Les grandes figures de la transition écologique : Jean-Marc Jancovici, ingénieur au service de compréhension des enjeux énergétiques et climatiques

Reconnu pour son expertise et son travail de sensibilisation sur les sujets énergie-climat, Jean-Marc Jancovici travaille depuis 2000 à la prise en compte de la contrainte carbone par les entreprises et les organisations. Zoom sur celui qui se définit comme un « comptable du carbone » !

Rédigé par Camille Peschet, le 12 May 2019, à 14 h 30 min

Né en 1962, Jean-Marc Jancovici est un ingénieur issu de l’école polytechnique reconnu pour son expertise sur les questions énergétique et climatique. Il a cofondé le cabinet carbone 4 spécialisé dans la transition énergétique, ainsi que le Shift Project, laboratoire d’idées pour la transition vers une économie libérée des énergies fossiles. C’est également l’inventeur du bilan carbone, outil qui permet de mesurer la quantité de carbone émise par nos activités.

Non content de tout cela, il a également participé à la rédaction du pacte écologique pour le climat. Enfin il mène un travail important de vulgarisation autour des enjeux énergétiques et climatiques à travers des livres, des conférences ou des interviews dans les médias.

Jean-Marc Jancovici – Une volonté de travailler pour la transition énergétique

Travaillant d’abord pour l’informatique et les télécoms, Jean-Marc Jancovici est arrivé à s’intéresser puis à se passionner jusqu’à devenir expert des enjeux climatiques et énergétiques suite à son travail pour France Telecom (aujourd’hui Orange).

Jean-Marc Jancovici

Le dernier livre de Jean-Marc Jancovici

En effet, dans le milieu des années 1990, France Telecom s’intéresse au développement de la télécommunication notamment dans les domaines de la télémédecine ou du télétravail. La société française de télécommunications demande alors à la société qui embauche Jean-Marc Jancovici de développer différents « business plans » présentant les modalités de ces nouveaux modes d’organisation.

En se documentant, il découvre alors le lien théorique (la vérité étant un peu plus complexe) entre télécommunication et réduction des gaz à effet de serre tout particulièrement dans le cas du télétravail. Intéressé par ce thème qu’il ne connaît pas, il continue à se documenter et se lance alors dans des recherches plus approfondies sur les questions énergétiques et les impacts du réchauffement climatique.

Il propose également au groupe environnement de son association d’anciens élèves de monter un cycle de conférences autour de ces enjeux énergétiques et climatiques. Petit à petit, il développe son expertise et décide d’orienter sa vie professionnelle vers ces deux grands thèmes.

Un développement économique basé exclusivement sur l’utilisation des énergies fossiles et qui ne peut perdurer sans elles

Dans ces différents interventions et livres Jean-Marc Jancovici dénonce l’idée répandue dans le milieu économique et politique qu’il est possible de maintenir de la croissance sans l’utilisation massive des énergies fossiles.

En effet, pendant très longtemps, les humains ont subit des limites physiques très contraignantes. Les forces de transport et de transformation reposant essentiellement sur les forces humaines, animales et l’utilisation des énergies renouvelables telle que le vent, le soleil et l’eau. L’Homme vivait dans un monde limité et le savait.

Jean-Marc Jancovici

La force de l’eau pour faciliter le travail © Milkovasa

La découverte des énergies fossiles modifie cette perspective et permet à l’homme de s’affranchir de limites qu’il n’avait jamais pu dépasser jusque là : déplacement à plus de 20 km/h, accès au chauffage, à l’électricité, à l’eau potable. Par les différentes sources de transformation des énergies fossiles, chaque humain a eu progressivement des dizaines de robots à son service.

Le progrès technique et la prospérité économique sont basés sur une augmentation constante des flux de matières et d’énergies fossiles.

Même le développement d’une société de service ne peut se faire sans flux de matières

Dans ce contexte, il bat en brèche l’idée que le développement d’une société de service permet la sobriété. En effet, les services transports de marchandises, télécommunications, livraisons, outils hi-tech ne peuvent exister si des machines fonctionnant aux énergies fossiles ne sont pas alimentées. De plus, les besoins de première nécessité seront toujours à pourvoir avant le développement des services.

Une croissance économique forcément synonyme d’augmentation de gaz à effet de serre

Ainsi jamais la croissance, même si elle était liée massivement au développement de services, n’a été décorrélée d’une augmentation de la consommation énergétique et donc de l’émission de gaz à effet de serre. L’augmentation de la croissance signifie l’augmentation de quantité de produits fabriqués, livrés ou de services rendus. Or, dés qu’il y a augmentation des quantités produites ou de services rendus (avec une augmentation des livraisons et de la flotte nécessaire par exemple), il y a augmentation des gaz à effet de serre car l’énergie utilisée pour faire fonctionner les machines provient à plus de 80 % du pétrole, du charbon et du gaz.

D’un point de vue des sciences physiques, il n’est donc pas possible de promettre simultanément une augmentation des biens produits et une réduction des énergies fossiles. Ce discours, pour Jean-Marc Jancovici est possible car le monde économique ne comptabilise qu’en monnaie, sans jamais associer à la circulation de cette monnaie des flux de matières.

La réduction drastique des énergies fossiles (nous devons laisser 80 % des énergies fossiles dans le sol) qu’impose la lutte contre le réchauffement climatique aboutira, pour Jean-Marc Jancovici, à la fin de la croissance.

Le resserrement de la croissance, un constat déjà présent

Nous voyons d’ailleurs déjà ce phénomène de resserrement de la croissance économique mondiale, nous explique Jean-Marc Jancovici, avec une diminution progressive et constante du PIB mondial et une absence de croissance dans l’ensemble des pays développés.

Cette réduction est essentiellement due à la fin de la production bon marché des énergies fossiles avec le déclin des ressources dites conventionnelles. En effet, le gaz de schiste et le pétrole issu du sable bitumineux coûtent extrêmement plus chers à produire, ce qui a pour conséquence l’augmentation des coûts de l’énergie.

Des crises sociales ayant toute comme facteur déterminant l’énergie et le climat

Un autre point important d’analyse de Jean-Marc Jancovici porte sur les crises sociales qui parcourent le monde. Pour lui, quasiment toutes ont comme facteur déclenchant les modifications climatiques et la raréfaction des énergies fossiles.

Jean-Marc Jancovici

Manifestation en Égypte en 2013 © MidoSemsem / Shutterstock

Dans les pays producteurs de pétrole ou de gaz

Pour les sociétés basées sur la rente pétrolière ou gazière, la fin des ressources marque le déclin d’un « pacte social » implicitement noué : bien souvent une absence totale ou partielle de liberté contre une promesse de forte croissance.

De fait, la fin des énergies bon marché ou pire encore l’épuisement des puits ne permet plus aux États d’avoir les finances pour honorer les salaires des fonctionnaires et entretenir les aides et services sociaux mis en place… Ce qui aboutit à un chômage massif et une augmentation des prix, amenant par conséquent des contestations sociales fortes.

S’ajoute à cela les modifications de la biosphère dues au réchauffement climatique ou la dégradation de l’environnement qui modifie ou limite les récoltes et entraîne là encore l’augmentation des prix des denrées alimentaires.

Dans les pays non producteurs

Dans sociétés non productrices de gaz et de pétrole, l’augmentation du prix des énergies fossiles aboutit à l’augmentation du prix de l’essence mais aussi des biens du quotidien pour lesquels la part du prix associé au transport ou à l’utilisation des énergies fossiles (produits phytosanitaires pour l’agriculture par exemple) augmente.

Ainsi pour Jean-Marc Jancovici, les printemps arabes, sont intimement liés à ces deux facteurs : la diminution de production des énergies fossiles et les modifications de la biosphère liées au changement climatique.

Un monde en bouleversement à venir, où la promesse d’accroissement des richesses ne peut plus être tenue

Nous tendons donc vers un monde avec plus de crises sociales et où il n’est plus possible de faire augmenter la richesse de tous. L’enjeu des prochaines années ne doit donc pas tant se situer dans la recherche d’une croissance économique perpétuelle, mais plutôt dans une nouvelle redistribution de la richesse dans un monde sans croissance.

Il faut aussi se préparer à un monde où les services iront en se dégradant par manque d’énergie et de moyens financiers.

Le principal frein, le regard très technophile et dominant des État-Unis sur le monde

Pour Jean-Marc Jancovici, le frein majeur à la transition écologique sur le plan mondial est la capacité des États-Unis à imposer leur vision qui est très technophile, refusant d’accepter les limites physiques de notre monde.

Jean-Marc Jancovici

Les États-Unis ont une trop grosse influence © Who is Danny

Il est nécessaire que l’Union Européenne ou encore le Japon arrivent à s’affranchir de leur position de suiveur et proposent un modèle sobre pour notre monde. Un modèle qui s’appuie sur la capacité de résilience et sur un regard plus enclin à accepter les limites physique de notre monde du fait des crises qu’ils ont eu à vivre (épidémies, famines, révolution et lutte sociale) dans les deux siècles passés.

Un besoin de redonner du sens

Enfin, dans ce monde qui s’annonce sans croissance et donc sans la promesse d’accès à plus de biens matériels ou à plus de richesses, il est important de redonner du sens. L’Homme est d’abord un être en quête de sens avant d’être un agent économique.

Illustration bannière : Jean-Marc Jancovici – Capture d’écran YouTube @ Rendez-vous des futurs
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Portée par un cadre familial m'ayant sensibilisée à une consommation responsable et en faveur d'une production énergétique renouvelable, je me suis...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Des articles comme çà c’est bien…j’en ai déjà lu une foultitude…et après tout le monde retourne dormir…

  2. Dsl de dire ça mais avec le Jean-Marc Jancovici ,lui te sort du pétrole pour te faire rentrer dans le nucléaire je ne vois pas chez cet individu un quelconque écolo ,mais plus tôt un pro nucléaire rien d’autre ,il ne passe sont temps qu’a dénigrer les énergies renouvelables …

  3. [l’énergie] des machines provient à plus de 8 % du pétrole, du charbon et du gaz.

    Ce n’est pas plutôt 80% ?

    Si ce n’était que 8%, le problème serait déjà résolu…

    • Oui, certainement qu’il doit manquer un 0, 80 % correspond d’ailleurs à la courbe qu’il avait plusieurs fois montré sur son site et dans ses conférences.

      Nucléaire, bois, hydro, solaire, éolien et autres représentant autour de seulement 20 % dans le monde en 2019 !

      80 % en consommation totale, ceci dit, y compris véhicules, chauffage, etc… !

Moi aussi je donne mon avis