Franc succès pour la seconde Journée sans voiture à Paris

Synonymes de lutte contre la pollution et le bruit urbain, d’amélioration de la qualité de vie en ville, de prise de conscience collective, et de changements de comportements, les journées sans voiture sont devenues des rendez-vous incontournables. Franc succès pour la seconde édition de Journée sans voiture à Paris : le dioxyde d’azote en baisse de 20 à 35 % par rapport à un dimanche comparable.

Rédigé par Joseph Vebret, le 26 Sep 2016, à 11 h 20 min

Forte du succès de la première édition de la Journée sans voiture, la ville de Paris a renouvelé l’expérience en multipliant les zones concernées. L’objectif est de sensibiliser les habitants à la nécessité de modifier leurs habitudes vis-à-vis des déplacements automobiles et à la nécessité de trouver des solutions concrètes pour lutter contre la pollution de l’air liée au trafic routier.

La moitié de Paris intra-muros interdite à la circulation des voitures

C’est ainsi que la superficie du secteur est passée à 3.750 ha (presque 38 km²), soit 45 % du territoire parisien intra-muros, ce qui représente 650 kilomètres de chaussées interdits aux voitures, la vitesse étant ailleurs limitée à 20 km/h.

Une baisse moyenne de 20 à 35 % de dioxyde d’azote

« Pour cette deuxième édition des Journées sans voiture à Paris, l’impact positif sur la qualité de l’air des rues fermées au trafic se confirme », annonce l’Association de surveillance de la qualité de l’air (Airparif) dans un communiqué. Et d’ajouter : « Par rapport à un dimanche comparable (le 11 septembre 2016, sans restrictions de trafic mais avec une météorologie similaire), une baisse moyenne de 20 à 35 % de dioxyde d’azote a été observée sur les stations d’Airparif situées dans le périmètre concerné. »

De 11h à 18h, les Parisiens se sont réappropriés leur ville, appréciant la nette diminution du volume sonore. À pied ou à vélo, ils ont pu redécouvrir leur environnement. Anne Hidalgo, la maire de Paris, entend réduire la place de la voiture dans la capitale. Après la piétonisation des Champs-Élysées le premier dimanche de chaque mois, l’élue s’attaque à la fermeture des voies sur berges pour les voitures.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis