Le ‘jour du dépassement’ 2021 : les ressources planétaires sont à zéro

Après une moindre consommation des ressources de la planète en 2020 grâce à une activité économique au ralenti, en 2021, le « jour du dépassement » est revenu peu ou prou à la même date qu’en 2019, soit le 27 juillet, nous apprend l’ONG américaine Global Footprint Network.

Rédigé par Anton Kunin, le 29 Jul 2021, à 11 h 20 min
Le ‘jour du dépassement’ 2021 : les ressources planétaires sont à zéro
Précédent
Suivant

En d’autres mots, pour donner le temps aux ressources de la planète de se régénérer, il nous faudrait 1,7 Terre, a calculé le Global Footprint Network.

Chaque année, le « jour du dépassement » tombe toujours plus tard

Chaque année depuis cinquante ans environ, l’humanité consomme plus de ressources que notre planète n’est capable de régénérer. Pour faire une analogie, nous vivons « à crédit » mais ne remboursons jamais, et chaque année qui passe ne fait que grossir notre dette envers la planète. Pour mieux visualiser l’ampleur de cette « dette » environnementale, chaque année, l’ONG américaine Global Footprint Network s’attache à calculer une date, qu’elle appelle le « jour du dépassement ». C’est la date à laquelle, depuis le début de l’année, l’humanité a consommé autant de ressources que la planète ne peut régénérer, le reste de l’année, nous « vivons à crédit ».

Sur un grand nombre de points, notre planète est proche du « point de rupture »

Les ONG ne sont pas les seules à tirer la sonnette d’alarme. Dans un article publié dans la revue BioScience, un groupe d’éminents scientifiques (les auteurs de cet article font partie d’un groupe de plus de 14.000 scientifiques ayant plaidé pour la déclaration d’une urgence climatique mondiale). Sur les 31 « signes vitaux » de la planète, qui incluent les émissions de gaz à effet de serre, l’épaisseur des glaciers ou la déforestation, 18 sont proches du « point de rupture ».

Parmi les signaux d’alerte, ces scientifiques notent que les concentrations de CO2 et de méthane observées dans l’atmosphère en 2020 n’ont jamais été aussi élevées. Les glaciers fondent 31 % plus vite qu’il y a quinze ans et la déforestation en Amazonie brésilienne a atteint un record en 2020, transformant ce puits de carbone crucial en émetteur net de CO2.

Illustration bannière : À partir de ce 29 juillet l’humanité vit à crédit sur les ressources de la Terre – ©  myboys.me
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Ce jour du dépassement est un bon indicateur symbolique de l’épuisement des ressources de la terre. Je ne vois pas de quel secte parle pilet61, mais soit. Il est vrai que ce jour du dépassement n’est peut-être pas représentatif de l’ensemble des enjeux écologiques, mais c’est une manière simple de faire comprendre aux personnes peu éduquées sur le sujet de l’ampleur de la crise écologique. Les chiffres ne parlent pas toujours, et d’autres analogies sont parfois nécessaires.

  2. Selon les environnementeurs et les escrologistes, sans aucune base scientifique sérieuse… et qui sert uniquement à amasser des subventions publiques, destinés à enrichir les membres de la secte, mener des actions contre-productive sur le terrain ou être dilapider inutilement.

Moi aussi je donne mon avis