Insolite : des méduses pour créer des couches écolo

Rédigé par Eva Souto, le 12 Oct 2014, à 12 h 17 min

L’idée va en méduser plus d’un et pourtant, elle est pour le moins… originale ! Pour créer des couches écologiques, la start-up israélienne Cine’al a décidé d’utiliser des méduses. Zoom sur un produit pas comme les autres.

Cine’al : la start-up qui part d’un constat simple

CoucheEn France, 3 milliards de couches sont jetées chaque année*.

Pour chaque enfant, ce ne sont pas loin de 6000 couches qui sont utilisées, ce qui représente environ 70 kg de couches jetées chaque année par bébé.

Constituées entre autre de plastique, les couches posent un véritable problème écologique.

Les méduses, quant à elles, envahissent les plages.

Au-delà de provoquer la peur des baigneurs, en raison de leurs propriétés urticantes, elles contribuent à la détérioration de pipelines en se faufilant dans les conduits hydrauliques.

Ainsi, exploiter ces animaux dans la fabrication de couche pourrait enrayer leur prolifération massive sur de nombreuses côtes. Comme le souligne Ofer Du-Nour, PDG de la start-up Cine’al « il y a trop de méduses dans l’océan et trop de Pampers dans la nature. Nous avons peut-être la réponse à ces deux problèmes ».

On note 2 causes majeures à la prolifération des méduses : le réchauffement des océans et la pêche intensive, qui élimine les prédateurs de la méduse. Selon les experts, les océans du futur seront principalement remplis de méduses.

Des méduses pour des couches écolo

Mais comment cela fonctionne-t-il ? Cine’al est spécialisée dans les nanoparticules.

L’aspect de la méduse, composée à 95 % d’eau et capable d’absorber de grandes quantités de liquide, a encouragé les chercheurs de l’université de Tel-Aviv à prélever la chair de l’animal, pour l’associer à des nanoparticules.

Méduse couche

Forts de ces recherches, Cine’al a créé l’Hydromash, une matière qui entre dans la composition de ces couche-culotte jetables biodégradables.

Elle donne au produit des caractéristiques supplémentaires comme la flexibilité, la couleur ou encore l’odeur.

Ainsi, contrairement aux couches traditionnelles, l’Hydromash, outre son pouvoir absorbant supérieur, se dégrade totalement dans la nature en moins de 4 semaines. En comparaison, les couches classiques (qui contiennent des polymères synthétiques) mettent plus d’une centaine d’années. Une donnée capitale lorsque l’on sait qu’un tiers des déchets jetables dans les décharges sont des couches.

Lire page suivante : La méduse, un allié de taille pour l’absorption

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

17 commentaires Donnez votre avis
  1. Euh c’est une blague là ??? ce sont les méduses qui doivent payer parce que les humains n’ont toujours pas compris que la terre était surpeuplée ?
    On est vraiment cons à ce point ??

    • l humain est très con je vous le confirme ! va bien falloir parler un jour de la surpopulation humaine !!! pour l instant c est tabou !!

  2. Il y a aussi peut-être trop d’enfants,non ?
    Encore une fois, l’homme détruit, exploite et se croit tout permis !
    Il a exterminé la plupart des prédateurs des méduses et maintenant il veut “exploiter” et tuer ces animaux comme de la simple marchandise parce qu’il y en a trop à cause de lui !
    Tuer pour régler un problème qu’on a soit même créé ! il faut vraiment être minable et se croire au dessus de tout pour raisonner comme ça

  3. Pfff ! bande de chochottes !!!
    Du bon vieux papier journal et des élastiques suffisent !

  4. si c’est toi qui les laves

  5. Si c’est toi qui les laves…

  6. JE ne suis pas défavorable à cette idée de faire appel à la nature pour pallier à l’un des nos problèmes majeurs de pollution.
    Néanmoins, même s’il est certes prédit que les méduses évolueront en trop grand nombre – on admet déjà sans sourciller les impacts de notre terrible mode de vie apparemment sans solution – j’espère que nous saurons mesurer le taux de prélèvement de ces méduses pour le pas provoquer leur extinction.
    C’est une des 1ères créatures de la vie et elle en demeure une essentielle.

  7. Méduses et couche-culottes. Rien que l’association de ces deux mots, ça n’a pas de sens.
    La Méduse :Elément indispensable et mystérieux de la biodiversité.Être vivant à la délicate morphologie, fantôme de la mer qui évolue somptueusement avec grâce et légèreté. Avez-vous déjà vu des photos? Elles sont sublimes!.
    La couche-culotte : rien.
    Médusa, gorgone magnifique au regard de glace, petite fille de l’Océan et de la Terre, symbole de la puissance féminine, pétrifie donc ces pseudo-scientifiques qui veulent humilier tes soeurs!

  8. Pour répondre à Polio :
    Je trouve votre remarque (adressée à Catherine) très agressive …

    QUESTIONS :

    Comme tout nouveau produit mis sur le marché doit être testé au paravant pour en évaluer la dangerosité voir même la toxicité :
    S’IL FAUT TESTER CES FAMEUSES COUCHES… DE NANO, êtes-vous prêt à servir de cobayes ?

    COMMENT PENSEZ-VOUS QUE LES PARENTS AVANT LES ANNEES 40 FAISAIENT pour leurs enfants ?

    Et j’anticipe sur votre réflexion sur la pollution de l’eau qu’entrainerait le lavage de toutes ses couches : il n’est pas nécessaire de laver la couche pleine, tout être bien pensant fera légèrement séché les tissus souillés par des matières solides (après en avoir ôter le plus gros des commissions, si je puis-dire) pour ensuite décoller le reste une fois sec (comme on le ferait avec de la boue)…
    Après seulement, le linge passe à la machine à laver, et les matières fécales au compost !!! Et toc, on fait d’une pierre deux coups, voir trois :
    1) diminution conséquente des déchets, avec une semi auto-gestion si l’on n’est pas affranchi de la “Française des Eaux” & Co
    2) production de compost, fertilisant, le plus naturel qu’il soit (si l’enfant est nourri au bio bien entendu !)
    3) augmentation de l’estime de soi en participant à sauver la planète…

    J’ajoute encore qu’il n’y a pas que les nouveaux nés qui ont besoin de couche-culotte, pour la majorité des femmes la question se pose tous les 23-24 jours environ, et ce durant 4 jours en moyenne, pendant 40 ans de leur vie pour la plus part… faite votre calcul avec 2 à 3 couches par jour…

    Mais il y a des solutions :

    Pour les femmes
    – la cupule en silicone (oui, je sais : encore des nano ! mais en quantité moindre qu’avec les couches plastiques-jetables) qui se lave juste à l’eau
    – les couches lavables en tissus (il y en a des très performantes et toutes aussi discrètes que celles en plastique jetables)

    Pour les enfants :
    S’inspirer en partie des pratiques en Inde ou en Afrique où l’eau est rare…
    Les éduquer dés le plus jeune age à contrôler leurs émissions, en les incitant à demander le “pot” dès qu’il ont compris le message (toujours en s’inspirant des Indoues ou des africaines)…

    Voilà…Conso-globalement activons nous !

  9. L’idée aurait été intéressante si si le procédé de fabrication n’utilisait pas des nanoparticules…

    voir s’il vous plait l’excellente émission de radio « les nanotoxiques » (« terre à terre » sur France-culture) du samedi 4 octobre 2014 (pour les détails : http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-les-nanotoxiques-2014-10-04). L’invité, Roger LANGLET présente son dernier livre : « Nonotoxiques : une enquête » (http://www.franceculture.fr/oeuvre-nanotoxiques-une-enquete-de-roger-lenglet-0)
    http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4920602

  10. Quand on sait que les nano particules sont si petites qu’elles peuvent pénétrer facilement les membranes des cellules humaines et les détruire à terme, ce nouveau produit est une fausse bonne nouvelle. (Voir l’ensemble de la littérature scientifique sur les danger potentiels des nano particules sur le Net)
    Dans quelques années les nano particules devraient représenter un problème majeur de santé, encore plus grave que l’amiante….

  11. rien que parce que les méduses sont des êtres vivants et malgré leurs mauvais côté par moment, je considère qu’elles font partie d’un écosystème… Et en conséquence je ne pense pas que les utiliser pour faire des couches pour nos chers bambins soit écologique ! il existe d’autres solutions qui à mon avis le sont plus !

    • Je suis d’accord avec Girard, c’est des être vivant les tuer pour faire des couche c’est con, elle ont autant le droit de vivre que n’importe quel humain, mais Catherine sans les nanotechnologie t’aurai pas de pc pour dire des ces connerie, renseigne toi sur les bénéfice quelles peuvent avoir dans la santé

  12. A quand un article pour dénoncer les nanoparticules ???

  13. Plastiques ou Nanoparticules:n’y a t-il pas d’autres choix???

Moi aussi je donne mon avis