Le Groënland, nouvel eldorado de l’industrie minière

Rédigé par Alan, le 30 Jan 2013, à 17 h 13 min

On a tendance à évoquer le Groënland essentiellement comme une terre presque hostile et comme symbole du réchauffement climatique. Pourtant des experts estiment que le Groënland est au contraire terre de promesse, et notamment pour l’industrie minière.

Groënland : sa faune, sa glace, ses mines ?

groenland-01

(© CC, Christine Wagner)

La fonte des glaces a du bon, en tout cas quand il s’agit de profit. Récemment, on s’apercevait que la calotte glacière du Groënland avait quasiment totalement fondu. Si les mouvements de glace font parfois apparaître des espèces disparues, ce sont des ressources naturelles bien concrètes qui ont ainsi été mises à nu, comme l’expliquent des experts en stratégie et développement business de GlobalData.

“Mon précieux”… se trouve au Groënland

RareearthoxidesJusque là la plupart des gens, et des nations, se moquaient un peu du Groënland. Tout à coup, on découvre à la surface des métaux précieux. Bingo : les recherches se multiplient. Et le catalogue est intéressant : or, diamant, platine, zinc, nickel, fer, terres rares (niobium, tantale, etc.), et ce en quantités “considérables. Cerise sur le gâteau, ces métaux précieux sont à portée de main et on peut maintenant les répertorier.

Relancer l’économie du Groënland

groenland-02

(© CC, Rita Willaert)

Le gouvernement du Groënland a donc décidé de se lancer dans l’industrie minière, afin de compenser les finances de l’État, compromises par la dépendance à l’industrie poissonnière et des subventions en provenance du Danemark. La structure politique et légale du Groënland est favorable aux investisseurs et l’industrie minière est réglementée par le Mineral Resources Act, tandis que le Bureau des Minéraux et du Pétrole (BMP) supervise les activités.

A la conquête du Groenland

groenland-04

(© cC, Touring Club Suisse)

Des investisseurs ravis de venir miner sur l’île. L’Australie et le Canada se portent bons candidats et la visite du président chinois Hu Jintao en juin 2012 va également en ce sens. Les compagnies minières de ces pays ont en effet l’expertise technologique et les moyens financiers pour pouvoir mener des projets d’exploration de grande envergure. Le Groënland pourrait ainsi vite devenir le terrain chouchou de bon nombre de compagnies. Petit bémol néanmoins dans les projets de conquête, puisque la pollution est prise en compte, ainsi que les polluants rejetés, et cela pourrait limiter, fort heureusement pour le pays, les projets.

Une chasse au trésor au Groënland

groenland-03

Au nord-est du Groënland (© CC, Martha de Jong-Lantink)

Si l’Ouest est depuis longtemps conquis, on retrouve pourtant la même idée au Groënland, en plus moderne. Selon Statistics Greeland, l’institut de statistiques équivalent de l’Insee français, le nombre de licences d’exploration au Groënland a fait un petit bond. Il est passé de 33 en 2005 à 75 en 2011 et ce nombre devrait s’accroître rapidement. En 2010, 263 personnes travaillaient déjà sur le terrain.

Le Groenland en transformation ?

Tout cela ne pas pas sans le développement d’une main d’oeuvre qualifiée et par la même occasion des formations au Groënland par une infrastructure de soutien éducatif puisque l’offre de travail dans le secteur minier pourrait vite être multipliée par trois. Le Groënland y voit une occasion de développer son économie et le niveau de vie de ses habitants. La structure légale et environnementale est encore à revoir dans les détails, afin de ne pas compromettre le paysage groenlandais par goût du profit.

*

Je réagis

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. Je vous invite à consulter les recherches du labo Chrono Environnement de l’université de France Comté à Besançon un groupe de chercheurs vient de publier des sur la compréhension du climat et sur l’impact environnemental de l’activité humaine dans l’une des rares régions du monde où une occupation intermittente autorise des comparaisons temporelles inédites.

  2. AVIS AUX PROFITEURS:
    Attention La NATURE est cruelle.
    Ici elle dévoile des richesses.
    Respectez la sinon le mal sera pire
    que le réchauffement climatique actuel.
    N’attendez pas de voir ce qui se passera en exploitant
    sans respect l’environnement.

    Ecologiquementvotre

  3. “…afin de ne pas compromettre le paysage groenlandais par goût du profit.”
    Vous me permettez de douter ?

  4. primo, non nocere ……..d’abord ne pas nuire = ce devrait être le crédo des industriels, mais ça, c’est du rêve;
    ces gougnaffiers vont détruire un pays pour leur plus ample bénéfice
    Quand changerons nous enfin !

  5. Une industrie sans pollution ? “Afin de ne pas compromettre le paysage groenlandais par goût du profit.” Au nom du travail et du “niveau” de vie de ses habitants ? Pfff QUELLE HONTE !!!

Moi aussi je donne mon avis