La fin d’un écosystème : la grande barrière de corail

L’écosystème de la Grande Barrière de corail se meurt : c’est le responsable du programme de surveillance ‘Coral Watch’ qui l’affirme. La Grande Barrière de corail, qui s’étend sur plus de 2.500 kilomètres au large de l’Australie, aurait perdu plus de 50 % de ses habitants, poissons et végétaux. Et les coraux meurent à vitesse grand V.

Rédigé par Valérie Dewerte, le 25 Jul 2016, à 17 h 30 min

La faute au réchauffement climatique et au courant chaud El Niño, particulièrement actif en ce moment. C’est à priori la raison principale de l’effondrement de l’écosystème de la grande barrière de corail, au large de l’Australie, le plus grand ensemble corallien du monde, aussi étendu que l’Italie avec 2.300 km de long. Le chef du programme de surveillance « Coral Watch », Justin Marshall, chercheur à l’université du Queensland (Australie), affirme que certaines espèces de poissons qui vivaient aux abords de la Grande Barrière ont d’ores et déjà disparu.

Grande Barrière : plus de la moitié des coraux sont morts

Plus de la moitié des coraux sont en effet morts ou mourants, or ils servent d’habitat à une quantité de créatures, ce qui met tout l’écosystème marin en péril. Les coraux affectés sont faciles à identifier, car en mourant, ils deviennent blancs, comme « passés à l’eau de Javel », expliquent les chercheurs pour marquer les esprits.

La majorité des coraux de la Grande Barrière pourrait avoir disparu quand un enfant né aujourd’hui fêtera ses 18 ans.
a déclaré le Centre pour la science du système climatique (ARCCSS), un organisme financé par le gouvernement australien

À certains endroits, comme aux abords de Lizard Island, une île jouxtant la Grande Barrière de corail, ce sont plus de 90 % des coraux qui ne sont désormais plus que des squelettes calcaires. Certains étaient pourtant âgés de plusieurs centaines d’années…

La grande Barrière de corail effondrement des ecosystèmes vue du ciel

Une partie de la Grande Barrière de corail vue du ciel © ProDesign studio Shutterstock

 

Les eaux du Pacifique trop chaudes, trop longtemps

L’augmentation de la température des eaux du Pacifique est la principale cause de la mort des coraux. Non parce qu’elle atteint des pics, au coeur de l’été, ce que les coraux pourraient supporter. Mais la hausse globale de la température de l’eau de deux ou trois degrés au-dessus des moyennes saisonnières habituelles, pendant huit à dix mois de l’année, fatigue les coraux et au final les tue.

Illustration bannière : La Grande Barrière de corail : un écosystème en déclin – © ChameleonsEye Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Triste à en mourir !! c’est la fin d’un monde, est ce que les humains en survivront c’est la question mais en tout cas avec ce qu’il ont fait à la nature ils ne le méritent pas…..

Moi aussi je donne mon avis