France : 100 % d’énergies renouvelables en 2050 ? Oui, vraiment !

L’association NégaWatt vient de présenter un scénario dans lequel la France serait alimentée uniquement grâce aux énergies renouvelables d’ici 2050.

Rédigé par Anton Kunin, le 26 Jan 2017, à 11 h 06 min

Les énergies renouvelables sont propres et illimitées dans le temps. Qui n’a pas rêvé d’en faire sa seule source d’alimentation électrique ? Aujourd’hui, c’est une vingtaine d’ingénieurs et de consultants regroupés au sein d’une association qui affirment qu’une telle transition est réaliste.

100 % d’énergies renouvelables : les arguments

Pour appuyer leur point de vue, ils citent la stagnation des émissions de CO2 dans le monde, la loi sur la transition énergétique en France et la volonté quasi-mondiale d’aller dans ce sens, affirmée à l’issue des lourdes négociations lors de la COP21 à Paris. Par ailleurs, les auteurs du scénario estiment qu’une baisse du nombre des appareils électro-ménagers et de leur consommation énergétique permettra de réaliser des économies supplémentaires et réduire la dépendance actuelle vis-à-vis de l’énergie actuelle. La rénovation énergétique des bâtiments et une réduction drastique de véhicules diesel devraient contribuer à cette transition.

L’association rappelle la volonté de l’État d’atteindre 32 % d’énergies renouvelables dans le mix énergétique français d’ici 2030, et estime qu’on peut aller beaucoup plus loin.

Un scénario beaucoup plus réaliste que l’estiment les opposants à la transition énergétique

Les arguments avancés par les membres de NégaWatt reflètent les réalités du terrain aujourd’hui bien différentes de leurs préconisations. L’accent bien peu mis sur les économies d’énergies (la  consommation d’électricité par habitant en France a diminué depuis le pic de 2010, mais reste supérieure de 500 % à celle de 1960), car la baisse de la consommation par les réfrigérateurs, les machines à laver et les aspirateurs s’est accompagnée d’une multiplication des appareils de toutes sortes dans les foyers.

Au-delà des smartphones, qui consomment bien plus que les téléphones portables de génération précédente, ce sont les « objets connectés », qui communiquent entre eux en permanence, qui font déjà grimper la facture. Et tout porte à croire que ce processus ne va que s’accentuer. Le déploiement de la mobilité électrique implique notamment de combiner une lutte efficace contre le gaspillage électrique, notamment par le déploiement des réseaux intelligents.

Le scénario négaWatt rejoint ainsi les engagements d’un nombre croissant de nations de par le monde à s’engager résolument dans la voie des renouvelables, pour tendre vers l’indépendance énergétique maximale et le rejet des énergies fossiles, comme le Danemark, la Norvège, le Costa Rica ou encore l’Ethiopie.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis