Climat : l’Europe refuse de combler le retrait des États-Unis

L’annonce de Donald Trump concernant le retrait des États-Unis de l’accord de Paris a provoqué une accélération de la mobilisation des acteurs en faveur de la transition énergétique.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 9 Jun 2017, à 9 h 13 min

Le nouveau président, Emmanuel Macron, qui n’avait pas mis l’écologie au coeur de sa campagne, a récemment promis une « feuille de route » sur la transition énergétique aux ONG. Il s’est également engagé à soutenir l’instauration d’une taxe sur les transactions financières au niveau européen. Toutefois, si les pays européens ont été invités à intensifier leurs efforts pour lutter contre le changement climatique, ils n’ont pas l’intention de combler le retrait des États-Unis.

Les dirigeants européens se mobilisent pour lutter contre le changement climatique

Emmanuel Macron a promis ce 6 juin une « feuille de route » sur la transition énergétique aux ONG. Son contenu détaillé sera présenté d’ici la fin du mois. Cependant, on sait déjà qu’elle contiendra des dispositions concernant le financement de la transition énergétique et la fiscalité qui apparaîtront dans le projet de loi de finances pour 2018. Selon les associations présentes lors de cette rencontre à l’Élysée, les modalités du rattrapage de la fiscalité entre l’essence et le diesel et la rénovation énergétique des bâtiments figureront également sur cette « feuille de route ».

europe usa

L’Europe ne veut pas payer pour les USA ©Lisa S.

Le nouvel exécutif veut porter son engagement sur le plan international. Emmanuel Macron s’est « engagé à soutenir l’instauration d’une taxe sur les transactions financières au niveau européen », a déclaré à la presse Morgane Créach, directrice du Réseau action climat (RAC). Cette taxe pourrait servir à financer la transition énergétique en Europe et à aider les pays en développement à opter pour les énergies vertes.

L’Union Européenne refuse de réduire davantage ses émissions de gaz à effet de serre

Si les dirigeants européens ont été invités à intensifier leurs efforts pour lutter contre le changement climatique, ils n’ont cependant pas l’intention de réduire davantage leurs émissions de gaz à effet de serre. Après le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat, la Chine et l’UE se sont affichés comme les nouveaux porteurs de flambeau de la diplomatie climatique. Cependant, les deux partenaires n’ont signé aucune déclaration commune lors du sommet annuel organisé à Bruxelles début juin.

Les pays de l’UE ont déclaré qu’ils ne modifieraient pas leurs objectifs en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il faut dire que le retrait des États-Unis complique la réalisation de l’objectif des 2°C, qui était déjà difficilement atteignable. En effet, le pays représente 18 % des émissions mondiales, ce qui menace considérablement la limitation de l’augmentation de la température.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis