Espagne : 50.000 lapins relâchés en cinq ans pour sauver le lynx ibérique

L’Espagne a mis en place un vaste programme de reproduction et de relocalisation du lynx alors qu’il était menacé d’extinction depuis plusieurs années.

Rédigé par Marie Mourot, le 8 Apr 2018, à 8 h 15 min

Le lynx ibérique est un prédateur difficile : il se nourrit presque exclusivement de lapins. Ce choix restreint explique pourquoi il a failli disparaître, il y a un peu moins de 20 ans, de nombreux lapins ayant été décimés par un virus. Pour éviter l’extinction, un programme de reproduction et de relocalisation a donc été lancé, et le lynx ibérique est ainsi devenu un exemple phare des efforts engagés par l’Europe pour maintenir sa biodiversité.

Un vaste programme de reproduction et de relocalisation lancé en Espagne pour sauver le lynx ibérique

En 2002, un recensement a montré qu’il ne restait plus qu’une centaine de lynx ibérique, faisant ainsi de cet animal le félin le plus menacé au monde. Grâce au programme financé essentiellement par l’Union Européenne, on compte aujourd’hui près de 550 animaux répartis dans neuf régions du Sud de l’Espagne et du Portugal. Le lynx n’est donc plus menacé mais reste encore très vulnérable.

Un lynx ibérique © Tomas Calle Boyero

Des centres d’élevage pour protéger le lynx

En 2005, un lynx ibérique naissait pour la première fois en captivité. Cependant, la cela reste compliqué et très coûteux. Après une année de captivité dans un centre d’élevage, les jeunes animaux sont ensuite relâchés dans la nature. Durant cette année, les vétérinaires ont suivi des règles très strictes afin de protéger le lynx des différents germes tout en gardant intacte sa méfiance envers les hommes. Lorsqu’ils sont libérés, les jeunes lynx sont répartis sur différentes zones afin d’éviter tout risque de consanguinité.

Des communautés locales très impliquées

Chaque libération d’un jeune lynx dans la nature est suivie de près par les communautés locales. En effet, fonctionnaires, fermiers et écoliers se regroupent pour assister à ce moment important. Ce sont d’ailleurs les écoliers qui choisissent avec leur classe le nom des bébés lynx. Si cette implication des communautés locales peut paraître étrange de prime abord, selon les écologistes elle est essentielle. Elle leur permet en effet de se sentir impliquées dans ce projet qui nécessite le soutien continu des acteurs présents sur le terrain.

Un lynx ibérique en liberté © Rafa Irusta

50.000 lapins relâchés dans des zones peuplées par le lynx ibérique

S’il n’y a pas assez de lapins sur son territoire, le lynx risque de manquer de nourriture. Alors affamé, il sera amené à traverser des routes plus dangereuses pour trouver de quoi manger. Insuffisamment nourries, les femelles sont plus vulnérables et ont également des portées plus petites. Pour faire face à ce problème, le programme a permis le relâchement de 50.000 lapins ces cinq dernières années sur des territoires occupés par le lynx.

La prochaine étape consistera à mettre en place des infrastructures, notamment des clôtures et des passages afin d’aider le lynx à se déplacer en toute sécurité dans les régions du Sud.

Le retour du Lynx plutôt bien accueilli par les agriculteurs

Un terrier de lapin © Konstantnin

Contrairement aux tensions suscitées par le retour de l’ours brun et du loup dans de nombreuses régions d’Europe, la réintroduction du lynx en Espagne a été plutôt bien accueillie par les agriculteurs. Ces derniers ont notamment aidé à la construction de terriers  de lapins sur leurs terres afin d’aider le félin à se nourrir.

En France, dans le Jura, une association a lancé une étude pour établir un fichier ADN des Lynx. L’objectif ? Connaître la population afin de mieux la protéger.

Illustration bannière : Un linx ibérique en Espagne – © Miguellm
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rédactrice web freelance et maman de deux enfants, je me suis toujours sentie très concernée par l'écologie et le développement durable. Constamment en...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis