L’échec de la protection des lions et éléphants en Afrique

La Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées (Cites) s’est terminée le 4 octobre. Plus de 180 pays membres ont débattu dix jours durant, au sujet des différentes espèces animales et végétales. Si la protection de certaines d’entre elles a été renforcée, les lions et éléphants sont les grands perdants.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 7 Oct 2016, à 12 h 10 min

La Cites s’est achevée le 5 octobre à Johannesburg en Afrique du Sud. Le secrétaire général de la convention a d’ailleurs parlé « d’un moment historique durant lequel le vent a tourné en faveur de la protection de nos espèces sauvages les plus vulnérables ». En effet, les 152 délégations gouvernementales réunies lors de cette conférence ayant lieu tous les trois ans, ont renforcé les règles sur le commerce de certaines espèces menacées.

Le manque de soutien de l’UE dans la protection des éléphants

Pour Kaddu Sebunya de l’ONG African Wildlife Fund, il ne s’agit que d’un point de départ. Les pays doivent maintenant passer à l’action et lutter contre le trafic. Sebunya a salué l’engagement des États-Unis et de la Chine de mettre fin au commerce d’ivoire sur leurs marchés domestiques respectifs. L’Union Européenne a été particulièrement critiquée durant cette conférence, notamment pour son manque d’implication dans la protection des éléphants. En effet, elle a voté contre le classement des pachydermes en espèce menacée d’extinction  !

éléphants d'Afrique, espèce protégée

Les lions : une espèce en danger

Plusieurs associations de défense des animaux dénoncent le peu d’attention apportée aux lions en Afrique. Le continent a pourtant perdu près de 40 % de ses lions en 20 ans. Dans certains pays, cet animal emblématique aurait même totalement disparu. Cela s’explique principalement par la diminution de leur espace naturel mais aussi par le commerce de produits dérivés.

Neuf pays souhaitaient faire passer les lions en espèces menacées d’extinction mais cette proposition a été rejetée : dans certaines régions d’Afrique, les lions ne sont pas suffisamment menacés. La Cites a toutefois interdit le commerce des os de lions sauvages, une décision faible pour certains.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis