Monaco veut marcher sur les eaux

Rédigé par Eva Souto, le 26 Jan 2014, à 15 h 20 min

L’extension sur la mer : l’impact écologique

On l’annonce comme un éco-quartier où verdure, calme et développement durable seront les maîtres mots.

D’ici une dizaine d’années, vers 2024, Monaco devrait compter sur un nouveau quartier et sur une place accrue de son territoire.

Mais tout est-il aussi vert qu’on voudrait nous le faire croire ?

PosidoniesA seulement 20 mètres sur la droite de la future avancée sur la mer, on trouve la réserve marine du Larvotto.

Cette dernière abrite une biodiversité très riche, avec notamment des espèces comme les mérous bruns, les posidonies ou encore les grandes nacres, à préserver. De l’autre côté, à gauche de l’avancée, se situe le tombant des Spélugues. Dans de nombreuses  cavernes sous-marines, y vit et s’y épanouit un  corail, qui a grand besoin d’oxygénation.

Alors, cette « agression » terrestre sur la mer ne va-t-elle pas forcément avoir un impact négatif sur cette faune et flore à protéger ?

fleche-suitePour que cette extension soit possible, il y a un préalable : installer à 20 mètres de fond, un socle visant à soutenir toutes les futures constructions. Plusieurs techniques sont envisageables : le remblaiement ou la pose de caissons flottants acheminés par la mer, puis immergés. Cette dernière solution serait la moins violente pour la circulation des courants marins.

Le projet spécifie également qu’une étude d’impact complète devra être effectuée par le lauréat, sur l’ensemble des phases du projet. Qui plus est, le nouvel éco-quartier devra intégrer une gestion durable des déchets et de l’énergie. Les véhicules à moteur pourront accéder à cette avancée, mais elle restera un endroit privilégié pour l’usage piétonnier et les « modes doux » de circulation.

Ces prospections ne sont-elles pas déjà le moyen de se dédouaner de futurs impacts écologiques de cette avancée sur la mer ? La question reste en suspens.

Extension de la ville de Monaco – Une avancée qui a un coût

argent-monnaie-euros-billetsPour l’instant, un seul chiffre est avancé. Le coût estimé des infrastructures s’élèverait environ à 1 milliard d’euros.

Un montant qui paraît bien trop faible. Sans compter la superstructure qui sera construite dessus, dont l’estimation n’est pas encore connue. Ainsi, le candidat qui emportera la mise devra être dans l’obligation de présenter des garanties financières sérieuses.

Si les négociations vont bon train et se finalisent rapidement, le projet pourrait être lancé à l’horizon 2015. Quant à sa réalisation, elle devrait durer une dizaine d’années avant d’être finalement achevée. A surveiller de près.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

10 commentaires Donnez votre avis
  1. Bravo super article je vais m’en servir pour un exposé.Moi je trouve ça fascinant qu’on arrive à prendre autant de terrain sur la mer en plus ils en ont besoin mais je suis d’accord avec Alexandra pourquoi faire un port alors qu’ils ont besoin de logements?Je suis en 6ème et l’article est très compréhensible!bravo

  2. pourquoi faire un port sur ces 5 à 6 hectares, si, soi-disant, ils sont en manque de logements !!!

  3. 2 000 000 m² avec 16 000 hab/m² faites le calcul

  4. merci de votre réponse
    mais ils ont corrigés
    hier il était écrit « Avec plus de 16 000 habitants au m2 »
    ce qui est impossible !!

  5. plus peuplé que la terre même → 32000000000 habitants

  6. Good bye environnement et réserves naturelles !!!

  7. Monaco est donc plus peuplée que la France avec 16000 habitants au m2
    Bravo

    • Quand on ne connait pas sa langue on s’abstient de commentaires:il n’est pas écrit que Monaco est plus peuplée que la France mais qu’elle a la DENSITE de population la plus forte du monde. Nuance.

Moi aussi je donne mon avis