10 espèces menacées de disparaître en 2016

Selon l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN), 23.250 espèces de plantes et animaux sont en danger de disparition imminente en 2016.

Rédigé par Lucia García Botana, le 5 Mar 2016, à 8 h 00 min

Le marsouin du golfe de Californie ou marsouin du Pacifique (Phocoena sinus)

espèces ménacées 2016: marsouin du Pacifique

© Paula Olson

Le marsouin du golfe de Californie ou marsouin du Pacifique est un cétacé découvert en 2015 sur les côtes mexicaines de l’océan Pacifique. Il es très similaire au dauphin, mais il se distingue par une tache blanche autour des yeux. Localement, il est appelé vaquita marina, signifiant vachette de mer en espagnol.

Les scientifiques estiment qu’il ne reste qu’entre 100 et 300 individus, voire 97 selon Greenpeace. Avec la récente extinction du dauphin du Yangtsé, le marsouin du Pacifique est l’espèce de cétacé la plus menacée.

Le principal danger pour les marsouins du Pacifique sont les chaluts : chaque année, autour de 30 exemplaires sont attrapés dans les filets de pêche, ce qui entraîne leur mort. Bien d’autres facteurs  menacent aussi l’existence de ces marsouins, dont la pollution, le bruit des moteurs et la prospection du pétrole.

La menace d’extinction est si forte que les scientifiques pensent que s’ils arrivent à survivre en 2016, ils n’existeront plus au-delà du 2018, à moins que des actions importantes pour les sauver soient effectivement mises en place.

Lire page suivante :Le lépilémur septentrional

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai grandi dans la région rurale de Galicia, en Espagne, où les montagnes et les forêts rencontrent l'océan Atlantique. Ma conscience envers la protection...

9 commentaires Donnez votre avis
  1. les pauvre

  2. ce n,est vraiment pas drole

  3. Mais ces titres sont pénibles : si je n’ai pas le temps de tout lire je veux aller à l’essentiel et savoir quelles sont LES 10 ESPECES MENACEES DE DISPARAÎTRE. lE cONSOgLOBE nécessite de passer ses journées devant l’écran et là par contre il n’édite pas d’article sur le lien entre Internet et écologie

  4. lol

  5. j’adore vos informations elle donne beaucoup de précision sur chaque animaux instruits par vos numéro dans l’ordre (1’2’3’4’5’6 etx )
    j’aPPELERAI LES REGIONS SI J4ETAIT AVEC VOUS

  6. merci beaucoup pour toute vos informations je suis un peu sensible a se que vous avez mit je suis contente de l’affection que vous avez pour protéger les animaux j’adore votre site je suis tout les jour sur l’ordinateur en trin de chercher des tas de chose impressionnantes et malheureuses sur les animaux comme pour le rhinocéros car on veut sa corne et impressionnantes car on dit que l’eléphant a de puissantes défences

  7. Après quelques recherches sur le Saola, que j’ai découvert dans votre article et qui a immédiatement aiguisé ma curiosité, je me rend compte que votre reportage contient une énormité puisque le Saola ne possède pas une corne unique mais deux comme beaucoup d’espèce. Je ne peux dire si son surnom de licorne est réel ou pas mais s’il l’est ce n’est pas rapport à ses cornes.
    J’apprécie beaucoup votre site et respecte le travail fournit par vos rédacteurs mais une telle erreur apporte le discrédit sur l’ensemble du site. D’autant que récemment j’ai déjà constaté que vous aviez mis en ligne le tract de Villejuif comme étant une étude sérieuse sur les additifs alimentaires.

    Dommage…..

    • Lucia García Botana

      Merci beaucoup pour vos précisions. En effet, il s’agit d’un erreur de langue qui a déjà été corrigé. On appelait le saola « licorne » parce que, jusqu’à sa découverte par les scientifiques en 1992, certains croyaient qu’il avait qu’un long corne unique au milieu de la tête. Dans certaines photos ça peut bien s’apprécier; vu de loin, ses longs cornes très proches semblent être qu’un seul.

      Je m’excuse personnellement de ne pas avoir accompli vos attentes, j’espère que vous comprendrez qu’il s’agissait plutôt d’une faute de langue.

  8. Précisons que le WWF est contre l’interdiction de la chasse à l’ours polaire, il y a sans doute d’autres organisations qui mériteront d’avoir du soutien. ( Et pas chez Greenpeace non plus qui soutient la chasse aux phoques)

Moi aussi je donne mon avis