Arrêter le désert du Sahel grâce au bocage… normand !

Rédigé par Camille Peschet, le 27 Feb 2015, à 17 h 40 min

L’agroécologie pour lutter contre le désert

Un modèle d’agro-sylvo-pastoralisme pour une agriculture durable

desert-du-sahel-boccage-normand-foret-02Henri Girard, fondateur de l´AZN définit le bocage sahélien comme un modèle « d’agro-sylvo-pastoralisme », un modèle agroécologique où l’agriculture et l’élevage sont associés afin de tirer profit de ce que chacun apporte à l´autre. Ainsi, les champs laissés en jachère dans le cadre des rotations culturelles servent de prairies pour les animaux qui à leur tour fertilisent le champ par leurs déjections.

Tandis que les techniques agraires utilisées ont comme atout de répondre à la nécessité des populations de s’assurer des récoltes régulières et bonnes tout en restaurant les sols dans une zone qui a connu de nombreuses famines. Pour cela la technique dite du « zai » est utilisée. Elle consiste à creuser des trous en quinconce sur l´ensemble du champ où du compost est déposé et les graines y sont semées. Bien nourries d´eau et de matières organiques ces graines peuvent pousser plus, aisément, même sur des sols pauvres, assurant une récolte suffisante. Afin d’amener une couche fertile sur ces sols dégradés, les trous sont décalés chaque année pour recouvrir progressivement l’ensemble du champ.

Sols restaurés, dignité retrouvée

desert-du-sahel-boccage-normand-foret-01Au-delà du modèle agricole développé, l’AZN avec sa ferme pilote a compris que le plus grand des combats était de lutter contre l’ignorance et de permettre aux paysans de vivre dignement de leurs récoltes. Ainsi, au-delà de la ferme pilote plusieurs programmes se sont mis en place pour la petite enfance, la scolarisation et la santé, tandis que des apprentis sont formés aux techniques du bocage sahélien.

Enfin, au-delà du périmètre, des arbres sont également plantés le long des chemins villageois, favorisant là encore l’infiltration de l’eau et fournissant un ombrage tandis qu’une pépinière veille à produire des espèces locales. Riche de cette expérience, la ferme pilote de Guiè a créé des émules et déjà deux autres fermes ont vu le jour pour faire refleurir le désert.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Portée par un cadre familial m'ayant sensibilisée à une consommation responsable et en faveur d'une production énergétique renouvelable, je me suis...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Il faut les donner des cuisineres solaire-thermique – un simple parabole reflective pour cuisiner – extremement efficace, cout negligible. Il y a du soleil la n’est-ce pas?

  2. heureusement que dans le pays de caux ils ont réalisé qu’il fallait replanter les haies – j’espère qu’ils ont fait de même dans la plaine de Caen (et ailleurs !!! )

  3. Heureusement que les cauchois ont fini par réaliser qu’il fallait replanter les haies !!! dans la plaine de Caen j’espère qu’ils ont fait de même –

  4. Bonjour
    Veuillez recevoir toutes mes félicitations.
    Bien à vous.
    Thierry DOLE

Moi aussi je donne mon avis