Retraitement des ordures ménagères : des solutions face à l’urgence

Rédigé par Florence Clément, le 17 Oct 2013, à 16 h 14 min

« Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas ». Ce message engagé depuis le Grenelle de l’Environnement interroge quant au traitement des 390kg d’ordures ménagères produites de fait chaque année par habitant. Si en 2008 le Code de l’Environnement formalise et hiérarchise les modes de traitement des déchets, les interrogations quant à leur mise en pratique se font toujours plus persistantes face à l’urgence environnementale et économique.

Traitement des ordures ménagères : à outils ambitieux, bilan mitigé

recyclage-textilesLe Code de l’environnement prévoit de « mettre en oeuvre une hiérarchie des modes de traitement des déchets consistant à privilégier, dans l’ordre : la préparation en vue de la réutilisation, le recyclage, toute autre valorisation, notamment la valorisation énergétique, l’élimination ».

Le texte fait donc la part belle à la prévention, à la valorisation et stigmatise le stockage, l’enfouissement ou l’incinération sans valorisation énergétique.

 

Réduire les déchets

Real_CompostLa France s’engage à « réduire la production d’ordures ménagères et assimilées de 7 % par habitant » et à « augmenter le recyclage matière et organique afin d’orienter vers ces filières un taux de 35 % en 2012 et 45 % en 2015 de déchets ménagers et assimilés contre 24 % en 2004 ».

Elle compte également « améliorer la gestion des déchets organiques en favorisant en priorité la gestion de proximité de ces derniers, avec le compostage domestique et de proximité, et ensuite la méthanisation et le compostage de la fraction fermentescible des déchets ménagers ». Selon l’ADEME, cet objectif serait atteint depuis 2009 où 36 % des déchets ménagers ont été orientés vers le recyclage.

Un retard considérable

Pourtant un récent rapport de la Commission européenne expose le retard de la France en matière de gestion durable des déchets se plaçant au-dessous de la moyenne communautaire (qui est de 40 %) bien loin des pays d’Europe du Nord.

Le taux de mise en décharge sur le sol français est de 28 %, alors que les pays les plus vertueux ont quasiment éradiqué ce mode de traitement, classé bon dernier dans la hiérarchie du traitement des déchets. Difficile à comprendre quand la France compte parmi les fleurons de son économie deux groupes de dimension internationale présents dans le secteur des déchets, Veolia et Suez Environnement.

> Suite : La France « mal-traite » ses déchets ménagers

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Réduire la quantité de déchets à leur traitement reste la seule solution viable. Il y a un gros défaut d’éducation en France concernant les déchets. Le fait de voir des poubelles bien visibles et des déchets divers à même le sol à côté montre le peu d’intérêt de nos concitoyens sur ce sujet.
    le fim SUPERTRASH, que je recommande, montre l’aberration sidérante du mode de traitement des déchets par décharge. Les archéologues du futur ne trouveront pas de magnifiques objets en or mais de vulgaires morceaux de plastiques, comme restes de notre civilisation.

Moi aussi je donne mon avis