Grenoble remplace ses panneaux publicitaires par des arbres

Rédigé par Eva Souto, le 16 Dec 2014, à 11 h 43 min

L’information a fait grand bruit : la municipalité écologiste de Grenoble a décidé de supprimer 326 panneaux publicitaires de la ville pour les remplacer, en partie, par des arbres ! Bonne nouvelle pour certains, erreur fatale pour d’autres, faisons le point sur cette nouvelle.

Panneaux publicitaires : la Mairie de Grenoble ne renouvelle pas son contrat avec JCDecaux

C’était l’une des promesses de campagne du nouveau maire écologiste Eric Piolle et chose promise, chose due, la voilà en passe d’être réalisée.

Le 23 novembre dernier, la Mairie de Grenoble a annoncé qu’elle ne renouvèlerait pas son contrat avec le groupe d’affichage JCDecaux.

Grenoble panneaux publicitaires

Photo issue du site internet de la mairie de Grenoble

Ce dernier devra donc procéder à partir de janvier prochain au démontage de 326 panneaux publicitaires dans les rues de la ville. Seuls les abribus ne sont pas concernés.

picto-etoile-paragraphe Grenoble remplace ses panneaux publicitaires par des arbres Dans un dossier de presse publié par la mairie, la donne est claire : « la municipalité fait le choix de libérer l’espace public grenoblois de la publicité en développant les espaces d’expression publique et ne lance pas de nouvel appel d’offre pour de l’affichage publicitaire ».

Se priver de panneaux publicitaires : Grenoble, une première en Europe

C’est une première en Europe : avec la fin du contrat signé avec JCDecaux, la ville va se priver de pas moins de 150 000 euros de recettes publicitaires (selon la Mairie de Grenoble).

Une perte vite relativisée : Grenoble annonce avoir déjà largement compensé cette somme perdue en économisant sur les frais de protocole et la baisse des indemnités des élus.

Grenoble prévisions Mairie

fleche-Grenoble remplace ses panneaux publicitaires par des arbres Ainsi, entre janvier et avril 2015, 326 panneaux publicitaires seront déboulonnés par le groupe JCDecaux, dont 227 « sucettes » (de moins de 2 mètres de haut), 20 colonnes et 64 panneaux de 8m2.

Soit au total quelques 2051m2 de panneaux publicitaires qui disparaîtront définitivement de l’espace public grenoblois.

A noter que les espaces sur les abribus ne sont pas concernés dans l’immédiat puisque le contrat signé entre JCDecaux et le syndicat mixte des transports en commun (SMTC) de l’agglomération grenobloise ne prend fin qu’en 2019.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. Allelouya .
    Marre d etre submerger de merdes inutiles !
    Excellente initiative qui je l’espère perdurera là bas et ailleurs <
    Évidemment ,tous manquons de verdure ,c'est indéniable ,alors que le consumérisme nous pompe l'air et l'énergie !! Si encore c'était de l'affichage simplement culturel et local : à l'ancienne bordel !! ParceQue la nature c'est notre nature et donc notre vie et plus elle est verte ,mieux on se porte 😉 .

  2. 150.000 c’est le chiffre avancé par la mairie, JC Decaux parle de 600.000 euros qui font étrangement résonance au 600.000 euros de baisse du budget de la culture.
    Enfin, si c’est évidemment une bonne idée, ça aurait été bien de supprimer la pub, sans que ça ne soit, comme toujours, sur le dos la culture, surtout quand on est EELV et Front de Gauche…

    • La culture, la culture, vous me faites marrer ! Quand on veut se cultiver, on reçoit les offres du théâtre, des musées, des expositions en général par internet, pas par votre d’affichage public. Abonnez-Vous à votre musée, à votre opéra et faites pas chier les 80% des pauvres ignards qui ne s’ intéressent pas à la culture.
      Sur le dos de la culture, … par Decaux, je rêve !

Moi aussi je donne mon avis