Idée reçue. La route tue plus que la pollution

Rédigé par Consoglobe, le 30 Jun 2010, à 18 h 18 min

iconemouton

Tandis que les chiffres en baisse des accidents de la route soulignent un inquiétant coup d’arrêt dans la lutte contre l’insécurité routière, qu’en est-il de la pollution urbaine ? Tout aussi dangereuse mais bien plus sournoise, la pollution atmosphérique fait des milliers de victimes chaque année dans le monde, sans que nous en ayons conscience…

La pollution : une meurtrière silencieuse

En 2000, une étude publiée par la revue médicale britannique The Lancet, indiquait déjà que la pollution atmosphérique tuait environ 40 000 personnes par an en France, en Autriche et en Suisse, soit 6 % des décès annuels enregistrés dans ces pays… Et selon les responsables de l’étude, la moitié de ces décès est directement liée à la pollution routière.

Par ailleurs, en 2004, on estimait que l’exposition fréquente à la pollution atmosphérique causait plus de 30 000 décès prématurés par an, tandis que les accidents de la route ont tué plus de 5000 personnes. Ce nombre est tombé 3 645 personnes tuées sur la route en 2012, soit une baisse de 8 % par rapport à 2011.

Pollution air

En 2006, la tendance ne s’est toujours pas inversée. Au contraire. Le nombre de décès dus à la pollution automobile a nettement dépassé le nombre de décès liés aux accidents de la route.

Ces derniers avaient en effet été recensés à 4 703, tandis que le rapport de l’AFSSET évaluait déjà entre 6 450 et 9 500 le nombre de décès imputables à la pollution atmosphérique urbaine en 2002. La pollution atmosphérique urbaine, presque uniquement causée par l’automobile, n’a cessé de croître depuis.

Cependant, les décès prématurés liés à la pollution concernent particulièrement les personnes dont la moyenne d’âge est de 70 ans. Or, selon l’étude PSAS-9 (programme de surveillance air et santé dans 9 villes françaises), environ 1 800 vies pourraient être sauvées chaque année si la pollution urbaine était réduite de moitié.

La route et la pollution en chiffres

  • la pollution atmosphérique tue près de 2,4 millions de personnes dans le monde.
  • les accidents de la route tuent en France un peu moins 4 000 personnes par an.

>>>Voir les autres idées reçues

Lire également sur le transport durable

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. A l’attention de l’auteur de l’article.
    Vous avez simplement oublié de compter le fait qu’il s’agit de décès prématurés.
    En tenir compte est important. En effet, si ces décès sont prématurés de six mois, les décès dus à la route sont aussi des décès prématurés, mais prématurés de beaucoup plus… Si, par exemple, la victime est âgée de 40 ans et que son espérance de vie est de 45 ans (40 => 85 ans) alors pour comparer avec les décès dus à la pollution de l’air, il faut tenir compte du rapport 6 mois / 45 ans. Ce qui ramène le nombre de morts prématurées dues à la pollution à 40 000 * 0,5 / 45 = 444. Comparés aux nombre de morts prématurés dus à la route le rapport devient de plus de 10 fois plus pour la route.
    L’idée reçue etait donc la bonne.

  2. Article très intéressant qui met en balance le risque routier avec le risque chimique de la pollution.
    Pourtant, j’ai du mal à me fier à vos commentaires chiffrés.

    Cet article a été rédigé en juin 2010, et vous affirmez que 8 000 personnes décèdent à cause des accidents de la route sur une année…
    Depuis 2002 (10 ans quand même) on est passé sous cette valeur, pour atteindre en 2010 3994 décès.

Moi aussi je donne mon avis