qui devrait éradiquer ce nuisible dans les régions qu’il a envahies.

La FAO lance un plan international d’éradication des charançons rouges

Les palmiers sont en danger et la communauté internationale prend le problème au sérieux. À l’occasion d’une réunion au siège de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les ministres de l’Agriculture et divers représentants de nombreux gouvernements ont convenu d’un plan d’action visant à éradiquer la menace qui pèse sur ces arbres : le charançon rouge.

Ce plan, qui s’appuie sur de nombreuses recherches scientifiques, devrait permettre une meilleure collaboration entre les autorités des 60 pays concernés par cette menace, avec les agriculteurs locaux, notamment les producteurs de noix de coco et de dattes, pour effectuer des contrôles réguliers, installer des pièges à phéromones, retirer les arbres infestés et prendre des mesures de quarantaine strictes.

40 espèces de palmiers sont menacées par le charançon rouge

« Le charançon rouge du palmier est devenu une menace mondiale et exige une stratégie mondiale afin de l’éradiquer », a ainsi déclaré José Graziano da Silva, directeur général de la FAO, dans un communiqué diffusé à l’occasion de cette réunion. « Le message relayé à l’issue de la réunion consultative de scientifiques est positif : le charançon rouge du palmier peut être maitrisé et vaincu ».

L’organisation est confiante et s’appuie sur l’exemple des îles Canaries, dont le territoire a été totalement libéré en mai 2016, grâce à une stratégie coordonnée qui a montré son efficacité contre ce coléoptère, qui a la particularité de détruire les arbres en les rongeant de l’intérieur. Un insecte qui, depuis ces dernières décennies, est devenu une menace croissante. Selon les chiffres de la FAO, ce dernier ne s’attaquait qu’à quatre espèces de palmiers lorsque les premières études ont été réalisées en 1956. Aujourd’hui, pas moins de 40 espèces sont en danger.

Illustration bannière © Brian S – Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Une technique asiatique est d’accrocher des bambous d’arbres en arbres et d’elever des fourmies. Technique particulièrement efficasse même pour contrôler les petits rongeurs. A noter que la FAO avait commis une grâve érreur en homogéinisent les cultures de riz, blé, mais. Ils font aujourd’hui marche arrière.

Moi aussi je donne mon avis