Des consultations psychologiques gratuites pour les ados en souffrance

Les adolescents âgés de 11 à 21 ans pourront bientôt bénéficier de douze consultations gratuites avec un psychologue dans le cadre d’une expérimentation menée dans plusieurs départements.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 10 May 2017, à 10 h 10 min

Une expérimentation va être menée dans huit départements afin d’améliorer la prise en charge de la souffrance psychologique des jeunes. Médecins traitants, médecins scolaires et pédiatres pourront leur prescrire des consultations de psychologues remboursées par la Sécurité sociale, dans la limite de douze séances.

Près d’un tiers des jeunes en souffrance psychologique

Plus d’un tiers des jeunes et un adolescent de plus de 15 ans sur deux étaient en souffrance psychologique en 2014, selon une étude de l’Unicef. La peur de l’échec scolaire, le harcèlement sur les réseaux sociaux et le fait d’être une fille amplifieraient les risques. Cette nouvelle expérimentation est prévue par la loi du 23 décembre 2016 de financement de la Sécurité sociale et nécessite le consentement du jeune ou des titulaires de l’autorité parentale.

« Les psychologues libéraux devront adhérer à la charte de cette expérimentation » et « la coordination du dispositif sera assurée par la Maison des adolescents du territoire concerné », précise le décret. L’adolescent pourra demander à changer de psychologue au cours de sa prise en charge. Cependant, « les jeunes présentant des troubles psychiatriques ou des signes de crise suicidaire sont exclus de l’expérimentation et orientés vers les soins spécialisés », précise l’arrêté.

consultations psychologiques, ado

Une expérimentation menée dans huit départements

Un décret paru au Journal officiel le 7 mai 2017 autorise désormais la mise en place d’expérimentation de consultations gratuites avec des psychologues. Ainsi, pendant quatre ans, huit départements testeront la prescription de consultations psychologiques gratuites auprès de jeunes âgés de 11 à 21 ans.

Sont concernées par le dispositif : les communes de Trappes et des Mureaux dans les Yvelines ainsi que Garges-lès-Gonesse, Sarcelles, Goussainville et Villiers-le-Bel dans le Val d’Oise, comme le précise un second arrêté publié le même jour. Les départements de Loire-Atlantique, du Maine-et-Loire, de la Meuse, des Vosges, des Ardennes et du Haut-Rhin proposeront également ces consultations aux adolescents.

Illustration bannière : Aider les ados à sortir de leur mal-être – © Roman Bodnarchuk
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. L’expèrience ne mènera strictement à rien. C’est le milieu qui, en lui même est la cause du problème. Les psychologues son généralement d’aucune utilité et peuvent même faire partie du problème, ils suive généralement le courant. En plus il y’en a déja! Et les jeunes on peur d’y aller, idem.

Moi aussi je donne mon avis